L’idéologie de l’ouverture

Le texte qui suit se limite à un caractère d’introduction exploratoire. La nature et la dimension du sujet nécessitent l’approche d’analystes politiques ou d’opérateurs spécialisés dans les méthodes actuelles de gestion de l’opinion publique : formatage des idées, fabrication du consentement, culpabilisation collective, production d’émotions, technique des amalgames, etc. L’évidence initiale perceptible par les observateurs avertis est toutefois que l’idéologie de l’ouverture détient une place centrale irradiante dans la stratégie globale d’orientation et de contrôle de l’Union Européenne.

Dans leur sens commun, le terme, le thème ou le fait de l’ouverture n’auraient de prime abord aucun rapport avec le registre des idées, s’il n’était constaté que le discours européen de l’ère postcommuniste s’en est emparé pour en faire un concept à la fois doctrinal et opérationnel. Pour en saisir d’emblée la portée, il convient d’accoupler ce concept à la formulation de l’alternative à double caractère d’avertissement et d’injonction diffusée et répétée en leitmotiv, à savoir : « l’ouverture à l’Autre », laquelle doit être opposée au « repli sur soi ».

Continue Reading

Share/Partage

Préparer l’avenir, affermir le présent : les choix de Vladimir Poutine

10 août 2016 : Vladimir Poutine annonce que les services de renseignement russes ont déjoué plusieurs attentats ukrainiens, diligentés par les autorités de Kiev, en passe d’oeuvrer sur le sol de Crimée. L’annonce est d’autant plus inhabituelle que d’ordinaire ce type d’accusation est l’apanage du gouvernement ukrainien. Le ton solennel du président russe suivi de mouvements de troupes aux frontières ukrainiennes ont relancé une situation de crise qui tendait à s’appaiser, même relativement, dans la région.

russia_ukraine_flags

12 août 2016 : Sergueï Ivanov, chef de la sécurité présidentielle et fidèle compagnon de Vladimir Poutine, aest muté, à sa demande est-il bien précisé, aux questions d’environnement et de transports. Il est remplacé par Anton Vaïno, ambitieux quadra et diplomate de métier, au même poste, et sur recommandation du partant est-il une nouvelle fois précisé.

Si le lien entre les deux évènements n’apparait pas clairement, il ne saurait pour autant être éludé si l’on considère l’imbrication du contexte interne et externe propre au pays.

Continue Reading

Share/Partage

Quelques scénarios catastrophe et surprises stratégiques pour 2017…

Disserter sur les surprises stratégiques est toujours utile, aussi bien pour analyser les surprises du passé (Sont-elles des « surprises » ? Sont-elles « stratégiques » ?) que pour conceptualiser la notion. Toutefois, la finalité de ce travail consiste à mieux appréhender les surprises du passé afin d’éviter les surprises de demain. En comprenant les mécanismes de la surprise passée, on cadre les trous noirs de nos postures stratégiques de façon à éviter de reproduire l’erreur. En ce sens, ce travail d’enquête factuelle devrait contribuer à une bonne décision stratégique. L’inconvénient, c’est qu’on ne fait que prolonger les courbes, ce qui n’est pas le meilleur moyen de percevoir les nouveautés.

surprises_strategiques_monde

Une autre méthode consiste à se tourner vers l’avenir, en utilisant une méthode des scénarios. Il ne s’agit pas ici de prédire l’avenir, ni même d’entrer dans un processus de prospective, mais de bâtir des scénarios crédibles de façon à les présenter au décideur : l’objectif ne vise pas à prendre des décisions aujourd’hui pour contrer cette crise spécifique mais à envisager son éventualité qui peut nécessiter des décisions de prudence. Au fond, penser l’impensable est la meilleure façon de ne pas être surpris, même si la réalité diffère forcément du scénario proposé. Ainsi, on considère que le futur construit le présent : c’est parce qu’on pense le futur (objet de toute démarche stratégique) que l’on va influer sur le présent. La méthode serait plus efficace que celle du retour d’expérience, qui part du principe que l’étude du passé permet de mieux comprendre le présent. Penser les ruptures de demain serait ici plus efficace pour agir aujourd’hui.

Tentons l’expérience en cet été 2016, qui est déjà furieusement bouleversé et chaotique. Or, notre intuition laisse présager que nous soyons au début d’un bouleversement encore plus systémique.

Continue Reading

Share/Partage

Conséquences stratégiques de la confrontation Union Européenne – Grèce

L’échec et la capitulation devant les autorités européennes du nouveau gouvernement grec,le 13 juillet 2015, et après 5 mois de tractations, peut être considéré comme l’évènement politique le plus important en Europe depuis la chute du bloc soviétique au tournant des années 1990.Il serait de courte vue de n’y voir qu’une péripétie supplémentaire de «la crise grecque» ouverte depuis 2010.

Enlèvement Europe

Dans cette mise en perspective, l’emploi des termes échec et capitulation est d’abord justifié pour balayer l’apparence d’une négociation dont la fiction a été entretenue par le système dirigeant de l’Union Européenne avec le concours de la majorité des media. Il n’y a eu aucune négociation entre la Grèce et le bloc formé par la Troïka élargie en «quartet» (FMI,BCE, Commission Européenne, Eurogroupe), mais au contraire une stratégie ayant pour objectif la capitulation sans conditions du gouvernement grec élu en janvier 2015. Les méthodes employées par ce quartet en termes tactiques et de communication sont à elles seules un cas d’école de guerre non militaire tel qu’on en observe dans la géopolitique de la période post soviétique.

Continue Reading

Share/Partage

L’Union Européenne, vraie ou fausse puissance mondiale?

La définition de la puissance globale d’une nation ou d’un Etat repose sur la combinaison souple de 4 ou 5 critères identifiants dont le dénominateur commun est l’indépendance, et la raison d’être, la souveraineté comme valeur de droit universelle. Il n’est en effet de puissance que souveraine, la souveraineté sans puissance étant une fiction, de même que la puissance sans souveraineté reste un artefact. Ces critères généralement acceptés sont :

  • une monnaie comme instrument de politique économique
  • une politique économique autonome dont la monnaie est l’instrument central
  • une politique étrangère et de défense indépendante
  • un système de valeurs propres au service d’un engagement collectif
  • une taille suffisante pour donner réalité à cet ensemble

Le Petit Journal Rêve Don Quichotte - ER

Dans le temps et l’espace de l’histoire contemporaine, la combinaison de ces critères s’opère selon des amplitudes variables déterminant le degré relatif de puissance, c’est-à-dire de liberté exploitable, ou de contrainte subie. Dans ce cadre, un risque d’analyse est la déformation d’optique donnée par l’apparence ou le discours. Ainsi, un Etat actuel d’Amérique centrale formellement souverain, disposant de sa propre monnaie et d’une armée nationale, n’en est pas moins, dans sa réalité et sous une forme spécifique, une colonie des USA. De même, la souveraineté formelle des ex-démocraties populaires placées dans l’orbite de l’URSS, n’était que fictive.

Continue Reading

Share/Partage