Quelle Europe dans un monde d’empires ?

Le groupe d’études géopolitiques (GEG) est un cercle de réflexion issu de la rue d’Ulm et résolument pro-européen, mâtiné de beaucoup de culture (je n’ose dire qu’il est élitiste). Adossé à un site, le Grand continent, Il envoie chaque fin de semaine une petite lettre qui est souvent intéressante. La dernière (voir ici) m’a toutefois chagriné. Elle publie en effet la lettre d’un intellectuel italien, Alberto Alemanno, professeur titulaire de la chaire Jean Monnet en droit et politiques publiques européennes à HEC Paris, qui réagissait à un discours récent d’un autre intellectuel, américain celui-là, Tymothy Snyder.

source

Ce dernier, dans un discours prononcé à Vienne le 9 mai dernier, dénonçait “l’un des malentendus les plus prégnants du débat européen : bien plus qu’une union d’États-nations épuisés par des siècles d’affrontement intestins, l’Europe est née de l’effondrement des empires européens. Loin d’avoir précédé l’Europe, l’État-nation est une construction européenne“. A. Alemanno réagissait à ce discours dans un long texte publié par GEG.

Continuer la lecture

Share/Partage

Le choc presque inattendu du “Brexit”

Le « Brexit » est à l’évidence un choc historique, probablement aussi important que la chute du mur de Berlin. Peut-on parler de « chute du mur de Bruxelles ? » L’histoire n’entraîne pas forcément le tragique et l’incertitude absolue qui règne ne conduira pas forcément à la violence, même si ce n’est pas une opportunité à écarter d’emblée.

brexit

Il reste qu’au-delà des injures proférées par BHL (dans Le Monde) à l’attention des votants – qui témoigne de son manque de respect pour la démocratie en général et pour le peuple en particulier, le Brexit met à jour de nouvelles réalités politiques qu’on ne saurait évacuer avec les recettes habituelles. Au fond, il s’agit du retour de la politique qui avait été si soigneusement mise sous le boisseau par la « construction européenne ».

Continuer la lecture

Share/Partage

Entretien avec Claire Chaufaux – La lutte contre la piraterie en Insulinde dans les stratégies chinoise et américaine

Née à Brest, dans une maison tournée vers la mer, je quitte dans ma jeunesse le pays des Abers pour Saint-Malo. Après une scolarité éclectique, mais résolument tournée vers l’international et la volonté de saisir les enjeux de notre monde, c’est mon attachement à ma région et mon envie de travailler dans un milieu en lien avec la mer qui me pousse à mener des recherches sur la piraterie moderne en Insulinde dans le cadre de mon Master 2 Relations internationales et diplomatie au sein de l’Université Jean Moulin – Lyon 3. C’est ce travail qui a été primé par le second prix de la recherche scientifique de l’IHEDN pour l’année 2016.

zezef

 

Continuer la lecture

Share/Partage

L’Europe et la guerre contre l’EI

Voici le texte d’une conférence que j’ai prononcée l’autre jour, le 23 janvier, à l’Université Saint-Louis de Bruxelles. Le thème du colloque était celui de la Politique Européenne de Voisinage. On m’avait donné la guerre contre l’EI comme sujet, ce qui est, on en conviendra, assez éloigné de la politique européenne de voisinage. Voici comme je m’en suis tiré.

source

Évoquer la guerre contre l’EI à l’occasion d’un colloque consacré à la Politique Européenne de Voisinage (PEV) paraît une gageure. Tout d’abord parce que la PEV paraît mal articulée à la PSDC, ensuite parce que la PSDC ne semble pas affirmer grand-chose en ce qui concerne la lutte contre l’EI. Au fond, si les Européens sont au front contre l’EI, l’UE en tant que telle est plus distante. Pour le comprendre, nous dresserons d’abord un état des lieux de la guerre contre l’EI, pour analyser ensuite l’action des Européens avant d’examiner enfin les conséquences pour l’UE.

Continuer la lecture

Share/Partage
Translate »