Quelles leçons tirer de la guerre du Kharabakh ?

La récente guerre dans le Caucase entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est exceptionnelle à bien des égards : pour la première fois depuis longtemps, nous avons assisté à une guerre entre deux États (la guerre au Yémen étant entre un État et une faction politique d’un autre). Ce n’était pas non plus une coalition (type intervention en Libye). Bref, deux États qui s’affrontent par la force pour régler un contentieux territorial. Preuve que les conflits gelés se dégèlent parfois. Pour tirer toutes les leçons de cette guerre, nous avons interrogé notre spécialiste, Igor Delanoë. Mille mercis à lui (ER).

Source

1/ L’affrontement entre Arménie et Azerbaïdjan est d’abord militaire. Or, le rapport de force a visiblement été mal apprécié, avec un renforcement constant des moyens azéris et une indolence surprenante des Arméniens : doit-on vraiment être surpris du résultat ?

Continuer la lecture

Share/Partage

Préparer l’avenir, affermir le présent : les choix de Vladimir Poutine

10 août 2016 : Vladimir Poutine annonce que les services de renseignement russes ont déjoué plusieurs attentats ukrainiens, diligentés par les autorités de Kiev, en passe d’oeuvrer sur le sol de Crimée. L’annonce est d’autant plus inhabituelle que d’ordinaire ce type d’accusation est l’apanage du gouvernement ukrainien. Le ton solennel du président russe suivi de mouvements de troupes aux frontières ukrainiennes ont relancé une situation de crise qui tendait à s’appaiser, même relativement, dans la région.

russia_ukraine_flags

12 août 2016 : Sergueï Ivanov, chef de la sécurité présidentielle et fidèle compagnon de Vladimir Poutine, aest muté, à sa demande est-il bien précisé, aux questions d’environnement et de transports. Il est remplacé par Anton Vaïno, ambitieux quadra et diplomate de métier, au même poste, et sur recommandation du partant est-il une nouvelle fois précisé.

Si le lien entre les deux évènements n’apparait pas clairement, il ne saurait pour autant être éludé si l’on considère l’imbrication du contexte interne et externe propre au pays.

Continuer la lecture

Share/Partage

Un étrange clash aérien dans le ciel… turc ou syrien ?

Dans la matinée du mercredi 25 novembre 2015, un bombardier tactique russe SU-24 en opération près de la frontière turco-syrienne a été abattu par un chasseur turc F-16 après avoir violé l’espace aérien turc pendant 17 secondes. Les deux pilotes ont pu s’éjecter de leur appareil détruit mais l’un a été tué par des rebelles turkmènes de Syrie dans sa descente en parachute et l’autre a été récupéré par des équipes héliportées de commandos russes et iraniens. Cet incident a donné lieu à une grave crise diplomatique entre Ankara et Moscou et suscite quelles interrogations essentiellement techniques.

Avant de poursuivre, quelques exemples sommaires permettront de mieux se projeter dans l’univers de l’aviation militaire.

À bord d’un chasseur/bombardier volant à 900-2000 km/h (250-555 mètres/seconde), un pilote qui hésite, réagit ou manoeuvre pendant 5-10 secondes peut aisément violer un espace aérien. Ce type d’incidents est assez régulier au-dessus de la Mer baltique, du Moyen-Orient (Israël, Jordanie, Syrie, Irak, Iran, Turquie) et de la frontière Grèce-Turquie, théâtres plus ou moins imprégnés d’une ambiance de guerre froide… ou tiède.

Continuer la lecture

Share/Partage