Conséquences minéralogiques du conflit Russie-Ukraine – Mineralogical consequences of the Russia-Ukraine conflict

Version française :

Dans le conflit qui oppose la Russie à l’Ukraine, un aspect souvent minoré – lorsqu’il n’est pas occulté – doit être porté à la connaissance du plus grand nombre : l’impact minéralogique.

Ces ressources, qui peuvent être exploités directement ou indirectement sous forme métallique ou non métallique, sont une source d’inquiétude récurrente pour les États et les structures privées très dépendants de ses approvisionnements et la logistique afférente. Et ce qui se déroule entre la Russie et l’Ukraine doit faire comprendre aux Européens qu’ils sont éminemment fragiles sur ce sujet peu médiatique et pourtant hautement névralgique.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’AUKUS : un regard depuis la Russie

Par Igor Delanoë

Directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe (Moscou)

Docteur en histoire

 

La création de l’AUKUS a pris par surprise experts et décideurs politico-militaires en Russie. Envisagée à travers le prisme de la confrontation avec la communauté euro-atlantique, cette alliance politico-militaire et industrielle revêt à court terme un caractère de dangerosité pour Moscou. A plus long terme, l’AUKUS pourrait toutefois bien se muer en menace pour la Russie sur son flanc Asie-pacifique. Il s’agit d’une région qui baigne l’Extrême-Orient russe, et dont Moscou a pu prétendre réinvestir la scène stratégique, sans que pour autant elle soit parvenue à y trouver sa place. En réalité, compte-tenu du niveau de tensions et des enjeux de la compétition sino-américaine qui y prend forme, le Kremlin semble préférer jouer en “deuxième ligne” tant il redoute les conséquences d’une crise dans laquelle il pourrait se retrouver entraîner. En tout état de cause, au-delà des défis que la Russie veut bien voir dans la formation de l’AUKUS, ce pacte pourrait cependant ouvrir des possibilités de coopération économique et militaro-industrielle entre Moscou et des pays de la zone Asie-Pacifique. Quant à la France, trahie par ses alliés, elle est jugée sévèrement et avec une certaine condescendance.

Continuer la lecture

Share/Partage

Quelles leçons tirer de la guerre du Kharabakh ?

La récente guerre dans le Caucase entre l’Arménie et l’Azerbaïdjan est exceptionnelle à bien des égards : pour la première fois depuis longtemps, nous avons assisté à une guerre entre deux États (la guerre au Yémen étant entre un État et une faction politique d’un autre). Ce n’était pas non plus une coalition (type intervention en Libye). Bref, deux États qui s’affrontent par la force pour régler un contentieux territorial. Preuve que les conflits gelés se dégèlent parfois. Pour tirer toutes les leçons de cette guerre, nous avons interrogé notre spécialiste, Igor Delanoë. Mille mercis à lui (ER).

Source

1/ L’affrontement entre Arménie et Azerbaïdjan est d’abord militaire. Or, le rapport de force a visiblement été mal apprécié, avec un renforcement constant des moyens azéris et une indolence surprenante des Arméniens : doit-on vraiment être surpris du résultat ?

Continuer la lecture

Share/Partage

Anatoli Kitov : pionnier de la cybernétique soviétique [Partie 3]

Troisième et dernière partie de l’entretien mené avec Vladimir Kitov sur son père, pionnier de la cybernétique.

Dans cette partie vous pourrez découvrir que rien n’arrête un génie, même entravé politiquement, et qu’il s’est lancé à corps perdu dans l’informatisation de la médecine avec des succès notables, au point de participer à un programme mondial sous l’égide de l’UNESCO lequel perdure de nos jours.

À l’heure où la découverte d’un vaccin russe contre la pandémie du SARS-CoV-2 suscite l’admiration ou l’interrogation de nombreux gouvernements dans le monde, il est appréciable de rappeler l’apport d’un Anatoli Kitov au secteur médical de son pays.

En vous en souhaitant une bonne lecture,

Yannick Harrel

Continuer la lecture

Share/Partage

Anatoli Kitov : pionnier de la cybernétique soviétique [Partie 2]

Seconde partie de notre entretien avec Vladimir Kitov, fils du pionnier de la cybernétique soviétique qui aurait pu donner naissance à un Internet mondial si les autorités militaires et politiques avaient eu l’audace et de la perspicacité de comprendre la révolution proposée par le colonel-ingénieur.

La troisième et dernière partie sera publiée en fin de semaine.

En vous en souhaitant bonne lecture.

Yannick Harrel

Vladimir Kitov (fils) et Anatoli Kitov (père)

Continuer la lecture

Share/Partage

Anatoli Kitov : pionnier de la cybernétique soviétique [Partie 1]

C’est un grand plaisir pour moi et pour Echo Radar de recueillir les impressions et les informations de Vladimir Kitov relatives à la vie et l’oeuvre de son père, Anatoli Kitov, pionnier de la cybernétique soviétique qui aurait pu changer le cours du monde si les autorités politiques et militaires avaient adhéré à sa vision de l’informatique. Il n’en demeure pas moins que ce grand homme des sciences informatiques aura réussi à participer à plusieurs projets d’envergure, dans le domaine militaire comme civil, marquant par là toute une période critique, celle de la Guerre Froide. J’en profite pour rappeler que mon ouvrage La cyberstratégie russe paru aux éditions Nuvis est dédié spécifiquement au colonel-ingénieur Kitov.

Vladimir Kitov

L’entretien sera divisé en plusieurs parties en raison de la longueur de celui-ci, tout en rappelant qu’il provient d’une traduction originale en langue russe opérée par mes soins.

En vous en souhaitant une agréable lecture et découverte.

Yannick Harrel

Continuer la lecture

Share/Partage

Russie – Arabie saoudite : le duel pétrolier et ses conséquences

Le désaccord profond constaté début mars entre l’Arabie saoudite et la Russie sur la fixation de nouveaux quotas de production pétroliers, dans le contexte d’un marché fortement déprimé par les effets du coronavirus, vire depuis quelques jours à la guerre des prix. Alors que le Royaume saoudien souhaitait anticiper la chute de la demande mondiale de brut causée par la crise du coronavirus en sabrant la production OPEP et hors OPEP de 1,7 million de barils/jour, la Russie estimait qu’il était prématuré de prendre une telle décision. L’impossibilité de trouver un accord entre les deux poids lourds pétroliers a conduit à Vienne la semaine dernière à l’éclatement de l’accord OPEP+, dont les mécanismes de limitation de la production de pétrole cesseront de fonctionner au 1er avril prochain. Pour comprendre le claquage de porte russe à Vienne, il convient aussi de rappeler que la Russie raisonne traditionnellement en termes de parts de marché et non en termes de prix. Aussi, certains pétroliers russes – au premier rang desquels Rosneft – ont accueilli avec hostilité l’accord OPEP+ lorsque celui-ci a été signé fin 2016, tandis que d’autres s’accommodaient mieux des règles du jeu introduites par ce deal (Lukoil). Rosneft, en la personne de son tumultueux président, Igor Setchin, n’a eu de cesse de faire du lobbying pour la mise au rebus du texte, en arguant qu’il s’agissait d’un « cadeau » fait aux producteurs de pétrole non-conventionnel américains.

Continuer la lecture

Share/Partage

La stratégie russe de développement de l’intelligence artificielle

Ce texte est le fruit d’une collaboration entre Thierry Berthier et Yannick Harrel (membres d’EchoRadar). Il s’agit d’une étude exclusive relative à la publication par les autorités russes du document stratégique sur l’IA. Elle a été diffusée initialement sur The Conversation le 26 Novembre 2019

 

Vladimir Poutine lors de l’assemblée fédérale du 1er mars 2018 – Crédits photo Sputnik

Le 1er septembre 2017, le président de la Fédération de Russie Vladimir Poutine énonça lors du discours de rentrée universitaire ces propos sentencieux :

« L’intelligence artificielle est l’avenir, non seulement pour la Russie, mais pour toute l’humanité. Cela présente des opportunités colossales, mais aussi des menaces difficiles à prévoir aujourd’hui. Quiconque deviendra le leader dans ce domaine deviendra le dirigeant du monde. »

L’oukaze (loi) fixant le cadre, les objectifs et les moyens du développement de l’intelligence artificielle en Russie a été promulgué près de deux ans plus tard, le 10 octobre 2019. Ce décret présidentiel s’inscrit dans une volonté politique plus large : garantir la souveraineté technologique de la Fédération de Russie. Une ambition qu’est encore venue illustrer la participation remarquée de Vladimir Poutine à la conférence sur l’intelligence artificielle tenue le 9 novembre 2019 à Moscou.

 

Continuer la lecture

Share/Partage