Tempête Rouge – Le succès de l’intervention militaire russe en Syrie (2015-2017)

Deux ans après l’intervention russe en Syrie, qu’on le déplore ou non (ce n’est pas le propos ici), il convient de constater que celle-ci est un succès et qu’il est possible d’en tirer quelques enseignements opérationnels. Cette intervention est un succès car elle a permis d’atteindre son objectif politique premier, qui était de sauver le régime syrien alors en grande difficulté, et même de contribuer à sa victoire probable. Le corps expéditionnaire russe a effectivement largement contribué à l’endiguement des forces rebelles à la fin de 2015 puis, en particulier avec la prise d’Alep, à la conquête presque définitive du grand axe de l’autoroute M5, centre de gravité du conflit, pendant l’année 2016 avant de lancer une campagne dans l’est désertique jusqu’au dégagement de l’aéroport de Deir ez-Zor, assiégé par l’Etat islamique.

La guerre est encore loin d’être terminée mais elle ne peut plus désormais être perdue par Assad. Il n’y a plus que deux pôles territoriaux rebelles arabes sunnites cohérents en Syrie : la partie de l’Euphrate syrien encore tenue par l’Etat islamique et surtout la province d’Idlib, aux mains d’une coalition de factions dominée par Hayat Tahrir al-Sham (ex-Jabhat al-Nosra). Les autres forces rebelles sont désormais éclatées et servent souvent de supplétifs à d’autres acteurs par ailleurs concurrents, comme la Turquie, le Parti de l’union démocratique kurde (PYD), la Jordanie, Israël ou les Etats-Unis. Encore une fois, cette évolution est largement le fait de l’intervention russe qui lui donne aussi un poids diplomatique particulier tant sur le théâtre lui-même, où la Russie sert d’intermédiaire avec quasiment tous les acteurs locaux ou extérieurs et sur la scène internationale, où elle apparaît à nouveau comme une puissance qui pèse sur les affaires du monde et avec laquelle il faut compter.

Continue Reading

Share/Partage

Les Kalibr à l’assaut du désert syrien

Les Kalibr à l'assaut du désert syrien

La marine russe a procédé à de nouvelles frappes avec des missiles de croisière Kalibr tirés depuis la Méditerranée contre des cibles de l’État islamique en Syrie. Que faut-il retenir de cette nouvelle démonstration de force ?

Il s’agit du quatrième tir du genre. Le premier avait eu lieu peu après le lancement de l’opération russe en Syrie, le 7 octobre 2015 : une salve de 26 missiles Kalibr alors avait été tirée depuis la mer Caspienne par la frégate Daghestan (Projet 11661K), et les corvettes lance-missiles Grad Sviazhsk, Uglitch et Velikiy Ustiug (Projet 21631) vers des cibles de l’EI. Quelques semaine plus tard, le 9 décembre 2015, le sous-marin B-237 Rostov-sur-le-Don (Projet 0636.3), alors en transit en Méditerranée afin de rallier la mer Noire, avait à son tour procédé à un tir de 4 missiles sur des objectifs situés à Raqqa. Enfin, le 15 novembre dernier, c’est la frégate Amiral Grigorovitch (tête de série du Projet 11356M, flotte de la mer Noire) qui a tiré une salve de 3 (?) missiles Kalibr.

Continue Reading

Share/Partage

L’État tampon, un réducteur des risques de conflits

Le concept et le vocable d’Etat tampon semblent avoir disparu aujourd’hui du répertoire des qualifications politiques ou diplomatiques. Si des Etats tampons ont bien existé ou ont été désignés comme tels dans un passé encore récent, il apparaît qu’au début du 21ème siècle cette notion ne répond à aucune réalité identifiable en quelque lieu de la planète.

Carte de l’Europe durant la Guerre Froide

Il relèverait cependant d’une courte vue et d’une forme d’inintelligence en matière de relations internationales de considérer l’Etat tampon comme un modèle obsolète au motif qu’il appartiendrait au passé. La problématique le concernant s’établit par essence dans un champ permanent et non contingent de ces relations. A ce titre, elle relie trois niveaux d’approche : d’abord un rappel des Etats tampons ayant réellement existé de fait ou de droit dans l’utilité de leur rôle ; ensuite les raisons de leur quasi disparition actuelle ; enfin l’examen  des risques et des menaces induits par leur effacement en opposition aux atouts et aux opportunités de leur rétablissement.

Continue Reading

Share/Partage

Zbiegniew Brzezinsky brise son échiquier et prône un rapprochement US-Russie-Chine

Dans la fureur des duels électoraux, un article publié au printemps 2016 par Zbiegniew Brzezinski est passé complètement inaperçu. Dans « Toward a Global Realignment » (The American Interest), le plus influent artisan de la politique étrangère américaine recommande vivement aux Etats-Unis d’assumer leur repli et de se réconcilier avec la Russie et la Chine afin de « redéfinir une architecture mondiale du pouvoir »… et de gérer conjointement les futurs risques et crises sécuritaires dans le monde arabo/musulman en particulier, et dans le tiers-monde en général.

Zbigniew Kazimierz Brzezinski est né en 1928 à Varsovie (Pologne). Son père diplomate était en poste au Canada lorsque le pacte germano-soviétique fut signé et ne put donc rentrer avec sa famille au bercail. Plus tard, « Zbieg Brzez » épousa  Emilie-Anne Benes, nièce de l’ancien président tchécoslovaque Edvard Benes. Ce parcours personnel expliquerait-il, parmi d’autres facteurs, son aversion profonde pour l’URSS et/ou la Russie ?

Après avoir consacré sa carrière académique à étudier le totalitarisme soviétique et à forger une vision géostratégique sur le rôle prépondérant de l’Amérique dans le monde, Brezinski gravit les échelons au département d’Etat et en devint le secrétaire sous l’administration Jimmy Carter (1977-1981). Il fut également membre du Council of Foreign Relations (CFR), du National Endowment for Democracy (NED), de divers think tanks et organismes spécialisés dans la défense et/ou la politique étrangère, eut l’oreille du président George Bush père au plus fort de la chute de l’URSS, et conseilla le futur président Barack Obama en affaires étrangères au cours de sa campagne électorale.

Continue Reading

Share/Partage

Entretien avec Gilbert le Bris – Tromelin et l’intégrité territoriale de l’Archipel France

Gilbert Le Bris, ancien officier de la Marine (commissaire de Marine) est aujourd’hui député (PS) de la huitième circonscription du Finistère. À ce titre, il est membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées. Au travers de ses activités parlementaires il est un spécialiste des questions liées à l’OTAN (membre de la délégation française (vice-président) à l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) ainsi que de la Marine nationale (voir ses missions d’informations, rapports et avis).

© Olivier Chapuis / MaxSea / Mapmedia / SHOM. À 230 milles à l’Est de Madagascar et à 300 milles au Nord-Ouest de l’île Maurice, l’île Tromelin (au cœur du cercle rouge) abrite aujourd’hui une station de Météo-France, précieuse pour le réseau synoptique de l’océan Indien.

Il a généreusement accepté de nous accorder un entretien au sujet du traité de co-gestion qui devait être présenté à l’Assemblée nationale avant qu’il ne soit retiré de l’ordre du jour. 


L’ensemble des possessions maritimes françaises, même inhabitées, représentent-elles un intérêt stratégique pour la France ?

Continue Reading

Share/Partage

L’impossible vérité sur le piratage du Parti Démocrate et les hackers russes

Quelques semaines après l’élection de Donald Trump, les agences américaines de renseignement ont publié une synthèse sur le piratage du Parti Démocrate par des hackers russes et la transmission à Wikileaks des emails dérobés en vue de nuire à la campagne électorale de Hillary Clinton. Malheureusement, la crédibilité de ce rapport fut vite cannibalisée par la culture du secret et par les pesanteurs stratégiques et industrielles de la cybersécurité et du renseignement électronique.

Publié en décembre 2016 par plusieurs services américains de sécurité (FBI, CIA, DNI, DHS, US-CERT), le rapport Grizzly Steppe était d’abord et surtout un produit dérivé des conclusions de CrowdStrike et de Fire Eye, firmes spécialisées dans la cybersécurité et l’expertise informatique. Ce document évoque « une activité cyber malicieuse russe », décrit quelques fondamentaux de la guerre d’information made in Russia, et compile des signatures de malwares génériques, des botnets, des fuseaux horaires, des adresses IP et des services Web (Tor, Google, Dropbox, Yahoo!) couramment utilisés par des hackers et des spammers du monde entier… et connus depuis belle lurette par les experts en sécurité informatique qui avaient hâte d’analyser de véritables « indicateurs de compromission » (indicators of compromise) caractérisant précisément la cyberattaque l’intrusion et attribuant incontestablement celle-ci à des hackers russes.

Continue Reading

Share/Partage

Vlad et les Lilliputiens

Il y a très longtemps dans un lointain pays habitaient les Lilliputiens, une peuplade très étrange. Elle était dotée d’une grande intelligence, d’un sens artistique développé, de capacités d’abstraction étonnante et, dit-on, de prodigieux savoirs tant scientifiques que philosophiques. Parée d’autant de talents et de savoirs, elle faisait également montre d’une grande cruauté et de violences en tous genres.  Cette peuplade, composée de nombreuses tribus, se divisait en deux grandes castes : les leaders et les followers.

Les leaders, peu nombreux mais immensément riches et puissants, étaient d’un grand cynisme et se reconnaissaient par leurs tenues coûteuses et souvent excentriques, leurs véhicules richement décorés et leurs mœurs égotistes, souvent dissolus et généralement psychotiques. Continue Reading

Share/Partage

La marche (stratégique) vers l’unité

À l’intérieur du café Pouchkine, bien au chaud, alors que la place rouge était banche, Vladimir se réjouissait silencieusement en attendant son invité. Sa grande œuvre, celle pour laquelle il avait agi sans que personne ne la remarque était proche du but. Un grommellement interrompit sa délectation prémonitoire. « Kiril, ta gueule ! » lança-t-il fort peu aimablement. Le patriarche se rembrunit en se disant qu’il valait mieux faire encore profil bas.

fk2

Tout à son bonheur anticipé, Vladimir se souvenait de la genèse de l’histoire. Incognito. Ou presque. Ses frères du KGB avaient fait partir du café les touristes et les avaient remplacés. Seuls des marmules étaient maintenant assis aux tables. Un plaisantin avait demandé en passant si c’était bien ici qu’avait lieu le rassemblement pour la préparation de la prochaine gay pride. Vladimir n’avait pas eu besoin de froncer les sourcils que l’importun était déjà emporté par les flots de la Moskova, cloué à l’iceberg qui avait entraîné la perte du Titanic. L’entraînement du FSB n’avait rien perdu de son efficacité se dit Vladimir.

Continue Reading

Share/Partage