L’actuelle bataille des câbles préfigure-t-elle le cyberespace de 2030 ?

S’il est sans doute encore un peu tôt pour vérifier que la Russie et la Chine pourraient venir concurrencer et pourquoi pas, à termes, dominer les USA dans le cyberespace, force est cependant d’observer deux faits différents mais complémentaires : la Russie dispose, dans ce domaine, de ressources techniques et humaines plus que respectables. La Chine, elle, se dote en plus de capacités technologiques et d’innovations qu’il conviendrait d’évaluer avec le plus grand respect.

Quantum fiber optic internet - Si vis pacem para bellum 2014

Pour cette dernière, la mise en exploitation en 2016 de la plus grande boucle de réseau de communication quantique (1) entre Pékin et Shanghai, soit tout de même plus de 2 000 kilomètres, vient illustrer une prouesse technologique indéniable. Qui illustre parfaitement les efforts scientifiques et financiers mais aussi alternatifs déployés par Pékin en matière de recherche et de développement tout azimuts depuis le milieu de la précédente décennie. Dans une volonté à peine dissimulée, ces efforts pourraient également provoquer de possibles bouleversements concernant la géopolitique de l’Internet. Soit un scénario crédible du visage que pourraient prendre certaines infrastructures de transport et de traitement des données à moyen terme. Continuer la lecture

Share/Partage

L’infosécurité et le droit du travail face au cyborg en ligne

Fourmillant de programmeurs et d’ingénieurs passionnés par leurs merveilleuses machines, Willow Garage est le plus fameux incubateur californien de start-up spécialisées dans la robotique.

PR2_WillowGarage

Afin de s’épargner la sempiternelle corvée de vaisselle ou du lave-vaisselle, sa joyeuse clique de geek recruta un « plongeur » vivant en Inde au printemps 2013. Cet employé bénéficia d’une formation en ligne de pilotage à distance du PR2, un robot made in Willow Garage (285 000 $) suffisamment habile et délicat pour dresser et débarrasser une table, et même servir des boissons sans casser le moindre verre.

Tout se passa ensuite pour le mieux dans le meilleur des mondes pendant plusieurs mois et les « willowgaragistes » furent à peine étonnés par cette situation inédite : un robot domestique manoeuvré à distance par un salarié indien se déplaçait quasi librement dans leurs locaux, et leur servait thé, café et jus de fruits.

Continuer la lecture

Share/Partage