Cuirassé Lance-Engins Jean Bart

La refonte lance-missiles des cuirassés Richelieu (1940 – 1967) et Jean Bart (1940 – 1970), dans le prolongement de la reconstruction de la flotte de surface française après la Deuxième Guerre mondiale (1939 – 1945), aurait pu fournir deux vecteurs de surface pour la dissuasion nucléaire française.

© Jacques Marquet.

© Jacques Marquet.

La Marine nationale marquait un temps son intérêt pour le missile de croisière à charge nucléaire Regulus II et ne pouvait qu’avoir un avis sur le projet italien de croiseur Polaris.

 

Continuer la lecture

Share/Partage

Deuxième porte-avions, plus de frégates ?

Revenons sur cette remarque souvent prononcée quand il s’agit d’évoquer l’éventuelle construction d’un deuxième porte-avions afin de parfaire le Groupe Aéronaval (GAn). Les conséquences comporteraient, notamment, un besoin d’accroître le format de la flotte de surface.

 

© Inconnu. Les porte-avions Clemenceau et Foch à la mer.

© Inconnu. Les porte-avions Clemenceau et Foch à la mer.

Assénée comme une vérité qui serait volontairement cachée, cette assertion ne résiste pas à l’épreuve de l’expérience pratique des porte-avions Clemenceau (1961 – 1997) et Foch (1963 – 2000).

 

Continuer la lecture

Share/Partage