Le management de la sauvagerie

Les différentes déclinaisons du « jihad » diffusent aujourd’hui une avalanche d’images — photos et vidéos — extrêmement choquantes, qu’il s’agisse des conséquences d’un bombardement sur une population, de corps disloqués d’ennemis tués au combat qu’on enterre par bennes dans des fosses communes, de gens qu’on décapite, brûle vifs, lapide, précipite du haut d’immeubles…

Combattants de l’EI paradant à Mossoul à l’été 2014, juchés sur des “Humvee” d’origine US récupérés, le plus souvent sans combattre, dans les dépôts abandonnés par l’armée irakienne, théoriquement supérieure, mais en fuite et décrédibilisée. La collecte des fruits d’une vraie doctrine stratégique, méthodiquement appliquée.

Combattants de l’EI paradant à Mossoul à l’été 2014, juchés sur des “Humvee” d’origine US.

La guerre est quelque chose qui relève de l’entendement — un outil destiné à atteindre des buts politiques par usage de la violence. Elle est également animée par des ressorts de nature passionnelle — le déchaînement de violence sans passion, est-ce bien envisageable… ?

Continuer la lecture

Share/Partage

Penser les réseaux

Je suis heureux de vous annoncer la parution du petit dernier ouvrage que j’ai dirigé : Penser les réseaux, une approche stratégique. Il s’agit des actes d’un colloque tenu en juin 2013 augmentés de quelques textes qui permettent de construire un ouvrage complet et cohérent. Trois thèmes se succèdent : approche théorique, perspectives militaires et stratégique, point de vue techno-économique. Au fond, il s’agit de penser la notion de réseau avant d’aller voir du côté du cyber et de l’informatique même si cette approche est aussi présente, bien sûr.

 

Couv Penser les réseaux

Avec des textes de l’amiral Arnaud Coustillère, Philippe Davadie, Frederick Douzet, Eric Hazane, François-Bernard Huyghe, Olivier Kempf, Colin L’Hermet, Dominique Lacroix, Jarno Limnèll, Nicolas Mazzucchi, Jamel Metmati, Kave Salamatian, Daniel Ventre. Ci-dessous vous trouverez la présentation détaillée du livre et les résumés des articles.

Continuer la lecture

Share/Partage

Jünger : “La guerre comme expérience intérieure”

La guerre en tant qu’affrontement des masses et des Etats, ou en tant que fait politique et militaire, a largement été commentée. Le combat, c’est-à dire la lutte violente entre un ou plusieurs individus, a rarement été traité comme l’a fait Ernst Jünger dans la guerre comme expérience intérieure. Dans son ouvrage, il revient sur son expérience de la Première Guerre mondiale. Non, ce n’est pas un autre Orage d’acier, autre ouvrage remarquable de Jünger, mais c’est bien la vision de la guerre par l’être humain, avec ses grandeurs, ses faiblesses et ses déchéances. Ce livre, avec sa description sans détour de la violence, peut paraître anachronique pour des Européens qui ont majoritairement oublié la guerre ou feint de l’oublier. Il permet de comprendre la culture et la barbarie européennes, relatées notamment par Edgar Morin, mais au-delà la barbarie de l’humanité dans un contexte culturel et historique particulier.

Ernst Jünger

Un extrait d’un commentaire d’André Glucksmann, en 1997, permet de commencer à cerner cet ouvrage.

“Ce manifeste est un texte fou mais nullement le texte d’un fou. Une histoire pleine de bruit, de fureur et de sang, la nôtre, est anticipée sans qu’il convienne d’en tenir responsables ces quelques pages ivres et hagardes, possédées par une Mauvaise Nouvelle qu’elles tentent fiévreusement d’énoncer comme Bonne. Comment, demanderez-vous, lecteurs d’aujourd’hui, ne pas s’inquiéter après coup de l’éloge du brise-tout pour qui “vivre égale mourir” ? Comment ne pas frémir face à l’apologie sulfureuse des frénétiques “dont le pas de charge disperse au vent comme feuilles d’automne toutes les valeurs de ce monde” ? Vous avez raison. Même à l’orée du XXIe siècle de telles propositions donnent la chair de poule… Certes mais les commodités faciles d’une condamnation rétrospective risquent pourtant de masquer l’ampleur d’un texte où l’avenir de la planète (pas seulement de l’Allemagne) bégaie avant de passer à l’acte.”

Continuer la lecture

Share/Partage
Translate »