“Les sous-marins allemands devant New-York” d’Adolf Beckmann

C’est grâce à la traduction du capitaine de frégate R. Jouan que nous avons accès à ce récit de guerre. L’ingénieur en chef de l’U-117 nous relate la grande croisière de ce sous-marin mouilleur de mines (40 engins lors de cette sortie, en plus de la grosse douzaine de torpilles pouvant être lancées par les 4 tubes de la proue et les 2 à la poupe). Le bateau est dérivé des croiseurs sous-marins allemands construit pour le transport maritime, tel le Deutschland.

© Wikipédia. Le S.M. U-117 au cap St Charles.


L’ouvrage possède une préface écrite par le CF Jouan. C’est l’occasion de présenter les grandes croisières des sous-marins allemands à destination des côtes américaines. Outre l’U-117 et le Deutschland (militarisé, il devient l’U-155), les Bremen, l’U-53, les U-151 à 157 et l’U-140 effectuèrent eux aussi des missions de guerre dans l’hémisphère occidental.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’exploit de l’U-9 : la rupture sous-marine

Quand est-ce que le sous-marin cesse de faire rire les amiraux et qu’il quitte son statut de jouet pour devenir un redoutable tueur des profondeurs ? L’exploit d’un seul sous-marin peut être la source de ce spectaculaire changement de statut. Il a été préalablement cité par l’article de Si Vis Pacem ( 1914-1918 : du sous-marin à la détection sous-marine, une guerre d’innovations) versé au dossier “Eté 1914 : un autre monde ?“. Mais il peut être intéressant de le replacer dans une autre perspective afin de souligner l’importance de la rupture, tout comme sa profonde introduction, sans calembour.

 A vrai dire, l’avènement d’un engin sous-marin militaire est assez difficile à préciser dans le temps. A l’instar de la victoire (qui a de nombreux pères alors que la défaite est orpheline), la paternité de “la” création du sous-marin est disputée entre plusieurs nations, manifestement.

Continuer la lecture

Share/Partage