La vie sans l’Australie

Avec la véritable baffe AUKUS, le segment de l’axe indopacifique prôné par la France vient de durablement se raccourcir. 

La mission Pégase de l’armée de l’Air en 2018, faisait de l’Australie un aboutissement – capture modifiée par l’auteur

 

La France est une Nation du Pacifique. D’autant plus qu’avec 1,7 millions de citoyens sur zone, dont les deux tiers autour de la mer de Chine (contre respectivement 270 et 280 000 habitants pour la Nouvelle Calédonie et la Polynésie), il est totalement justifié que celle-ci ambitionne d’y disposer d’outils politiques ou militaires à même de garantir sa souveraineté. Continuer la lecture

Share/Partage

Après le coup de pied AUKUS : quelques réflexions pour le long terme

L’élection présidentielle française de 2022 et la crise, principalement diplomatique et politique à l’annonce de l’alliance AUKUS, sont deux événements qui méritent d’être reliés à plus d’un titre. Pour en tirer pleinement les enseignements à moyen et surtout long terme et profiter de la future nouvelle mandature pour, osons le dire, se concentrer sur les priorités nationales en réallouant significativement nos moyens militaires comme diplomatiques. Cet article, sans être exhaustif, propose des pistes de réflexion pour permettre à la France de demeurer une puissance moyenne, capable de protéger efficacement ses intérêts fondamentaux et, par extension, de soutenir son développement et sa capacité à traverser les prochaines décennies en étant moins vulnérable à un adversaire, quel qu’il soit.

(Source)

Le nouveau Président de la République, qui sera élu au soir du 6 mai 2022, bénéficiera d’une pleine et entière légitimité pour poser un nouveau regard stratégique sur ce que sont nos intérêts fondamentaux et quelles sont nos réelles priorités face à l’arc de crise [1]. Continuer la lecture

Share/Partage

L’AUKUS : un regard depuis la Russie

Par Igor Delanoë

Directeur adjoint de l’Observatoire franco-russe (Moscou)

Docteur en histoire

 

La création de l’AUKUS a pris par surprise experts et décideurs politico-militaires en Russie. Envisagée à travers le prisme de la confrontation avec la communauté euro-atlantique, cette alliance politico-militaire et industrielle revêt à court terme un caractère de dangerosité pour Moscou. A plus long terme, l’AUKUS pourrait toutefois bien se muer en menace pour la Russie sur son flanc Asie-pacifique. Il s’agit d’une région qui baigne l’Extrême-Orient russe, et dont Moscou a pu prétendre réinvestir la scène stratégique, sans que pour autant elle soit parvenue à y trouver sa place. En réalité, compte-tenu du niveau de tensions et des enjeux de la compétition sino-américaine qui y prend forme, le Kremlin semble préférer jouer en “deuxième ligne” tant il redoute les conséquences d’une crise dans laquelle il pourrait se retrouver entraîner. En tout état de cause, au-delà des défis que la Russie veut bien voir dans la formation de l’AUKUS, ce pacte pourrait cependant ouvrir des possibilités de coopération économique et militaro-industrielle entre Moscou et des pays de la zone Asie-Pacifique. Quant à la France, trahie par ses alliés, elle est jugée sévèrement et avec une certaine condescendance.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’armée française et l’Union européenne

PREAMBULE

 

Dans une tribune rédigée pour le quotidien Le FIGARO daté du 17.07.2021, M. Jean-Louis Borloo, ancien ministre, informe l’opinion d’un arrêt rendu par la Cour de Justice de l’Union Européenne le 15.07.2021 relatif aux horaires d’activité de l’Armée française. Ce texte fait suite à une première alerte lancée par l’intéressé sur le sujet dans ce même organe de presse le 29.01.2021. Dans cet arrêt, la CJUE fait sommation à la France de rendre conforme aux règles européennes la durée et l’amplitude des temps de « travail » de son Armée, par leur alignement sur celles régissant les activités des secteurs civils et professionnels (directive 2003/88/CE). Les deux alertes de M.Borloo ont le mérite de porter à la connaissance du public un coup de force juridique des autorités européennes quasi ignoré dans l’ensemble du champ médiatique, et sans réplique officielle du gouvernement français lui-même. Dans ce cadre, M.Borloo réclame pour l’Armée française le droit à un statut spécifique en vertu des exigences particulières liées à l’exercice de son activité.

Son interpellation, étant publique, confère un droit de réponse à son lectorat. La nature du sujet, qui implique la souveraineté de la France, autorise de même le droit d’expression de tout citoyen à l’adresse des autorités gouvernementales.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’effet ou l’état

Il y a quelque temps déjà une controverse est apparue : la méthode de raisonnement tactique (ou méthode d’élaboration des ordres, c’est selon), vise-t-elle à atteindre un état final recherché ou bien un effet final recherché ? Nouvelle querelle des anciens et des modernes, nécessité de vivre avec son temps, adaptation du vocabulaire aux nouvelles menaces, impératif de demeurer souple sur les pattes arrières… il est possible de choisir l’explication qui sied le plus sans pour autant discréditer son interlocuteur (ou presque).

Cet habile changement de vocabulaire réalisé sans changer l’acronyme EFR, est-il vraiment innocent ou n’est-il pas de nature à remettre en cause la clarté de la méthode, suscitant ainsi des débats aussi passionnés que ceux d’une célèbre affaire ?

Affaire Dreyfus. “Un dîner en famille” (1899), par Caran d’Ache (1858-1909).

L’objet de ce billet est de participer à la controverse en y apportant un grain de sel. Ou du poil à gratter…

Continuer la lecture

Share/Partage

Stratégie & confinement : de l’adhésion à la répulsion ?

La foudroyance de la crise Covid-19 laisse depuis beaucoup d’entre nous dans un état oscillant entre new normalité et sidération avec des périodes alternant abattement et bouffées d’optimisme extrêmes. La dépression collective et le cataclysme économique se rapprochent nous disent les spécialistes, oubliant sans doute un peu à dessein que le pire n’est jamais sûr. Il n’empêche, alors qu’un troisième confinement en moins d’une année se profile, l’heure est venue de s’interroger sur un phénomène étrange voire paradoxal.

(Source)

Les Français, si Gaulois et rétifs à l’autorité et à la contrainte, qu’elle soit physique ou idéologique, ont à une écrasante majorité étonnamment adhéré aux confinements et au respect des différentes règles s’y rapportant.

Continuer la lecture

Share/Partage

Stratégie & confinement : les organisations confinées

L’épidémie de coronavirus a eu d’importantes répercussions sur notre monde. La production, les relations interpersonnelles, la confiance dans les gouvernements et la science ont été impactées. Elle aurait même, dit-on, tout modifié. Le management serait, d’ailleurs, entré dans une nouvelle ère

Est-ce bien sûr ?

N’y aurait-il pas, comme dans Astérix, un irréductible village gaulois qui continuerait, bien retranché, à mener la vie d’avant ?

Source

Telle est la question que nous pouvons nous poser à propos des organisations, qui semblent particulièrement bien résister à cette pandémie. Ou plutôt, la façon dont les représentants des organisations (partis politiques, administrations, entreprises, etc.) traversent la crise est impressionnante : ne varietur. Elle leur glisse dessus comme l’eau sur les plumes d’un canard…

Les Asiatiques ont testé, isolé, tracé et porté le masque très tôt ? C’était un particularisme asiatique nous fut-il suggéré. L’absence de réactivité de l’OMS et du système de santé français ont été critiqués ? Cette immutabilité prouvait en fait leur résilience.

Résilience, vraiment ? Regardons-y de plus près.

Continuer la lecture

Share/Partage

Stratégie & Confinement : l’ère du blocus informationnel

2020 : nous voilà soudain tous enfermés ! En termes stratégiques (« nous sommes en guerre » n’est-ce pas) comme doit-on évaluer notre confinement ? Est-ce un comportement défensif, ou au contraire, une tactique menant à la victoire ? Et d’ailleurs serions-nous autoconfinés si nos chefs – en stratège de la nation – n’avaient pas imposé cette décision ?

Ces questions, qui renvoient aux grandes peurs du passé, il paraissait encore inimaginable de se les poser au 21ème siècle, pour un occidental du moins, dans un monde en paix. Pourtant, les sièges, les blocus, les containement et embargos ne sont pas des reliquats de l’Histoire et bien des peuples en font encore l’amère expérience aujourd’hui.

Difficile d’illustrer cet article, alors voici une citation de Star Wars Episode 1. Un “meme” très repris cette année lors des interruptions de visio !

Le pivot Pacifique des Etat-Unis face à l’expansion chinoise nous rappelle bien sûr le containment de l’URSS mais aussi les alliances britanniques sur le continent jusqu’en 1815, des murs renforcés à grand renfort de technologies numériques sont rebâtis aux frontières depuis une décennie sur tous les continents, et certains aimeraient même voir l’Europe « forteresse » rejouer les invasions barbares en Méditerranée (ajoutons-y le Royaume-Uni dans la Manche) face aux flux migratoires. Quant aux zones de guerre, les sièges et blocus y semblent plus durs que jamais, et les ghettos et camps d’internement n’ont pas disparu.

Non décidemment, la planète n’a pas attendu la pandémie pour conserver, intensifier, et moderniser des stratégies de confinement vielles de plusieurs millénaires.

Continuer la lecture

Share/Partage