Quid des programmes “New Generation” de l’US Navy ?

L’US Navy devait se renouveler par un ensemble de programme, dont une grande partie héritée de la Revolution in Military Affairs, franchissant nombre de ruptures conceptuelles et technologiques. La célérité de la diffusion de l’information devait se traduire par une célérité cinétique des plateformes et munitions. Reste que les « frictions » et contradictions de ces programmes révèlent une situation contrastée et offrent un panorama riche de plusieurs choix dans la stratégie génétique des forces. En s’extrayant des questions techniques et technologiques, il conviendra aussi de questionner quelques « refus de saut » de la marine américaine dans la plus pure tradition de conservatisme naval de la flotte dominante afin de ne pas favoriser des ruptures qui rendraient obsolètes ses bâtiments d’un seul coup ou bien qui faciliterait la montée en puissance des adversaires.

© US Navy.

© US Navy.

Continue Reading

Share/Partage

F-35 & Big Data : épée de Damoclès pour la France et l’Europe ?

Le couperet est tombé. Malgré les offres généreuses, industriellement parlant, des britanniques et des français (hors appel d’offres pour ces derniers), la Belgique a choisi comme nouvel avion de combat le JSF F-35 de Lockheed Martin. Bruxelles ferme ainsi la porte au FCAS européen, livrant un peu plus le continent au très « vorace » programme américain.

Illustrations – Lockheed Martin

 

Gouffre financier, impasse technologique, concept stratégique erroné… le programme « Joint Strike Fighter » essuie les plâtres. Il représente pourtant une certaine idée du futur du combat aérien. Si le développement et le déploiement désormais bien engagé du F-35 rencontreront encore de nombreuses difficultés, il s’agit pour nous, observateurs français, de ne pas adopter systématiquement la posture de « F-35 bashing », mais plutôt d’envisager la 5ème génération d’avions de combat avec les enjeux qu’elle crée, et en premier lieu ses incroyables capacités de fusion de données.

Continue Reading

Share/Partage

Rapport CAPS-IRSEM sur les manipulations de l’information : des sophismes dans les objections (JBJV)

Echoradar est heureux de contribuer, en tant que plateforme, au débat stratégique en France. En effet, l’IRSEM et le CAPS ont publié un rapport sur les manipulations de l’information. Il a été signalé sur les réseaux sociaux et par de nombreux médias qui reprenaient les éléments de presse, sans aller plus avant.  Quelques lectures plus attentives en avaient quand même été faites, par des auteurs divers comme Libération (ici), Bruxelles2 (ici), Infoguerre (ici) pour ne citer que des articles qu’on ne soupçonnera pas d’être militants et qui émettaient quelques objections. Heureusement donc qu’un rapport est lu et pas seulement cité ! C’est d’ailleurs dans cet esprit que nous avons publié un article mêlant critique et deuxième degré qui nous a été envoyé par un correspondant. Pour des raisons particulières, nous avons accepté de le publier sous pseudonyme, ce qui se fait dans les meilleurs médias même si, évidemment, nous préférons des auteurs en chair et en os.

Mais comme dans tout débat, il est normal que les arguments s’échangent. Nous accueillons donc avec grand plaisir cet article de Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer, directeur de l’IRSEM, qui de  façon lui aussi spirituelle s’est attaché à répondre aux objections qui avaient été faites audit rapport. En ce sens, Echoradar répond à sa vocation, celle d’un débat intellectuel qui ne pèche pas par les passions que l’on voit malheureusement se répandre sur les réseaux sociaux. Ici au moins, nous ne limitons pas les 140 (ou 280) caractères et nous lisons  avec plaisir la finesse et l’ironie intelligente de l’esprit français. Merci donc à tous les auteurs qui ont contribué à ce débat et tout particulièrement à celui du jour, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer. ER.

Continue Reading

Share/Partage

Les manipulations de l’information

Les lignes qui suivent sont l’œuvre d’un invité. Il nous a paru intéressant de les publier, dans la mesure où ce texte nous semble contribuer au débat stratégique.

La récente publication à grand renfort de publicité, notamment sur les réseaux sociaux, du rapport « Les manipulations de l’information, un défi pour nos démocraties » incite à se demander ironiquement si cette publication accompagnée d’innombrables éloges, parfois même de personnes avouant ne pas l’avoir encore lu, ne constituerait pas elle même une manipulation de l’information.

Source

L’objectif de ces lignes n’est pas d’en faire une relecture plus ou moins ironique, mais plutôt de voir si les critères scientifiques revendiqués par leurs auteurs sont bien respectés, sans pour autant dédaigner l’humour, les auteurs de ce rapport estimant qu’il a sa place dans la lutte contre les manipulations de l’information.

En bref, il s’agit d’en faire une lecture critique, en précisant que le Kremlin ne m’a versé aucun kopeck et qu’à ma connaissance, je ne suis pas un agent russe. Peut-être un agent dormant, mais avec l’âge viennent les insomnies, et que vaut alors un agent dormant qui se réveille trop souvent et ne retrouve que mal le sommeil ?

Continue Reading

Share/Partage

Pour un module cybersec dans le SNU

La question du service national universel a suscité quelques débats et beaucoup d’incertitudes. Il reste que la volonté du président de la République a conduit à sa mise en place prochaine, d’autant que son principe devrait être inscrit dans la Constitution, selon le projet de révision en cours d’examen au Parlement (voir ici).

Source

Il durerait un mois et concernerait toute une classe d’âge, garçons et filles, soit environ 800.000 jeunes âgés de 16 ans. Mais on ne sait pas trop ce qu’il y aura dans ce mois. Il me semble qu’une initiation à la cybersécurité serait un bon élément du programme avec des avantages multiples : développons.

Continue Reading

Share/Partage

Espaces inexplorés, territoires à explorer ?

Sans doute la question ainsi posée interpelle : un milieu inexploré doit-il impérativement être exploré ? Et, par la magie de la sémantique, comment un espace devient-il un territoire ? Au-delà de cette double interrogation géographique, spatiale et philosophique, l’idée de cet article est de parcourir trois espaces méconnus qui environnent l’espèce humaine et en façonnent sa destinée : les fonds océaniques, l’espace et le cyberespace.

(Source)

Avec pour particularité pour ce dernier d’être entièrement artificiel, fruit de l’imagination de notre espèce, devenu un domaine hybride (virtuel et réel) au fil des évolutions techniques et technologiques successives. Continue Reading

Share/Partage

Frontières économiques et territoires

La conquête de nouveaux territoires a longtemps été le moteur des peuples avant de se stabiliser en grande partie à partir des années 1990.

Désormais les conflictualités économiques ont pris le pas sur les prétentions territoriales, qui bien que toujours existantes utilisent moins fréquemment les forces armées.

La présidence Trump et sa doctrine protectionniste agressive illustre parfaitement cette guerre commerciale qui fait rage. Tournant historique ou simple recommencement d’un cycle existant? Voici quelques éléments de réflexion à ce sujet dans le cadre du dossier estival d’EchoRadar dédié aux territoires.

Source

Définitions et historique

Avant de développer le sujet des frontières économiques, il est important de rappeler qu’en droit international, la notion d’État est définie à partir de trois éléments constitutifs :

une population ;
un gouvernement ;
– un territoire.
Le territoire est l’espace à l’intérieur duquel l’État souverain exerce ses compétences. Il est constitué :
– du territoire terrestre qui comprend le sol, le sous-sol et les voies d’eau intérieures ;
– du territoire maritime constitué des eaux intérieures, mers territoriales jusqu’à 12 milles marins, la zone contiguë, la Zone d’économie exclusive (ZEE) et le plateau continental ;
– du territoire aérien situé au-dessus des territoires terrestre et maritime.

Continue Reading

Share/Partage

La Nouvelle Calédonie, clé de voûte de notre « pivot Pacifique » ?

Alors que les grands enjeux stratégiques de notre monde se déplacent vers l’Extrême Orient, ce sont 1,7 millions de français qui vivent dans cette zone Indo-Pacifique, avec au cœur, la Nouvelle Calédonie et son référendum d’indépendance à venir. Un moment clé à l’heure où à Paris, les décideurs tentent de faire exister la France à l’autre bout du monde. 

Images et illustrations: Armée de l’air, Marine Nationale, ministère des Armées, RAAF.

Il existe un éternel débat en France sur la place à donner aux territoires ultramarins. A la remorque de la métropole pour certains, pas assez autonomes pour d’autres, il n’en demeure pas moins que du point de vue du stratège, le soleil de se couche jamais vraiment sur la « l’archipel France » (un plaisir que de ravir cette formule à l’Angleterre victorienne !).

En réalité, il n’y a pas aujourd’hui un territoire en outre-mer qui ne soit confronté à un enjeu sécuritaire majeur: Orpaillage illégal et accès à l’Espace (centre de tir de Kourou) en Guyane, violence accrue des ouragans et narcotrafic aux Antilles, piraterie et immigration pour Mayotte et La Réunion, course internationale aux ressources du pôle Sud pour les Terres Australes et Antarctiques Françaises (TAAF)… Les armées françaises, notamment la Marine Nationale qui doit couvrir une incroyable ZEE de 10 millions de km², mais également la Gendarmerie, la Police ou les Douanes, mènent donc en tout temps et en tout lieu des missions de préservations des intérêts et de la sécurité de la Nation.

Or, après avoir longtemps demeuré en Europe, et dans l’Atlantique Nord, le centre du gravité des affaires mondiales s’est désormais déplacé dans la zone Asie/Pacifique. C’est un constat unanime, découlant du formidable réveil chinois, et qui avait amené Barack Obama à massivement réorganiser le déploiement des forces américaines vers la zone Pacifique dès son premier mandat.

Si les crises ukrainienne et syrienne, marquant le retour en force de la Russie, mais aussi du terrorisme islamiste sur le sol européen, ont amorcé une pause dans ce fameux mouvement de pivot américain en montrant qu’on ne pourrait si aisément se détourner des historiques enjeux européens, africains, ou du Levant, les planificateurs occidentaux portent de nouveau, déjà, leur regard sur le Pacifique.

Share/Partage