5 ans d’EchoRadar – Climat, je t’aime, moi non plus !

C’est incontestable, nous le savons depuis des décennies, la planète subit un réchauffement climatique et il est urgent de réduire la production de CO2. Face à ce constat simple, que faisons – nous et surtout avec quelle efficacité ?
Le point de départ de cet article qui s’inscrit dans le dossier anniversaire d’EchoRadar est la tenue de la COP 21 de décembre 2015, événement marquant choisi dans la période de 2014 à 2019.

Source image : AFP/Archives – LIONEL BONAVENTURE

Une vision politique du climat – la COP 21 et les suivantes
La COP est une conférence internationale sur le climat qui réunit chaque année les pays signataires de la Convention Cadre des Nations Unies sur le Changement Climatique (CCNUCC). L’édition 2015 (COP21) a été organisée par la France. L’Accord de Paris qui y a été adopté engage toutes les parties signataires à réduire leurs émissions de gaz à effet de serre et à maintenir le réchauffement sous la barre des 2°C d’ici à 2100. Belle performance médiatique et politique puisque le 4 novembre 2016, un an seulement après la COP21, l’Accord de Paris est entré en vigueur car le double seuil nécessaire a été atteint, ratification par 55 pays couvrant au moins 55% des émissions de gaz à effet de serre, grâce à la ratification des pays les plus émetteurs comme le Canada, la Chine, les États-Unis, l’Inde. Cet accord incarne un repère historique pour les négociations internationales sur le climat ainsi qu’un éveil médiatique et citoyen sur la nécessité de lutter contre le réchauffement climatique.
Mais 3 ans après, l’accord est affaibli par le retrait des États Unis ainsi que l’inaudibilité des COP 22 et suivantes sur la poursuite d’un plan d’actions cohérent et efficace.
Ces accords politiques certes nécessaires sont loin d’être suffisants pour l’efficience de l’action politique sur le climat.

Continuer la lecture

Share/Partage

5 ans d’EchoRadar – Une expansion chinoise ou une obsession américaine nommée Huawei

Depuis quelques années, la firme chinoise Huawei est une véritable obsession pour les Etats-Unis. À l’ère où la maîtrise des réseaux informatiques constitue un atout-maître des grandes puissances, l’expansion internationale des plateformes numériques made in China révèle et accélère le déclin relatif de l’Amérique sur la scène technologique.

 


America Online

Au-delà des terres américaines, les analystes de la chose technologique ignorent ou omettent à quel point “le cyberespace, plus que tout autre espace de la mondialisation, est conçu par les Américains comme un prolongement de leur territoire national. Pour les Américains, l’imaginaire d’Internet est très proche de celui d’un nouveau Far-West […] Un lieu à découvrir, à explorer, à conquérir mais aussi à créer à sa convenance.” (1)

Quelques évidences démontrent amplement comment le Web a été façonné par la main de l’Amérique depuis les années 1990. Continuer la lecture

Share/Partage

5 ans d’EchoRadar – Spatial: Vers l’Infini et l’au-delà !

Il serait aventureux d’affirmer que le secteur spatial, à l’époque où nous vivons, a pu être considéré une seule seconde comme secondaire dans les politiques stratégiques des grandes (ou moins grandes) puissances de ce monde. Cependant, il est intéressant de se pencher sur ces 5 dernières années. Retour sur un incroyable alignement des astres qui a remis l’espace au centre des priorités stratégiques. 

 

2014: devant les premières tentatives (et les échecs) de SpaceX pour récupérer, régénérer et ré-employer ses boosters dans un délai record de quelques mois, l’Europe se cherche, et hésite sur l’avenir à donner à son programme Ariane, dont les coûts de lancement sont désormais trop chers pour le marché qui se dessine. Berlin plaide alors pour une évolution d’Ariane 5, tandis qu’une bonne majorité de nos industriels déclare publiquement ne pas croire dans les technologies de réutilisation, tout en dénonçant par ailleurs le système de financement du New Space américain, dont les grandes figures agissent il est vrai sous confortable perfusion de fonds publics émanant de la NASA… et du Pentagone.

Au tournant de l’année 2015, les Européens auront finalement choisi de lancer le programme Ariane 6, avec objectif 2020, tandis que SpaceX et Elon Musk réaliseront progressivement leur pari de faire revenir les premiers étages pour ensuite les reconditionner, et ce sous les applaudissements de la planète.

Continuer la lecture

Share/Partage

5 ans d’Echoradar : Le bouleversement (et la profondeur) de Trump

Quel a été le plus important événement géopolitique de ces cinq dernières années ? Une telle question suggère qu’on ait le recul suffisant pour apprécier la portée des événements. Or, il arrive que des événements passent inaperçus sur le moment et ne révèlent leur importance que dans la longue durée, surtout en matière géopolitique. Cette discipline privilégie en effet souvent une approche du temps long qui lui permet de déceler les grands mouvements tectoniques. De même, le qualificatif d’important pose difficulté : de quelle échelle s’agit-il ? Pour qui est-ce important ? Par exemple, une vision française différera d’une vision européenne, chinoise ou mondiale… Malgré toutes ces objections de méthode, risquons-nous.

Source

 

L’élection de Donald Trump en 2016 constitue bien un événement qui affecte tous les points de vue. De plus, il s’inscrit dans une histoire plus longue que les seules trois dernières années car il concrétise des tendances initiées par George W. Bush (sur les relations transatlantiques) et Barack Obama (sur le pivotement asiatique). Surtout, il affecte la première puissance globale, ayant des intérêts et des influences dans toutes les parties de la terre. Elle fut la seule depuis la fin de la Guerre froide même si on observe depuis une décennie la montée en puissance de la Chine. Mais la faillite de Lehman Brothers en 2008 ou la maîtrise du pouvoir chinois par Xi Jin Ping depuis 2013, qui pourraient constituer d’autres événements mondiaux, sont advenus avant la période considérée. Enfin, l’accession de Trump au pouvoir constitue autant la concrétisation d’une tendance préalable que l’établissement d’un nouveau cours géopolitique. C’est un tremblement de terre en ce qu’il est la résultante de pressions antérieures, tout comme il produit un nouvel état des choses profondément différent de ce qui existait auparavant et auquel on ne pourra pas revenir.

Continuer la lecture

Share/Partage

5 ans d’Echoradar – La crise des cours du pétrole, 5 ans d’atermoiements économiques

Après quelques années d’euphorie des prix du pétrole à la fin de la décennie 2000 – le baril dépassant les 140 USD – les cours se sont brutalement effondrés en 2013-2014, provoquant une crise économique profonde dans un certain nombre de pays producteurs. Le passage – brutal – du baril de près de 100 à moins de 40 USD avec une stagnation longue des prix vers 45-60 USD, a mis en difficulté les producteurs bien sûr, mais aussi les grandes entreprises transnationales exploitant les hydrocarbures – majoritairement occidentales mais avec de plus en plus de grandes entreprises de pays émergents, au premier rang desquels la Chine – et, en bout de chaîne, les pays consommateurs, dépendants pour certains de leurs produits de la consommation des pays producteurs de pétrole.

 

A tout prendre ces cours bas n’ont été une aubaine pour personne, sauf quelques acteurs spécifiques, plutôt sur les marchés financiers d’ailleurs. Au-delà de ces impacts pour les uns et les autres, il importe de comprendre quelle mécanique a été à l’œuvre en ce domaine, tant du côté des producteurs que de celui des consommateurs.

Continuer la lecture

Share/Partage

Doctrine spatiale : priorité nationale, enjeu européen

Ce 14 Juillet 2019, l’Espace devrait occuper une place prépondérante en parallèle des traditionnelles cérémonies militaires. Emmanuel Macron doit s’exprimer sur le sujet et présenter la “doctrine spatiale” nationale. Car en effet, le contexte international fait plus que jamais de l’espace stratégique souverain, une priorité nationale. Et plus encore, un enjeu européen.

Ci-dessus: décollage d’Ariane 5 à Kourou, en juin 2019, pour la mission VA-248. D’ici un an, Ariane 6 effectuera son premier lancement – CNES

Le Président de la République Emmanuel Macron doit axer une partie de son discours aux Armées le 13 juillet sur la stratégie spatiale du pays. Un discours qui présentera les grandes lignes de notre nouvelle “doctrine spatiale”, une doctrine ayant vocation à comprendre un important volet européen.

Toute la difficulté dans la rédaction de ce billet résidera donc pour nous dans le besoin de présenter des enjeux à la fois militaires… et civils, à la fois français… et européens.
Share/Partage

Quelle Europe dans un monde d’empires ?

Le groupe d’études géopolitiques (GEG) est un cercle de réflexion issu de la rue d’Ulm et résolument pro-européen, mâtiné de beaucoup de culture (je n’ose dire qu’il est élitiste). Adossé à un site, le Grand continent, Il envoie chaque fin de semaine une petite lettre qui est souvent intéressante. La dernière (voir ici) m’a toutefois chagriné. Elle publie en effet la lettre d’un intellectuel italien, Alberto Alemanno, professeur titulaire de la chaire Jean Monnet en droit et politiques publiques européennes à HEC Paris, qui réagissait à un discours récent d’un autre intellectuel, américain celui-là, Tymothy Snyder.

source

Ce dernier, dans un discours prononcé à Vienne le 9 mai dernier, dénonçait “l’un des malentendus les plus prégnants du débat européen : bien plus qu’une union d’États-nations épuisés par des siècles d’affrontement intestins, l’Europe est née de l’effondrement des empires européens. Loin d’avoir précédé l’Europe, l’État-nation est une construction européenne“. A. Alemanno réagissait à ce discours dans un long texte publié par GEG.

Continuer la lecture

Share/Partage

Politiques invisibles et finalités opaques de l’Union Européenne

 

Fondateur  de la Communauté Européenne, le traité de Rome (1957) établit le principe d’une « union toujours plus étroite » entre ses membres, sans que ni sa forme d’organisation, ni ses limites géographiques, ni son état d’achèvement présumé optimal, ne soient jamais dévoilés en plus de 60 ans d’existence. Corollairement, au long du processus de fédéralisation de l’Europe par six traités successifs de 1957 à 2012, le démantèlement des souverainetés nationales n’est jamais formulé explicitement en tant que son axe directeur. Pour atténuer le risque politique  de sa prise de conscience par les peuples, le président français de la Commission Européenne de l’époque avait inventé l’oxymore d’une « fédération d’Etats  nations » lors de la phase de lancement du traité de Maastricht (1992), actant de facto l’expulsion du principe de souveraineté du champ du droit. Dépourvu de tout fondement juridique, cet oxymore visait à accréditer la fiction d’un mariage politique entre deux principes antinomiques par essence, avant que ne s’en dissipe l’imposture.

Continuer la lecture

Share/Partage
Translate »