5 ans d’Echoradar : Le bouleversement (et la profondeur) de Trump

Quel a été le plus important événement géopolitique de ces cinq dernières années ? Une telle question suggère qu’on ait le recul suffisant pour apprécier la portée des événements. Or, il arrive que des événements passent inaperçus sur le moment et ne révèlent leur importance que dans la longue durée, surtout en matière géopolitique. Cette discipline privilégie en effet souvent une approche du temps long qui lui permet de déceler les grands mouvements tectoniques. De même, le qualificatif d’important pose difficulté : de quelle échelle s’agit-il ? Pour qui est-ce important ? Par exemple, une vision française différera d’une vision européenne, chinoise ou mondiale… Malgré toutes ces objections de méthode, risquons-nous.

Source

 

L’élection de Donald Trump en 2016 constitue bien un événement qui affecte tous les points de vue. De plus, il s’inscrit dans une histoire plus longue que les seules trois dernières années car il concrétise des tendances initiées par George W. Bush (sur les relations transatlantiques) et Barack Obama (sur le pivotement asiatique). Surtout, il affecte la première puissance globale, ayant des intérêts et des influences dans toutes les parties de la terre. Elle fut la seule depuis la fin de la Guerre froide même si on observe depuis une décennie la montée en puissance de la Chine. Mais la faillite de Lehman Brothers en 2008 ou la maîtrise du pouvoir chinois par Xi Jin Ping depuis 2013, qui pourraient constituer d’autres événements mondiaux, sont advenus avant la période considérée. Enfin, l’accession de Trump au pouvoir constitue autant la concrétisation d’une tendance préalable que l’établissement d’un nouveau cours géopolitique. C’est un tremblement de terre en ce qu’il est la résultante de pressions antérieures, tout comme il produit un nouvel état des choses profondément différent de ce qui existait auparavant et auquel on ne pourra pas revenir.

Continuer la lecture

Share/Partage

Écho du Bocal avec Jeremy Ghez sur les États-Unis de Trump

Jeremy Ghez est professeur affilié d’économie et d’affaires internationales à HEC Paris et le codirecteur du Centre de Géopolitique de cette école. Il est l’auteur du récent livre “États-Unis: déclin impossible, rebond improbable” paru cet hiver chez VA Press (ici) et qui nous explique l’Amérique de Trump. Il répond à nos questions sur ce sujet. Mille mercis à lui.

1/ Vous montrez dans votre livre que l’élection américaine de 2016, qui a été une surprise pour tous les analystes, était finalement très explicable. Tout d’abord à cause d’Hillary Clinton qui ne s’est pas vraiment intéressée à ce que vous appelez son pare-feu électoral : pouvez-vous nous expliquer cette notion ?

Le pare-feu démocrate était l’idée selon laquelle un certain nombre d’États américains, qui avaient voté démocrate de manière systématique depuis 1992 au moins, étaient acquis à la cause du parti d’Hillary Clinton.

Pour rappel, les États-Unis sont divisés en cinquante États, auquel s’ajoute le District de Columbia qui abrite la capitale du pays, Washington. Chaque État dispose d’un nombre de grands électeurs qui est fonction de sa démographie. Lorsqu’un candidat gagne un État, il remporte l’ensemble de ses grands électeurs (exception faite du Maine et du Nebraska qui fonctionnent selon un mode de scrutin hybride, dont une partie proportionnelle). Ces grands électeurs sont moralement engagés à voter pour le candidat qui a remporté l’État — et le font dans leur très large majorité, puisque l’on ne recense qu’une poignée d’exceptions historiques.

Or, il y a en tout 538 grands électeurs. Le candidat qui remporte un ensemble d’États totalisant 270 grands électeurs (soit exactement la moitié des 538 grands électeurs totaux plus un) ou plus remporte ainsi l’élection. Et ces États du pare-feu électoral représentaient à eux seuls 242 grands électeurs. Il « suffisait » donc d’aller chercher un grand État supplémentaire, comme la Floride par exemple, que Barack Obama avait gagné à deux reprises, pour remporter la Maison Blanche. Mais voilà : on a sous-estimé, dans le camp Clinton, la probabilité que la majorité démocrate dans certains États de ce pare-feu puisse ne pas tenir. Et c’est ce qui s’est passé dans le Wisconsin, dans le Michigan et en Pennsylvanie, où le fameux « col bleu », ce travailleur ouvrier qui a voté par deux fois, sans hésiter, pour Barack Obama, s’est dit que la rupture avec le monde d’hier n’était pas suffisamment importante. Pour ces électeurs-là, la suite logique d’une présidence Obama n’était pas une présidence Clinton, mais une présidence Trump.

Continuer la lecture

Share/Partage

Quelle Europe dans un monde d’empires ?

Le groupe d’études géopolitiques (GEG) est un cercle de réflexion issu de la rue d’Ulm et résolument pro-européen, mâtiné de beaucoup de culture (je n’ose dire qu’il est élitiste). Adossé à un site, le Grand continent, Il envoie chaque fin de semaine une petite lettre qui est souvent intéressante. La dernière (voir ici) m’a toutefois chagriné. Elle publie en effet la lettre d’un intellectuel italien, Alberto Alemanno, professeur titulaire de la chaire Jean Monnet en droit et politiques publiques européennes à HEC Paris, qui réagissait à un discours récent d’un autre intellectuel, américain celui-là, Tymothy Snyder.

source

Ce dernier, dans un discours prononcé à Vienne le 9 mai dernier, dénonçait “l’un des malentendus les plus prégnants du débat européen : bien plus qu’une union d’États-nations épuisés par des siècles d’affrontement intestins, l’Europe est née de l’effondrement des empires européens. Loin d’avoir précédé l’Europe, l’État-nation est une construction européenne“. A. Alemanno réagissait à ce discours dans un long texte publié par GEG.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’écho du bocal avec Bénédicte Chéron

Nous accueillons aujourd’hui Bénédicte Chéron, historienne et auteur de l’ouvrage “Le soldat méconnu, les Français et leurs armées”.

Question 1 : L’ancien CEMA incitait les militaires à écrire et publier. Une véritable liberté d’expression des militaires sur les questions de défense est-elle vraiment possible en France au vu des mésaventures récentes de ceux qui ont pensé “en dehors du bocal” ? Continuer la lecture

Share/Partage

Le refus de la victoire, maladie française

Je poursuis la réflexion entamée la semaine dernière (voir billet) ou celle de Michel Goya sur son blog (ici) et reviens sur cette non commémoration de la Victoire décidée par l’Élysée et balancée, à ses yeux, par le voyage mémoriel qu’il compte effectuer, rendant hommage aux combattants.

Source

Précisons d’emblée qu’il ne s’agit pas de discuter des sujets annexes qui ne sont pas ici essentiels :

  • ni la question d’un éventuel défilé ou parade (traditionnellement, le 11 novembre fait l’objet d’une prise d’armes de pied ferme autour de l’Arc de Triomphe et personne n’a demandé un défilé particulier).
  • ni la question de la mise à l’honneur des maréchaux de la Première Guerre mondiale (je rappelle qu’ils furent nombreux : Foch, Joffre, Galliéni, Lyautey, Franchet d’Esperey, Fayolle, Maunoury, et Pétain, celui qui pose problème…).
  • ni la question de la négociation avec l’Allemagne de ces modalités (car après tout, il est compréhensible qu’on use de tact et de diplomatie en la matière).

Continuer la lecture

Share/Partage

Rapport CAPS-IRSEM sur les manipulations de l’information : des sophismes dans les objections (JBJV)

Echoradar est heureux de contribuer, en tant que plateforme, au débat stratégique en France. En effet, l’IRSEM et le CAPS ont publié un rapport sur les manipulations de l’information. Il a été signalé sur les réseaux sociaux et par de nombreux médias qui reprenaient les éléments de presse, sans aller plus avant.  Quelques lectures plus attentives en avaient quand même été faites, par des auteurs divers comme Libération (ici), Bruxelles2 (ici), Infoguerre (ici) pour ne citer que des articles qu’on ne soupçonnera pas d’être militants et qui émettaient quelques objections. Heureusement donc qu’un rapport est lu et pas seulement cité ! C’est d’ailleurs dans cet esprit que nous avons publié un article mêlant critique et deuxième degré qui nous a été envoyé par un correspondant. Pour des raisons particulières, nous avons accepté de le publier sous pseudonyme, ce qui se fait dans les meilleurs médias même si, évidemment, nous préférons des auteurs en chair et en os.

Mais comme dans tout débat, il est normal que les arguments s’échangent. Nous accueillons donc avec grand plaisir cet article de Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer, directeur de l’IRSEM, qui de  façon lui aussi spirituelle s’est attaché à répondre aux objections qui avaient été faites audit rapport. En ce sens, Echoradar répond à sa vocation, celle d’un débat intellectuel qui ne pèche pas par les passions que l’on voit malheureusement se répandre sur les réseaux sociaux. Ici au moins, nous ne limitons pas les 140 (ou 280) caractères et nous lisons  avec plaisir la finesse et l’ironie intelligente de l’esprit français. Merci donc à tous les auteurs qui ont contribué à ce débat et tout particulièrement à celui du jour, Jean-Baptiste Jeangène-Vilmer. ER.

Continuer la lecture

Share/Partage
Translate »