L’échec de l’apprentissage de la gestion de crise

L’an dernier (déjà), j’avais publié un article relatif à l’échec de la formation à la cybersécurité. L’actualité épidémique pousse à se demander ce qu’il en est de l’apprentissage de la gestion de crise. En effet, quasiment tous les pays du monde sont confrontés au coronavirus, et l’ampleur de l’épidémie les prend quasiment tous au dépourvu. La situation est inédite pour l’époque mais pas pour l’humanité. Quant à la crise, cela fait des années qu’en ouvrant bien les yeux nous pouvions nous rendre compte qu’il y en avait presque tout le temps dans une partie ou l’autre du monde, et qu’il était bien surprenant qu’aucune ne nous ait encore atteint.

Source

En outre, depuis l’ouragan Katrina en Louisiane (2005), les dirigeants des pays devraient savoir qu’ils sont attendus sur leur attitude et les décisions qu’ils prennent durant ces calamités : George Bush fut ainsi voué aux gémonies pour n’avoir pas réagi correctement à la crise. La surprise devrait alors être faible, d’autant que les formations à la gestion de crise n’ont jamais été aussi abondantes que ces années. En voici une, une autre, encore une autre, encore une, même une liste de formations, et l’Etat via l’INHESJ propose même un management stratégique de la crise.

Bref, il y a le choix. Alors comment se fait-il que tant de voix s’élèvent pour critiquer la façon dont l’épidémie est gérée ?

Continuer la lecture

Share/Partage

Le (télé) travail c’est (pendant les crises de) la santé

En son temps, Henri Salvador chantait que le travail c’était la santé. Depuis, nous avons été incités, pendant les crises sanitaires, à découvrir les joies vertus et bonheurs du télétravail. A entendre les conseils prodigués au tout début du confinement, cela semblait tout simple. Les professeurs étaient d’ailleurs incités le soir de l’annonce de l’imminence du confinement à préparer dare dare leurs cours pour qu’ils soient télé compatibles.

Source

C’est dire comme c’était facile, car comme tous les managers sont bons excellents, ils ne peuvent mettre leurs subordonnés dans une situation délicate. Il suffisait d’un ordinateur, d’une connexion internet, d’un peu de bonne volonté et…hop ! Le tour était joué.

Dans les faits, était-il si bien joué que cela ? Au-delà des questions légales que le télétravail peut soulever, nous allons passer en revue quelques ingrédients pour que le télé travail fonctionne correctement.

Continuer la lecture

Share/Partage

Innovation et innovateur

L’affolement médiatique et politique autour du Professeur Raoult peut être vu comme révélateur de nombre d’éléments : narcissisme de l’intéressé, résistance de la caste des mandarins qui se voit menacée par un hurluberlu, faillite de l’État, engouement pour un “gourou” ayant trouvé un remède miracle, volonté de mettre de côté la méthode scientifique, résistance des lobbies (ah, toujours critiquer les lobbies, surtout quand on ne précise pas lesquels !), espoir en un homme ou un remède miracles d’autant plus démesurés que la surprise a pris (tout le monde, forcément) de court, etc.

Source

Sujets sûrement passionnants que nous n’évoquerons cependant pas dans les lignes de ce billet. En effet, “l’affaire Raoult” reflète également ce que vivent les innovateurs, ce qui nous amène à nous focaliser sur l’innovation et ses caractéristiques. Sans toutefois coller au cas d’espèce actuel, car le but de ce billet n’est pas de prendre parti pour ou contre le professeur et ce qu’il propose, nous tenterons de dresser quelques caractéristiques communes aux innovateurs. Ce faisant nous aborderons les deux côtés de l’humanité, des ombres et des lumières.

Continuer la lecture

Share/Partage

Cyber corona

Bien que n’ayant pas encore achevé la rédaction de ma thèse (mais cela approche, heureusement !) l’actualité me pousse à rédiger un billet tant qu’il en est temps : espérons que le corona ne s’appesantira pas, et que la vie reprendra son cours paisible.

Source

Ayant été frappé par les similarités entre le monde réel et le monde cyber à l’occasion de cette épidémie, je vous propose d’en faire un petit tour, non exhaustif.

Continuer la lecture

Share/Partage

Les nourritures terrestres de l’intelligence artificielle

L’intelligence artificielle est on ne peut plus à la mode. Il faut en parler, car elle est censée façonner le monde à venir. De ce fait, elle est soit encensée (l’IA nous libérera ! de quoi, cela reste à définir) soit elle est dénigrée car elle fit peur, elle effraye. Et dans la catégorie anxiogène, on convoque bien évidemment le grand méchant Vlad qui aurait dit “Celui qui deviendra leader en ce domaine sera le maître du monde.”

Alors, comme il ne faut pas laisser les cosaques dominer le monde, une course à l’IA a été lancée.

Source

C’est un truisme maintenant que de dire que l’IA repose sur de l’apprentissage. Mais l’apprentissage nécessite des données en (très) grande quantité. Donc plus la quantité de données est importante, meilleur l’apprentissage pourra être. Mais on n’en est pas sûr. Par contre, on est sûr que si la quantité de données est faible, la qualité de l’apprentissage sera médiocre. Tout développement de l’IA a donc comme préalable la constitution d’un stock de données très important.

Continuer la lecture

Share/Partage

L’écho du bocal avec un hacker

Aujourd’hui, l’écho du bocal donne la parole à un hacker, terme que l’intéressé préfère à celui de pirate. Il témoigne sous anonymat complet, sans fournir son nom ni le pseudonyme sous lequel il est connu dans ce milieu. La personne qui a recueilli ses propos témoigne de la réalité de son existence (ce n’est pas un avatar ni un hologramme) et de ses qualités professionnelles.

Hacker

Source

 

1 Avez-vous, durant vos activités de pirate, constaté une évolution de la qualité de la protection informatique des organisations ou le constat est-il toujours désolant ?

Il y a clairement depuis quelques années une prise de conscience de la part des entreprises de l’intérêt de la SSI. Notamment, suite aux dernières attaques de ransomware qui contrairement au vol de données ont détruit des SI complétement et fait perdre des milliers d’euros à certaines entreprises.
Par ailleurs, l’ANSSI est montée en puissance ces dernières années et à contribuer fortement à la protection des OIV en exigeant un minimum en terme de sécurité des SI.

Continuer la lecture

Share/Partage

5 ans d’EchoRadar – Et soudain, le sémantique !

L’apparition du cyberespace s’est accompagnée de questions relatives à sa nature : n’était-il que la prolongation de l’informatique ? Etait-il un nouvel espace au sens propre du terme “espace” ? De quoi était-il composé exactement ou, en d’autres termes, de combien de couches était-il constitué ?

Source

Rapidement, un consensus naquit sur l’existence des couches physique (ordinateurs, commutateurs, etc.) et logicielle. Nier leur existence aurait été en effet ridicule. Cependant, une controverse plutôt larvée apparut à propos de la couche sémantique, bien que personne ne semblait nier farouchement son existence. Était-elle une couche constitutive de ce nouvel espace au même titre que les deux précédentes, ou n’était-elle qu’une élucubration accompagnant, comme de coutume en ces occasions, un phénomène nouveau ?

D’un côté, certains happy few ont, dès les commencements du cyberespace, attiré l’attention sur cette couche non-technique qui venait hybrider les couches matérielles et logicielles du cyber. Leur réflexion a d’ailleurs fait progresser la connaissance de ce nouvel espace. De l’autre, la majorité évoquait cette couche sans paraître convaincue de sa singularité, mais parce qu’elle leur permettait de ne pas laisser la réflexion sur le cyber aux seuls techniciens. Notons d’ailleurs que cet espace n’était pas vu comme un domaine scientifique, mais comme purement technique, réservé aux geeks, néologisme indispensable pour montrer que ce nouvel espace était bien étrange.

Continuer la lecture

Share/Partage

Remédier à l’échec de la sensibilisation à la cybersécurité

Malgré son importance, la cybersécurité pâtit du fait qu’elle est à la mode. Sensibiliser à la cybersécurité est rappelé sans cesse, tel un mantra. Comme il est vrai qu’un défaut de cybersécurité peut avoir des conséquences désastreuses pour soi et les autres membres du réseau, il est indispensable que chacun se sente concerné et applique les règles élémentaires de cybersécurité. Pour cela, il va de soi que chaque utilisateur de l’informatique, du cyber ou du numérique, doit être sensibilisé aux dangers, à leurs remèdes, aux bonnes pratiques qui permettent de se prémunir des cyberattaques en tout genre.

Cela est fort bien, et loin de moi l’idée de critiquer l’aspect indispensable de la cybersécurité.

Pensez cybersécurité on Twitter: "Avez-vous appris des ...

Source

Cependant, le problème réside dans le fait que la cybercriminalité augmente dramatiquement (de manière exponentielle disent même ceux qui maîtrisent cette fonction… ou presque). Alors, si l’on fait preuve d’un peu de rigueur ou de perspicacité (voire des deux), on en vient à se demander pourquoi, si la sensibilisation à la cybersécurité se poursuit de la meilleure manière possible (personne ne la remet, même partiellement, en question), la cybercriminalité augmente et continue de rapporter à ceux qui la pratiquent ?

Parce qu’elle se diversifie et devient plus complexe, disent la majorité des intervenants.

Parce que la sensibilisation à la cybersécurité est un échec, dis-je, et je m’en vais vous expliquer pourquoi.

Continuer la lecture

Share/Partage