Après le coup de pied dans l’AUKUS, quelles déclinaisons de la stratégie française ?

Amis lecteurs, vous ne rêvez pas, EchoRadar est de retour après une période d’indisponibilité estivale ! Qui a certes débuté au printemps et se termine à l’orée de l’hiver, mais que vaut cet intervalle de temps par rapport au plaisir de partager nos réflexions sur des sujets stratégiques traités à la façon d’EchoRadar !

Pour cette reprise, nous vous proposons un dossier hivernal nouvelle formule ! Nouvelle formule, qu’est-ce à dire ? C’est à dire que, dans un premier temps, ce sera un dossier hivernal ressemblant aux précédents. Le sujet est le titre même du billet : Après le coup de pied dans l’AUKUS, quelles déclinaisons de la stratégie française ? Mais après… Patience !

Source

Le contrat entre Naval Group et le gouvernement des kangourous semblait en béton armé, voire insubmersible. Et pourtant, patatras ! Les Australiens nous ont sorti un joker de leur poche (kangourou) que personne, semble-t-il, n’a vu venir. Ce revirement de situation change la donne dans une région où les Anglo-Saxons sont bien présents, sans pour autant que la France y soit une intruse. La Nouvelle-Calédonie est encore (pour combien de temps ?) terre française, et n’oublions pas que le Vanuatu était un condominium franco-britannique. Plus à l’est, une partie de la Polynésie est encore française. Expulsée à grands coups de pied dans (de ?) l’AUKUS du Pacifique occidental, que peut faire et que peut maintenant espérer la France ? Quel est l’avenir et la force des alliances nouées lorsque de tels revirements (coups bas) ont lieu ? Les différents alliés ont-ils tous le même poids dans une alliance ? A priori non, si l’on en juge par la durée nécessaire au retour des ambassadeurs dans les différents pays protagonistes de cette “ténébreuse affaire”… Quels ont été le poids et le rôle du renseignement dans cette affaire ? Qui savait quoi ? Qui a intoxiqué qui ? Il est bien entendu que des alliés ne s’espionnent pas (ou presque) mais Pegasus a rappelé qu’entre les belles paroles et la réalité se nichait le principe de réalité. Quel est le rôle des ventes d’armes dans la construction d’alliances qui peuvent être qualifiées d’alternatives par rapport à celles existant depuis longtemps, telle l’OTAN ? La vente de Rafale peut-elle rattraper la vente torpillée (c’est le cas de le dire) des sous-marins ? Et quel avenir maintenant pour l’industrie navale française ? Ah, j’allais oublier : et le rôle de l’Europe (il est vrai qu’on a tendance à souvent l’oublier lorsqu’on parle de stratégie) ?

Pour balayer ce spectre de questions intéressantes, nous proposons à votre lecture des billets qui traiteront de la vision plus orientale de cette affaire et de ses conséquences, des intérêts français dans la zone, du referendum à venir et de ses résultats, et de l’aspect organisationnel d’une alliance. Et aussi…

Car oui, c’est maintenant que ce dossier hivernal prend toute son originalité ! Chers lecteurs, vous appréciez EchoRadar et souhaiteriez y prendre part épisodiquement ? Nous vous offrons alors de publier un billet relatif au thème de ce dossier ! Comment faire ? Tout simplement en envoyant à l’adresse echoradar.blog CHEZ gmail.com votre proposition d’article qui fera l’objet d’une relecture des membres puis publié dans ce dossier. Original, n’est-ce pas ?

Alors, partant ?

Share/Partage

EchoRadar Blog

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

2 × deux =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.