Anatoli Kitov : pionnier de la cybernétique soviétique [Partie 1]

C’est un grand plaisir pour moi et pour Echo Radar de recueillir les impressions et les informations de Vladimir Kitov relatives à la vie et l’oeuvre de son père, Anatoli Kitov, pionnier de la cybernétique soviétique qui aurait pu changer le cours du monde si les autorités politiques et militaires avaient adhéré à sa vision de l’informatique. Il n’en demeure pas moins que ce grand homme des sciences informatiques aura réussi à participer à plusieurs projets d’envergure, dans le domaine militaire comme civil, marquant par là toute une période critique, celle de la Guerre Froide. J’en profite pour rappeler que mon ouvrage La cyberstratégie russe paru aux éditions Nuvis est dédié spécifiquement au colonel-ingénieur Kitov.

Vladimir Kitov

L’entretien sera divisé en plusieurs parties en raison de la longueur de celui-ci, tout en rappelant qu’il provient d’une traduction originale en langue russe opérée par mes soins.

En vous en souhaitant une agréable lecture et découverte.

Yannick Harrel

Question : Vladimir, pourriez-vous vous présenter ?

Réponse :

Vladimir Kitov, je travaille dans le secteur informatique depuis plus d’un demi-siècle, et j’ai dirigé les équipes de programmeurs du Centre informatique principal du ministère de l’URSS Morflot (ГВЦ Минморфлота СССР) et de l’Institut central de recherche Monolith (Монолит). Puis j’ai dirigé le développement du logiciel pour le système international de sauvetage spatial COSPAS-SARSAT et la création d’un moniteur multi-terminal pour les ordinateurs ES EBM (des supercalculateurs soviétiques). J’ai ensuite travaillé comme top manager chez DEC, SIEMENS, Technoserv, IBS, Fujitsu. J’ai aussi écrit un manuel sur la programmation de systèmes  d’information et plusieurs monographies. Je suis dorénavant engagé dans des recherches sur l’histoire de l’informatique [1].

https://habr.com/ru/company/dataart/blog/502044/

https://habr.com/ru/company/dataart/blog/507132/

 

Question : Pouvez-vous évoquer le 100ème anniversaire du colonel-ingénieur Anatoli Kitov et les deux derniers ouvrages parus sur lui ? Que prévoyez-vous avec l’Université d’Économie Plekhanov en octobre à ce sujet ?

Réponse :

Cette année, le 9 août, marque en effet le 100e anniversaire de la naissance de mon père Anatoly Kitov (1920 – 2005), un pionnier de la cybernétique et des technologies de l’information soviétiques et russes.

À l’occasion de cet anniversaire, deux nouveaux livres à ce sujet ont déjà été publiés cette année:

  • Le premier livre, Anatoli Ivanovich Kitov, (https://www.computer-museum.ru/books/Shilov_Kitov_2020.pdf), a été publié par la maison d’édition de l’Université Lomonosov de Moscou, avec lequel Anatoly Kitov était étroitement associé à sa lutte en faveur de la cybernétique en URSS et ses projets scientifiques. Ce livre publié à grande échelle compte 760 pages dont de nombreuses illustrations. Il décrit surtout de nombreux projets et initiatives de Kitov. Beaucoup, mais pas tous, car un certain nombre de projets restent encore classés «Top Secret» (par exemple, le projet «Livre Rouge»), tandis qu’un certain nombre d’autres projets ont été perdus. Au cours de sa vie, Anatoly Kitov a beaucoup fait dans le domaine de la science. C’était un homme d’une capacité de travail colossale, consacrant tout son temps à la science, tant au travail qu’à la maison après. Jusqu’à présent, pas une seule personne, moi y compris, ne sait parfaitement tout ce qui a été fait par lui, c’est pourquoi de nouvelles découvertes historiques nous attendent.
    Ce livre est le premier à recenser tous les principaux articles anti-cybernétiques lors de la campagne communiste réactionnaire en URSS sous Staline contre la cybernétique et un an après sa mort. En outre, les caractéristiques et certifications officielles d’Anatoly Kitov pendant la guerre et après ont été publiées pour la première fois.
    La seule chose qui le distrayait de la science était le sport – tennis, natation, ski, exercice tous les jours. Pour la première fois, à l’âge de 65 ans en Crimée, il a commencé à pratiquer le ski nautique, bien que tout le monde le décourageait à l’unanimité. À l’âge de 71 ans, il a construit une maison de jardin de 2 étages dans sa maison de campagne. Et sous la maison principale, il a creusé une nouvelle salle de sous-sol de 35 mètres carrés.
  • L’ouvrage «De la cybernétique et des systèmes de contrôle automatisés à l’économie numérique. Au 100e anniversaire de la naissance d’Anatoli Ivanovich Kitov» (https://www.computer-museum.ru/galglory/Buklet_Kitov_anniversary.pdf), a été publié par la maison d’édition de l’Université d’Économie russe Plekhanov. Précisément là où Anatoly Kitov a travaillé pendant les 17 dernières années de son activité (après 60 ans, bien qu’il était déjà devenu retraité).
    Actuellement, une publication de ce livre en anglais est en cours de préparation, celle-ci devrait être disponible pour la 10ème Conférence Anatoli Kitov. La 10ème Conférence internationale scientifique et pratique nommée d’après Anatoly Kitov «Technologies de l’information et méthodes mathématiques en économie et gestion» (ITiMM-2020) aura lieu du 15 au 16 octobre 2020. Il s’agit de l’une des plus grandes conférences sur cette thématique en Russie. Au total, 6 livres et plus de 100 articles ont déjà été publiés sur Anatoly Kitov en Russie. Ainsi que 2 documentaires:

«L’Internet du colonel Kitov» :
https://www.youtube.com/watch?v=VabmptbPuPw
«L’homme qui a inventé Internet pour la première fois» :  https://www.youtube.com/watch?v=TKSh9OHwK2M

 

Question : Anatoli Kitov a été un pionnier de la cybernétique alors que cette discipline dans les années 1950 en Union Soviétique était fort mal perçue : comment a-t-il réussi à opérer un changement dans l’opinion des autorités ?

Réponse :

Mon père a lu le livre du scientifique américain Norbert Wiener «Cybernetics» dans la bibliothèque secrète SKB-245 en 1951/1952. Il voulait comprendre la cybernétique par lui-même, qui était très critiquée dans la presse centrale soviétique comme un outil du capitalisme. À ce moment là, Anatoli Kitov avait 31 ans. Pour avoir accès à ce livre, il devait obtenir l’autorisation officielle du maréchal en chef de l’artillerie de l’URSS, N. Voronov, car le gouvernement communiste avait donc peur de la cybernétique. Après avoir lu le livre de N. Wiener en anglais et réalisé que la cybernétique n’est pas du tout une pseudoscience, mais une très bonne science, à laquelle appartient l’avenir, A. Kitov écrit un article «Les principales caractéristiques de la cybernétique». Staline était cependant toujours en vie et il était très dangereux de faire l’éloge de la cybernétique.

Après la mort du dirigeant soviétique, une courte période de dégel (octroyant certaines libertés) a commencé en URSS, puis A. Kitov, avec son ami principal A. Lyapunov, le célèbre mathématicien, avec lequel il commençait à parler de cybernétique (A. Lyapunov ne connaissait pas l’anglais), a obtenu l’admission au formidable corps soviétique, le département idéologique du Comité central du PCUS. A. Kitov était une personne très intelligente avec un grand don de persuasion. Et les employés responsables du département idéologique du Comité central du PCUS ont compris les informations qu’il avait présentées et formulèrent que l’attitude envers la cybernétique devrait être changée en une approche plus positive. Bien qu’ils ne voulaient pas changer instantanément leur attitude à l’égard de la cybernétique, ou qu’ils ne le pouvaient pas. ils ont permis à A. Kitov et A. Lyapunov de tenir plusieurs conférences sur la cybernétique pour les scientifiques, les fonctionnaires et l’intelligentsia, afin de prendre ensuite une décision sur la cybernétique en fonction de la réaction de la société.

Pendant un an et demi, A. Kitov et A. Lyapunov ont donné des conférences sur la cybernétique dans de nombreux auditoriums de Moscou et également à Leningrad (actuelle Saint Pétersbourg). Partout, les salles étaient surpeuplées et la cybernétique était reçue chaleureusement. Pour les gens, ces conférences sur la cybernétique après la dure période de Joseph Staline étaient comme «une bouffée d’air frais». Et seulement après cela, le Comité central du PCUS a autorisé la publication d’un article écrit par A. Kitov «Les principales caractéristiques de la cybernétique» signé par l’académicien S. Sobolev. Kitov et le professeur A. Lyapunov dans sa principale revue idéologique Voprosy Filosofii (Вопросы философии). Ce parrainage était nécessaire car Anatoli Kitov était alors jeune et peu connu et avait besoin de noms puissants bien connus comme co-auteurs. Deux mois plus tard, A. Kitov publiait à grand tirage un autre article intitulé «Cybernétique technique» dans le magazine Radio (Радио). La publication de ces deux articles a marqué une victoire complète dans la lutte pour la cybernétique en URSS.

Et quatre ans après la publication de ces articles débutées en 1955, les dirigeants communistes de l’Union Soviétique ont commencé à appeler la cybernétique «la science du communisme».

Anatoli Kitov

Share/Partage

Yannick Harrel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre × 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.