En Chine, des gangs propagent la peste porcine avec des drones

Chine | Afin de faire flamber le prix de la viande de porc, des gangs chinois propagent la peste porcine africaine dans les fermes avec des drones. Les éleveurs de porcs ripostent avec des brouilleurs anti-drones… et perturbent les avions de ligne.

Selon le ministère chinois de l’agriculture et la FAO, la Chine a perdu 130 millions de porcs (-40% du cheptel total) depuis l’éclatement d’une violente épidémie de peste porcine africaine à l’été/automne 2019. Cette perte équivaut à deux fois la production américaine, troisième pays producteur derrière la Chine et l’Union Européenne.

Des abattages massifs de porcs ont été effectués afin de limiter la propagation de l’épidémie. La pénurie consécutive de porcs a immédiatement provoqué une flambée du prix de leur viande : de 32 yuans/kg (4 euros) à 60 yuans/kg (7,6 euros). En Chine, le porc constitue 70% de la viande consommée et un Chinois en consomme 20 kg par an en moyenne. Dans certaines zones urbaines comme rurales, certains restaurants qui servaient uniquement de la viande de porc proposent également de la viande de chien, nettement plus abordable pour leur clientèle (1)

Cette crise chinoise de la peste porcine est devenue une aubaine pour plusieurs gangs locaux. Leur objectif consiste à forcer les éleveurs à vendre leurs porcs à bas prix, puis à écouler cette viande (présentée comme saine) en contrebande à hauteur de 1000 yuans/kg (128 euros). La marge bénéficiaire est l’opium du peuple.

Selon le South China Morning Post (2),  les gangs répandent des rumeurs sur la propagation de la maladie dans une localité ou abandonnent des porcs morts sur le bord d’une route afin de leurrer les éleveurs sur une propagation de l’épidémie. Dans certains cas, ils utilisent des drones pour lâcher des aliments infectés par la peste porcine africaine dans des fermes.

Alibaba aurait-il enregistré des commandes suspectes de drones ? Que fait le Gongabu ?

En guise de défense anti-aérienne, plusieurs éleveurs de porcs ont eu recours à des systèmes de brouillage qui perturbent la navigation des drones au-dessus de leurs fermes.

Malheureusement, de nombreux pilotes qui atterrissaient à Harbing Taïping (province du Heilongjiang) ont fait état d’une perte de signal GPS ou ADS-B lors du survol d’une ferme située à quelques kilomètres de cet aéroport international, dans le comté de Zhaozho (nord-est de la Chine). En effet, la ferme Heilongjiang Dabeinong Agriculture & Pastoral Foods était équipée d’un brouilleur anti-drone et a été sommée par les autorités (3) de le désactiver. Aucune sanction n’a été prise à l’égard du propriétaire.

Quand le drone commercial devient un vecteur low-tech d’épidémie (à des fins lucratives), la littérature et le cinéma cyberpunk n’ont qu’à se bien se tenir. Les réalisateurs de Black Mirror tiennent probablement leur prochain scénario. Les services de sécurité, les fermes et les marchés de l’agriculture aussi ? Le futur des armes biologiques / chimiques sera-t-il “dronisé” ?

Charles Bwele | Electrosphère

En savoir + :

(1) Pénurie de cochons en Chine : la viande de chien est de retour (Consoglobe)

(2) Chinese criminal gangs spreading African swine fever to force farmers to sell pigs cheaply so they can profit (SCMP)

(3) China flight systems jammed by pig farm’s African swine fever defences (SCMP)

Share/Partage

Charles Bwele

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

treize + 1 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.