Echo du Bocal avec Jonathan Marole, responsable du studio de développement Vision Réelle

Faisant suite à la présentation de la simcade Classic Racers à laquelle nous avons consacré une analyse, nous avons contacté Jonathan Marole qui s’est prêté au jeu de l’Echo du Bocal. Qu’il en soit remercié.

Pouvez-vous vous présenter Jonathan, et notamment décrire votre parcours professionnel?

Titulaire d’un Bac STI, je suis principalement autodidacte dans le métier, mû par ma passion pour le monde automobile. Et pour être plus précis, c’est surtout le design automobile qui bénéficie de mon intérêt, à telle enseigne que lors d’un de mes premiers postes chez Office Depot, je dessinais des carrosseries pendant mes pauses au lieu de déjeuner. J’ai aussi acquis une Lancia Delta 2 HF Turbo 2.0l.

Puis j’ai été amené à travailler pour Eden Studios, développant principalement des simulations automobiles. Avec l’émergence de la 3D et son rachat par Infogrames/Atari, j’ai participé à plusieurs projets dont Test Drive Unlimited 1 où je fus en charge de la partie DLC et Test Drive Unlimited 2 où je gérais tous les aspects des véhicules (graphismes, physique, gameplay et son). Ces dernières années, ma société a principalement travaillé pour des titres tels que Gear Club sur iOS, Android et Nintendo Switch.

Quel a été le point de départ du projet Classic Racers / Baguette-Fromage-Pistons?

La volonté de faire le jeu que j’ai vraiment envie avec l’expérience accumulée des autres projets auxquels j’ai participé. Bien entendu, c’est un marché de niche j’en suis conscient, surtout dans le domaine des courses de côte, même si rien n’est figé à ce stade. Mais je le répète, c’est surtout une envie qui m’a motivé à débuter ce projet, avec comme modèle Race Driver Grid de chez Codemasters pour sa facilité d’utilisation et son équilibre entre simulation et arcade.

Pouvez-vous évoquer comment s’est opéré le développement de celui-ci : moteur 3D, sonorisation, animation, illustration etc.?

Le moteur 3D c’est Unity 3D en raison de sa très grande souplesse. Pour la sonorisation, j’ai quelques capacités dans le domaine et par conséquent j’ai ma méthode pour récupérer et améliorer des bruitages que je trouve tout à fait adaptés pour mon jeu. Concernant la physique, qui ressort du travail de game design, ce sont mes propres notions qui ont été mises à profit avec une reprogrammation des modèles pour aboutir à un résultat satisfaisant concernant les accélérations, le braquage ou encore le couple du régime moteur.

Quel est le retour des joueurs actuellement sur Classic Racers? Est-ce que vous échangez avec eux et prenez en considération leurs avis et suggestions?

Le retour est globalement très bon, puisque les appréciations sur Steam avoisinent les 100%. Maintenant, il y a effectivement un grand nombre de suggestions et par conséquent un équilibre à trouver entre les ajouts futurs souhaités et le travail à fournir puisqu’en raison de sa relative confidentialité (je n’ai pas à ce jour d’éditeur, ce qui bride sa diffusion sur d’autres canaux comme les consoles), ce projet ne me rémunère pas intégralement. Tout est question de dosage entre ces deux variables même si je suis satisfait de ce qui a déjà été accompli.

Des points d’amélioration sont-ils prévus dans un futur proche pour Classic Racers? Si oui, lesquels?

J’y réfléchis, je prends aussi en considération certaines suggestions avancées par la communauté. L’une d’elles par exemple concernera la modification des touches de contrôle. Mais c’est surtout sur le contenu que je vais intervenir, j’ai quelques idées comme le Mont Ventoux, le Col de Turini, la route de la Turbie. Et concernant les voitures, je pense introduire des modèles inspirés de chez Alpine, Matra, Mustang, Marcos, Marcadier.

Pensez-vous le faire évoluer vers une simcade orientée rallye ou rester sur de la course de côte?

Non pour les deux. J’envisage plutôt une évolution vers le circuit fermé, avec une intégration d’intelligence artificielle pour simuler les concurrents. Tout dépendra du succès commercial pour franchir cette étape.

Avez-vous un autre projet en germe pour l’après Classic Racers?

Je pense qu’au vu de son potentiel, il a des atouts pour être porté sur les consoles actuelles où ce type de jeu n’est guère fréquent.

Votre meilleur souvenir en sport auto/moto?

Les sorties pistes sur le circuit de Dijon Prenois qui est superbe, les escapades en Italie en Abarth 595 Turismo où les carabinieri nous ouvraient les portes des départementales mais aussi une très belle sortie club dans les Cévènes où je pus terminer à la 1ère place.

Vos trois véhicules historiques préférés et pourquoi ce choix?

Je suis un amoureux des italiennes, et si je suis assez rétif quant à la mode des années 1980 en revanche je suis un grand amoureux des mécaniques de cette époque. J’en retiens trois qui me font fantasmer et qui ont un jus vraiment d’époque :

  • Lancia Delta S4 Stradale
  • Lancia 037 Stadale
  • Ferrari F40

En tant que créateur d’entreprise et développeur, souhaiteriez-vous vous exprimer sur votre métier? Est-ce compliqué d’être un indépendant dans ce secteur?

Oui, c’est très compliqué. C’est un secteur hautement concurrentiel, qui attire souvent de jeunes talents qui sont inconscients des difficultés que l’on peut rencontrer en interne. Du coup il y a énormément de gâchis humain en dépit de l’aura que peut dégager le secteur du jeu vidéo où l’aspect ludique masque le niveau technique requis très élevé.

 

Site du studio : Vision Réelle

 

Share/Partage

Yannick Harrel

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

3 × cinq =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.