Pour un module cybersec dans le SNU

La question du service national universel a suscité quelques débats et beaucoup d’incertitudes. Il reste que la volonté du président de la République a conduit à sa mise en place prochaine, d’autant que son principe devrait être inscrit dans la Constitution, selon le projet de révision en cours d’examen au Parlement (voir ici).

Source

Il durerait un mois et concernerait toute une classe d’âge, garçons et filles, soit environ 800.000 jeunes âgés de 16 ans. Mais on ne sait pas trop ce qu’il y aura dans ce mois. Il me semble qu’une initiation à la cybersécurité serait un bon élément du programme avec des avantages multiples : développons.

En effet, il y a beaucoup d’incertitudes concernant le contenu de ce mois. On parle du BAFA (attention, pas GAFA), d’instruction civique et d’initiation aux premiers secours. Cela paraît un peu maigre.

Or, une initiation aux gestes et pratiques de la cybersécurité constituerait une formidable initiative. D’abord parce que la population française est très mal éduquée à l’hygiène numérique ; ensuite parce que les jeunes que l’on vise sont depuis leur plus tendre enfance imprégnés de culture digitale (on parle bien de « génération digitale ») : ils n’en connaissent que les usages et avantages, mais personne ne leur parle des dangers et des risques.

Enfin, une telle initiative donnerait une couche incontestablement moderne à ce service national qui sinon aurait du mal à se distinguer de l’association patriotique mélangée à de l’apprentissage aux premiers secours : très bien, fort utile mais un peu compassé.

Avoir un module de deux à cinq jours d’initiation à la cybersécurité rendrait incontestablement la nation plus résiliente. Au fond, il y aurait un côté « défense » dans ce service sans que pour autant cela pèse sur les militaires, qui ont bien d’autres missions à accomplir. Enfin, l’image projetée à l’international serait remarquable et nul doute que nous serions rapidement imités : cela entrerait parfaitement dans la stratégie numérique exposée par le PR dans son discours de la Sorbonne.

Accessoirement, les jeunes deviendraient rapidement des prescripteurs auprès de leur entourage qui considère la cybersécurité avec « distance ». La diffusion d’une culture cyber serait facilitée.

Ajoutons enfin que pour mettre en place cet enseignement, il faudrait développer un corps d’instructeurs qui pourraient rapidement devenir des professionnels travaillant au profit des PME, qui constituent aujourd’hui le maillon faible de notre dispositif. Or, les PME ne peuvent pas se payer des RSSI à plein temps. En revanche, prendre appui sur un réseau de professionnels indépendants et proches de ces entreprises (or, comme le SNU sera réparti sur tout le territoire, il faudra des instructeurs répartis également partout) devrait permettre là encore d’améliorer les choses.

Dernière cerise sur le gâteau : le développement de cette cohorte de professionnels permettrait d’alimenter les besoins des armées (mais à terme des grandes administrations nationales ou territoriales) en réservistes cyber, y compris opérationnels. Cela renforcerait les armées et donc la défense de la Nation, ce qui est normalement l’intérêt d’un Service national. La boucle serait bouclée…

Autrement dit, un module Cybersécurité au sien du SNU pourrait déclencher un cycle extrêmement vertueux et utile qui légitimerait encore plus ce SNU, encore aujourd’hui controversé.

O. Kempf

Share/Partage

Olivier Kempf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

sept + 16 =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »