Le SCAF ira-t-il sur la galère ?

C’est peut-être l’un des plus importants programmes d’armement, avec la dissuasion nucléaire, tout en étant le moins sujet aux commentaires et analyses dans les médias. Le Système de Combat Aérien du Futur (SCAF) ne vise rien de moins que de préparer la succession du Rafale, l’avion de combat de la France. Le programme Rafale déplace un coût global de 46,4 milliards d’euros (soit 18 porte-avions). Et pourtant, son successeur ne prépare toujours pas complètement l’avenir du vecteur aérien armé en France, voire dans toute l’Europe.

© Inconnu. The X-47B UCAS first taxied on the deck of the USS Harry S. Truman (CVN-75) during deck handling trials conducted in Nov, Dec 2012.

© Inconnu. The X-47B UCAS first taxied on the deck of the USS Harry S. Truman (CVN-75) during deck handling trials conducted in Nov, Dec 2012.

 

Le SCAF est l’aboutissement, du côté français, d’un certains nombres de recherches, de programmes d’études amont menés depuis des années par les industriels sous la férule de la DGA. Du LOGIDUC (LOGIque de Développement d’UCav) de Dassault lancé en 1999 jusqu’au SCAF/FCAS de 2014 entre Dassault et BAE, la France (LOGIDUC), une partie de l’Europe (nEURON) et l’Entente cordiale (SCAF/FCAS) préparent l’avion de combat de demain.

Contrairement aux drones de surveillance (tant à voilure fixe que tournante) de tous segments, l’Europe porte encore quelques ambitions afin de rester dans la course pour la maîtrise et l’exploitation de la troisième dimension. Il y a des réponses européennes afin d’explorer les technologies développées aux F-22 et X-47B, pour ne citer qu’eux. Malgré le rouleau compresseur du programme JSF/F-35 qui a monopolisé bien des ressources financières en Europe, bien plus utiles ailleurs, il demeure des marges de manoeuvre.

L’effort actuel constitué par le SCAF, soit un programme de 150 millions d’euros en commun, abondé par 50 millions d’euros de développements nationaux pour chaque partie, d’une durée de deux, pourrait déboucher sur la construction d’un démonstrateur si accord il devait y avoir pour poursuivre les efforts.

Le Royaume-Uni et la France doivent mesurer la maturité d’une aviation de combat partiellement dronisée et la place du vecteur aérien pilotée dans les guerres de demain. Tout irait pour le mieux dans le meilleur des mondes s’il n’y avait pas un oubli assez surprenant…

Le grand programme d’UCAV à l’heure actuelle est le X-47B américain, un drone embarqué et opérant depuis porte-avions. Justement, il n’est pas dit que d’ici aux années 2030, soit l’horizon stratégique du SCAF, Paris et Londres abandonnent leurs porte-avions, soit trois navires tout de même (encore devant la Chine et l’Inde). En France, Il serait bien dommageable, après bien des déconvenues (Ouragan, Mystère IV, Mirage G, Mirage F1, etc), qu’à nouveau, Armée de l’air et Aviation navale ne développent pas un avion ou drone de combat commun. Ce qui serait une source de surcoûts insupportable.

Certains s’amusaient, puisqu’il n’est pas possible de croire qu’ils le pensaient sérieusement, que le drone de combat allait remiser au placard le porte-avions grâce à son autonomie. A moins de démontrer – pourquoi pas ? – qu’un UCAV a des capacités opérationnelles moindres depuis un porte-avions que s’il avait décollé depuis la terre ferme, il faudra bien reconnaitre que ces engins ne peuvent apporter une rupture entre les marines et les côtes hostiles. La symétrie permise par les catapultes, si ce n’est sans elles, demeurera.

Pourquoi diable le SCAF n’est-il pas allé dans une galère ? Le développement d’une version embarquée d’une voilure fixe est toujours un exercice délicat. Il nécessite, presque impérativement, que cela soit prévu dès l’origine de la conception de la cellule car certains choix architecturaux sont incompatibles avec les opérations aériennes depuis un navire.

Jusqu’à quand faudra-t-il attendre qu’un UCAV aéronavale fasse partie des objectifs stratégiques de nos deux pays à travers le programme SCAF, voire le suivant ?

Le marquis de Seignelay

Share/Partage

Le marquis de Seignelay

2 commentaires

  1. “Le programme Rafale déplace un coût global de 46,4 milliards d’euros (soit 18 porte-avions).”

    Sauf que 18 portes-avions sans avions, c’est inutile.

    Par ailleurs, le X-47 n’est qu’un démonstrateur, comme le Neuron et le programme SCAF. Le programme qui pourrait déboucher sur un engin opérationnel est l’UCLASS.

  2. C’est une comparaison puisqu’il nous est assuré par certains que le porte-avions est l’équipement le plus coûteux. Cet aspect ne vous aura pas échappé. Je ne crois pas avoir demandé une version opérationnelle du SCAF ou avoir écrit que le X-47B était un engin opérationnel. Mais bien avoir demandé pourquoi n’y avait-il aucune partie aéronavale chez ce démonstrateur, vous l’aurez compris. Le Rafale A était, lui aussi, un démonstrateur, pas très éloigné du résultat final.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

quatre + neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.