Confessions d’un hacker politique en Amérique latine

L’édition avril 2016 du magazine / webzine Bloomberg raconte la vie et les oeuvres d’un hacker politique de haut niveau qui a piraté des élections en sourdine pendant une décennie et crée actuellement des remous dans plusieurs chancelleries et partis politiques d’Amérique latine. Résumons cette histoire très réelle qui mérite probablement une adaptation cinématographique…

Februrary 26, 2016. Bogotá, Colombia. Ándres Sepúlveda (31) lives at an undisclosed maximum-security building of the General Attorneys office (Fiscalia Nacional) in Bogotá, Colombia; where he is serving a 10 years sentence for hacking and spying on the government and elected officials. Photo Credit: Juan Arredondo for Bloomberg BusinessWeek.

Andrés Sepulveda, 31 ans, est né à Bucaramanga (Colombie) d’une mère secrétaire et d’un père agriculteur et activiste férocement opposé à la culture de coca et donc régulièrement menacé de mort par les cartels de la drogue. Sa famille déménagea à plusieurs reprises puis s’installa à Bogota où il apprit à utiliser un ordinateur et fut inscrit dans une école d’informatique.

En 2005, son frère aîné est un consultant en publicité impliqué dans la campagne électorale du candidat (et actuel président) colombien Alvaro Ulribe et requiert ses talents pour pirater le site Internet d’un parti adverse, dérober une base d’adresses email et inonder celles-ci de fausses informations moyennant 15 000 $ mensuels en espèces. Son recruteur et mentor Juan José Rendon, consultant politique vénézuélien basé à Miami, diplômé en psychologie et fort d’une solide expérience professionnelle dans le marketing et la publicité (souvent surnommé le « Karl Rove d’Amérique latine »), avait pressenti que les hackers pouvaient être complètement intégrés à une campagne électorale afin de mener des « attaques publicitaires », d’identifier et cibler les personnages clés des partis adverses, de décourager ou dissuader des franges d’électeurs et de provoquer une baisse du taux de participation.

Continue Reading

Share/Partage

Le choc du présent selon Douglas Rushkoff

Selon l’auteur de Present Shock : When Everything Happens Now, la surinformation chronique enferme les gouvernements et les sociétés dans une obsession du présent, assombrit leurs visions globales et dégrade leurs projections à long terme. Ce constat peut paraître évident mais Douglas Rushkoff, essayiste cyberpunk et théoricien des médias, dépeint audacieusement une évolution inquiétante et propose des solutions qui valent largement un doigté glissant sur Android/iOS…

douglas_rushkoff

Present Shock est un clin d’oeil au cultissime Future Shock écrit par le futurologue Alvin Toffler en 1970. L’ouvrage a tout l’air d’un blog couché sur papier et sa densité thématique n’est pas nécessairement prometteuse pour le rédacteur d’une synopsis. Mettons tout de même le pied à l’étrier…

Continue Reading

Share/Partage