Conséquences stratégiques de la confrontation Union Européenne – Grèce

L’échec et la capitulation devant les autorités européennes du nouveau gouvernement grec,le 13 juillet 2015, et après 5 mois de tractations, peut être considéré comme l’évènement politique le plus important en Europe depuis la chute du bloc soviétique au tournant des années 1990.Il serait de courte vue de n’y voir qu’une péripétie supplémentaire de «la crise grecque» ouverte depuis 2010.

Enlèvement Europe

Dans cette mise en perspective, l’emploi des termes échec et capitulation est d’abord justifié pour balayer l’apparence d’une négociation dont la fiction a été entretenue par le système dirigeant de l’Union Européenne avec le concours de la majorité des media. Il n’y a eu aucune négociation entre la Grèce et le bloc formé par la Troïka élargie en «quartet» (FMI,BCE, Commission Européenne, Eurogroupe), mais au contraire une stratégie ayant pour objectif la capitulation sans conditions du gouvernement grec élu en janvier 2015. Les méthodes employées par ce quartet en termes tactiques et de communication sont à elles seules un cas d’école de guerre non militaire tel qu’on en observe dans la géopolitique de la période post soviétique.

Continue Reading

Share/Partage

Armes miraculeuses, armes de rupture ? Le T-35 : un monstre d’acier au profit d’une doctrine novatrice

Dans la continuité de ce dossier consacré aux armes décisives, ou prétendument telles, je me penche sur le cas du T-35 conçu et réalisé en URSS : un monstre blindé né durant la période d’inter-guerre des années 1930. Il symbolise le désir à la fois de répondre à une volonté de donner au nouvel État (l’Union Soviétique n’existe que depuis décembre 1922) un parc de chars lourds tout en s’inscrivant dans une optique symbolique destinée à marquer les esprits par le gigantisme des réalisations.

T-35 Union Soviétique

Si l’on a coutume de citer les armes nazies comme ayant frisé le délire pour leur cahier des charges ayant parfois même atteint une certaine réussite, à tout le moins technologique, il n’en va pas de même pour leurs némésis soviétiques. À la décharge de l’Union Soviétique, la première guerre mondiale puis la guerre civile et enfin la guerre polono-soviétique aboutirent à une saignée humaine comme industrielle. De ce chaos naquirent, ou plutôt se révélèrent, quelques grands esprits militaires mais aussi, fait plus méconnu, quelques tentatives d’innovation afin de préparer au mieux la future guerre que Staline pressentait. Le T-35 est l’une de ces incroyables histoires vraies qui fut au final moins décisif par sa présence que par l’accréditation d’une doctrine et d’une croyance en l’arme blindée.

Continue Reading

Share/Partage