L’énergie, au cœur des problématiques stratégiques

Parler d’un livre qu’on vient d’écrire – sans tomber dans le panégyrique ou l’autocritique maoïste s’entend –  relève toujours de la gageure, voire de la schizophrénie. Ainsi, je viens de commettre un ouvrage dont le titre dévoile grandement le contenu : Energie, ressources, technologies et enjeux de pouvoir. Il s’agit d’un aboutissement personnel évidemment, puisque l’objectif avoué était d’embrasser tous les grands enjeux de la géoéconomie de l’énergie. C’est bien là tout le défi et tout le problème. En effet aucun livre en français n’avait jusqu’ici pris en compte l’ensemble des aspects stratégiques que peut revêtir la question énergétique au plan international. Loin de ne se cantonner, comme c’est trop souvent le cas, à la géopolitique des ressources en hydrocarbures, l’énergie est un secteur vaste et, surtout, fondamental.

Continue Reading

Share/Partage

Quelques réflexions dissuasives

Le numéro double d’été de la RDN consacré au nucléaire militaire est passionnant. On y picore pas mal d’idées. Car le débat bruyant organisé par les « opposants » ne va pas au vrai des problèmes. Entre l’inutilité de la dissuasion (alors que le monde réarme) ou l’éventuelle économie qu’apporterait la fin de la deuxième composante (sans comprendre la logique de Bercy : qui croirait qu’une baisse de budget nucléaire serait intégralement reversée au pot commun ? Heureusement, la remontée de la LPM a fait taire ce débat, sauf de la part de quelques politiciens qui n’ont pas compris grand chose), ils passent à côté beaucoup de notions essentielles et pas si controuvées.

Source

 

Par exemple : qui a noté que dans le discours d’Istres, prononcé par le PR en début d’année, il n’est question que d’avertissement ? L’adjectif ultime est passé à la trappe. Oh, B. Tertrais rappelle bien que le ministre de la défense a utilisé l’expression consacrée en novembre (« ultime avertissement ») mais voyez vous, entre le bon Dieu et ses saints, je préfère écouter le premier. Donc, avertissement. Sans plus de précision. Sous-entendant qu’il pourrait y en avoir plusieurs ?

Continue Reading

Share/Partage

Iran : le levier nucléaire

Les scènes de liesse dans les rues de Téhéran défilant en boucle sur les chaines info faisaient écho, il y a peu, aux analyses des « spécialistes » s’esbaudissant sur les possibilités d’un « marché de 80 millions d’habitants » dont on entrevoit déjà l’ouverture. Loin de moi l’idée de condamner l’exercice de l’analyse à chaud dans les médias – je m’y livre d’ailleurs de temps à autre – mais un tel accord sur le nucléaire nécessite de prendre un peu de hauteur puisqu’une grande partie des enjeux semble se situer ailleurs.

(Source)

L’Iran est une puissance importante du Golfe persique, avec ou sans nucléaire, et remettre dans le jeu international « ouvert » un tel mastodonte n’est pas sans conséquences dans de nombreux secteurs. Continue Reading

Share/Partage

Poutine, les ICBM et le dialogue nucléaire

Hier soir, regardant les infos dans l’étrange lucarne, stupéfaction : le premier titre traite de l’annonce, par V. Poutine, de la mise en place de 40 nouveaux ICBM (missiles intercontinentaux) dans les forces russes cette année. Émoi. Chacun y voit une réponse à l’annonce par les États-Unis de leur intention de « déployer » quelques matériels lourds et trois compagnies dans les pays baltes. L’émotion est à son comble, les journalistes à la mine inquiète évoquent la guerre froide, on prendrait presque peur.

Source

Bon. Si ce qui se passe en Russie est plus sérieux et inquiétant qu’on ne le néglige à Paris (tout occupé qu’on y est du jihadisme et du sud), il faut toutefois raison garder. Éléments.

Continue Reading

Share/Partage

Du prochain accord nucléaire avec l’Iran

L’incroyable visite du président Netanyahou à Washington l’autre jour, venu parler au Congrès sans en référer au président américain, a marqué les esprits. Son objectif était double : d’une part, à l’intérieur, influencer la campagne électorale en cours : les sondages n’augurent pas de la réussite du projet. D’autre part, dénoncer le programme iranien de recherche nucléaire et empêcher la signature d’un accord entre la communauté internationale et Téhéran. Là, pour le coup, il a largement échoué. Non seulement parce qu’il a répété sans convaincre ce qu’il répète depuis 1996 (« dans six mois, l’Iran a la bombe ») mais surtout parce qu’il incite Washington à signer, coûte que coûte.

iran_nuc.jpg

En effet, la lettre envoyée par les sénateurs républicains à l’Iran, expliquant qu’ils ne reconnaitraient pas un accord si le prochain président était américain, poussent tous les acteurs à lever leurs dernières réticences.

Continue Reading

Share/Partage

Docteur Folamour et Mister Jacques (Chirac) ou la reprise des essais nucléaires français en 1995

Le Président de la République vient de réaffirmer cette semaine, sur la base aérienne d’Istres, la nécessité de maintenir et de moderniser notre dissuasion nucléaire [1]. Construite depuis plus d’un demi-siècle, elle est jalonnée de faits marquants tant du point de vue politique, technologique et donc historique. L’occasion était donc toute trouvée d’exhumer un article écrit en août 2012 qui concernait la surprenante reprise des (derniers ?) essais nucléaires en 1995  par Jacques Chirac, à peine élu Président de la République.

A l’occasion du 14 juillet 2012, le débat confisqué voire tabou de la dissuasion nucléaire a refait surface [2] en pleine crise financière et dans l’incertitude des bouleversements géopolitiques en cours. De Michel Rocard au général Norlain, un courant de pensée, fragile mais novateur, vient interroger un domaine qui parait jusqu’ici sanctuarisé. Dans la déjà longue histoire de la dissuasion nucléaire française, l’épisode de la reprise des essais nucléaires en 1995 demeure étrange et conserve sa part de possibles secrets d’État.

(Source)

Pour essayer de comprendre ce qui a pu motiver cette inhabituelle prise de risques, nous allons replonger 17 années en arrière tout en soulignant la prégnance de la doctrine nucléaire française dans la conduite des affaires stratégiques de la 5ème République. Continue Reading

Share/Partage

Armes miraculeuses, armes de rupture ? Le nucléaire est-il une arme décisive et miraculeuse ?

S’il est une arme qui paraît « miraculeuse », au sens où elle décide de l’issue de la guerre, c’est bien l’arme nucléaire. Elle fut l’objet d’une course aux armements dans les derniers mois de la Seconde Guerre mondiale, course finalement gagnée par les Américains, non d’ailleurs contre les Allemands mais contre les Japonais. Cependant, il convient de relativiser un peu le miracle occasionné, tout comme on peut interroger la notion de décision qui accompagne désormais l’usage militaire de l’atome.

nuclear_icon

I Notion stratégique de Wunderwaffen

Qu’est-ce que les Wunderwaffen ? S’agit-il d’armes miraculeuses, ce qu’une traduction immédiate suggèrerait ? ou d’une arme décisive, apte à retourner le cours de la guerre ? Le Wunder est un « miracle » mais wunderbar signifie « formidable ». Définissons donc cela brièvement, hors de tout arrière-plan historique (discours de propagande allemand en 1944 et 1945) : la Wunderwaffe serait alors une arme dont les caractéristiques techniques permettent d’emporter localement la décision, d’inverser le rapport de force voire de modifier le cours du conflit.

Continue Reading

Share/Partage

Corée du Nord, au-delà du buzz…pourquoi et comment en est-on arrivé là ?

Arthur V. Guri est un spécialiste des relations internationales qui a souhaité nous faire part de sa vision de la Corée du Nord au travers d’un mini-dossier. Après avoir redonné de grands éléments au sujet de l’histoire [1], de la politique et de la gouvernance [2] de la Corée du Nord, ce dossier se termine par la partie qui en est sans doute la plus consistante, et dans laquelle nous chercherons à mieux comprendre la situation géopolitique actuelle de la RPDC. Pour cela, nous aborderons les questions suivantes :

  • Pourquoi le régime ne s’est-il pas encore effondré ?
  • Pourquoi la perspective de la réunification semble-t-elle peu réaliste ?
  • Pourquoi le régime multiplie-t-il les provocations violentes envers ses voisins ?
  • Pourquoi le régime mène-t-il un programme d’armement nucléaire ?

Dossier Corée du Nord EchoRadar 2014 - Image 6(Source)

Nous conclurons cette partie, et ce dossier, par une réflexion sur la légitimité du dirigeant nord-coréen actuel, Kim Jong-un.

On notera que cette troisième partie, est inspirée, entre autres, par l’ouvrage de 2012 d’Andrew Logie, « The Answers – North Korea », duquel nous avons repris, complété et mis à jour beaucoup d’éléments intéressants. Continue Reading

Share/Partage
Translate »