L’Écho du mois avec avec Igor Delanoë – Le fait maritime russe au début du XXIe siècle

Igor Delanoë, docteur en histoire moderne et contemporaine (université Nice Sophia Antipolis). Il a soutenu une thèse sur les intérêts et les ambitions de la Russie en Méditerranée (2012) par le truchement de l’activité de la flotte russe de la mer Noire depuis sa création à la fin du XVIIIe siècle jusqu’à nos jours. Il a ensuite effectué un post-doctorat à l’université de Harvard au sein de la John F. Kenndy School of Government (National Security Program) et du Ukrainian Research Institute. Igor Delanoë a ensuite enseigné l’histoire au Collège universitaire français de Saint-Pétersbourg.

12988185_10154116565782840_367872656_n

Il est chercheur associé au Harvard Ukrainian Research Institute et au Center for International and European Studies (université Kadir Has, Istanbul). Il est également blogger pour le Russian International Affairs Council (Moscou) en plus d’entretenir son propre blog (« Le portail des forces navales de la Fédération de Russie »), membre de la plateforme Za Rodina. Depuis septembre 2015, il est le directeur-adjoint de l’Observatoire franco-russe de Moscou.

Continue Reading

Share/Partage

Une seconde base aérienne russe en Syrie

Alors que les relations entre Ankara et Moscou se détériorent depuis la destruction d’un Su-24M par l’aviation turque, la Russie accélèrerait les préparatifs pour rendre opérationnelle une seconde base aérienne dans la région de Homs.

ob_eda1b7_sha-irat

La base aérienne de Sha’irat, près de Homs (Google Earth)

Selon le journal koweïtien Al-Raï, la Russie se préparerait à ouvrir une seconde base aérienne en Syrie, à 35 km au sud-est de Homs, sur l’aérodrôme de Sha’irat. Avec la mise en service prochaine de cette base, le groupe aérien russe déployé en Syrie pourrait atteindre les 100 unités.

Des activités militaires russes à partir de cette base ont toutefois été constatées depuis le début du mois de novembre. Quatre hélicoptères d’attaque Mi-24 et un hélicoptère de transport Mi-8 y seraient en particulier déployés depuis le 6 novembre (il s’agit probablement d’un groupe d’appui pouvant faire office, le cas échéant, de groupe de sauvetage pour récupérer des pilotes russes si un avion était abattu), tandis que de l’artillerie lourde y serait positionnée au moins depuis le 20 novembre. Selon les données disponibles sur Flightradar, des avions de transport lourds An-24 se succèdent sur cet aérodrôme afin de le rendre praticable pour les avions de chasse.

Continue Reading

Share/Partage