L’incontrôlable problème militaire français ?

Le Président de la République initie à dessein ou contre sa bonne volonté une séquence politique qui bousculera – quoi qu’il souhaite – l’organisation du contrôle politique sur les forces armées françaises.

© AFP. Le Président Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015.

© AFP. Le Président Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015.

En cela, il convient de relever que le contrôle parlementaire de l’action militaire du gouvernement semble voué à ne pas exister.

Continue Reading

Share/Partage

L’Echo du mois – Les 2èmes Rencontres Parlementaires de la Cybersécurité – Gwendal Rouillard

L’Echo du mois permet d’échanger, au travers d’une interview,  avec des personnalités dont l’action s’inscrit dans les thèmes relatifs à la stratégie, à ses diverses variantes, à ses évolutions technologiques et à leur influence sur celle-ci.

Partenaire média de Défense & Stratégie dans le cadre des « 2èmes Rencontres Parlementaires de la cybersécurité » qui auront lieu demain, jeudi 23 octobre 2014, EchoRadar a l’honneur de vous proposer un entretien avec Gwendal Rouillard [1], député de la 5ème circonscription du Morbihan et conseiller municipal de Lorient.

Gwendal Rouillard - L'Echo du mois - Octobre 2014 - EchoRadar

Sensible aux questions de Défense et notamment aux enjeux liés à la cyberdéfense et à la cybersécurité, Gwendal Rouillard animera la troisième table ronde qui s’intéresse à la déclinaison du plan Défense Cyber annoncé en janvier 2014 par le ministre de la Défense. L’occasion était donc toute trouvée de poser nos questions. Continue Reading

Share/Partage

Terre, Air, Mer, Cyber ? La 4ème armée entre coup de com et réalités

Le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, a récemment [1] fait part de son sentiment quant à la création, dans un proche avenir (“demain”) d’une quatrième armée cyber. Au même titre que l’Armée de terre, la Marine nationale et l’Armée de l’air, l’Armée de cyberdéfense serait donc pourvue de structures organiques et fonctionnelles, d’un état-major et de prérogatives particulières. Une possibilité pour le moins étonnante du fait d’une distribution et d’une intégration des différents acteurs de la cyberdéfense au sein des structures militaires actuelles. Cet article cherche à comprendre la réalité d’une telle évolution ou si les propos du ministre ne sont pas, pour l’essentiel, qu’un habile “coup de com”.

http://www.itespresso.fr/wp-content/uploads/2012/09/cyberdefense-cyberguerre-guerre-electronique.jpg

(Source)

Fort logiquement, le ministre a mis en exergue les menaces qui pèsent tant sur le fonctionnement de la France : « Ce que je voudrais vous dire, c’est que les risques concernant le démantèlement ou la pénétration de nos systèmes informatiques sont de plus en plus réels. C’est une menace contre le fonctionnement de notre pays. Il suffirait de s’introduire dans le dispositif qui organise l’électricité ou qui organise le système ferroviaire pour entraîner une perturbation très lourde« . Ce constat qui a pour corollaire les conséquences de telles capacités si elles visaient l’appareil militaire français : « Mais ça peut aussi avoir des conséquences sur notre système de commandement et d’armement. Donc il faut s’organiser désormais pour lutter contre les cybermenaces. Lorsqu’il y a eu la loi de programmation militaire antérieure […], cette question n’était quasiment pas vraiment posée. Depuis cinq ans, on assiste à des menaces, à des tentatives que ce soit par des États ou des groupes terroristes« . Continue Reading

Share/Partage