Le GAn dans la mission Chammal (2015-2016) : de mauvais indicateurs opérationnels ?

Nous donnions notre avis sur l’intérêt de l’engagement du Groupe Aéronaval (GAn) au sein de la mission Chammal pour les années 2015 et 2016. Nous tentions alors de calculer les capacités consommées par le porte-avions et le GAé (Groupe Aérien embarqué). Seul un terrien s’est presque offusqué de l’évaluation chiffrée proposée par nous au titre qu’elle était particulièrement dure, et injuste en raison de la diplomatie aéronavale annexe non-présentée.

1910401_993929517319440_8909473257261385645_n

Pourtant, la communication opérationnelle, proposée aux journalistes depuis le porte-avions à quai à Toulon ou s’étalant sur les comptes de l’état-major des Armées sur les réseaux sociaux, nous semble en décalage, voire paradoxale, entre les moyens mis en œuvre, les objectifs militaires affichés, la justification de l’existence des outils et les passions de l’opinion.

Continue Reading

Share/Partage