L’Homme Nu(mérique) de Dugain et Labbé : réflexion sur l’émergence d’une nouvelle société à terme

Les responsables des GAFA (Google, Apple, Facebook, Amazon) comme ceux des autres géants numériques appelés NATU (Netflix, AirBnB, Twitter, Uber) sont désormais accueillis dans une majorité d’États comme des représentants officiels diplomatiques. Tant pour régler des différends fiscaux que pour inciter les dirigeants desdites sociétés à investir dans le pays. Songeons par exemple que si Apple avait été considéré comme un État en 2015, il serait devenu le 42ème pays le plus riche au monde de par ses revenus générés [1] [2].
 
Pour autant, ces entreprises ne sont pas que de simples entités produisant des concepts et/ou connectant les avatars d’individus, elles sont bien plus que cela. Les États étant corsetés par leurs dettes, désavoués par leurs administrés et alourdis par une administration incapable de se réformer, les géants du numérique tendent à se substituer à ceux-ci.

Continue Reading

Share/Partage

L’Echo du mois avec Pierre Bellanger – De Skyrock à la souveraineté numérique

Pionnier des radios libres en France au début des années 80, Pierre Bellanger a créé Skyrock en 1986 qu’il dirige toujours. Éclectique et curieux, il est notamment à l’origine de la transposition du dispositif étasunien « Alerte enlèvement » en France en 2004, son attrait pour le multimédia puis le numérique vont l’amener à développer de nombreuses analyses et réflexions. Tribunes, interventions et ouvrages émaillent donc cette pensée singulière qui, face à l’hégémonie des USA et de ses GAFA [1], milite pour une reprise de « la souveraineté numérique » [2]. C’est dans ce cadre et, plus largement celui des problématiques en lien avec le numérique, que Pierre nous  a fait l’honneur de cet entretien.

Pierre Bellanger - EchoRadar 2015

Dans votre livre « La souveraineté numérique », vous insistez sur l’importance pour un pays se voulant souverain de pouvoir créer à la fois un système d’exploitation et un résogiciel. La France n’a toujours ni l’un ni l’autre. Existe-t-il des pistes de sortie de cette impasse ?

Oui, la création d’un Commissariat à la souveraineté numérique, dépendant directement de Matignon, et dont la mission première serait la mise en œuvre du système d’exploitation souverain. Un tel organisme est complémentaire des administrations et compétences existantes. Sa structure comme son budget sont particulièrement légers. Il correspond, dans le principe et la volonté, à ce que fut le Commissariat à l’énergie atomique de l’immédiate après-guerre.

Continue Reading

Share/Partage