Horizon Marine 2025 : triptyque pour la marine garde-côtière ?

L’Amiral Christophe Prazuck, Chef d’État-Major de la Marine nationale (CEMM) depuis le 12 juillet, après les cinq années de l’Amiral Rogel (12 septembre 2011 – 12 juillet 2016), s’exprimait pour son premier « grand oral » devant la représentation navale.

1170x485blobbig_310

© Marine nationale.

Une des premières choses à relever est son propos appuyé sur le besoin de la Marine nationale pour ses missions de sauvegarde maritime dites de l’ « Action de l’État en Mer ». Le CEMM semble révéler le cap qui guidera désormais la programmation vis-à-vis des futurs définitions et cibles pour les programmes BATSIMAR (BATiment de Surveillance et d’Intervention MARitime) et ceux visant à remplacer les frégates de deuxième rang (classes Floréal et La Fayette).

Continue Reading

Share/Partage

La frégate de deuxième rang dans le renouvellement de la flotte de surface française

La « thèse de la flotte équilibrée » permet d’apprécier la répartition des bateaux entre les capacités d’éclairage et celles du corps de bataille. Répartition qui évolue en fonction du dogme dominant en matière de stratégie navale : passage du mahanisme (maîtrise des mers après la bataille décisive) au corbettisme (sea control ou sea denial pour l’usage de la Mer), par exemple.

© Oscar Parkes for Daily Telegraph. They are included two of the Lion class battleships that never completed. Also notice two of the five King George V class battleships with the old names (Jellicoe, later Anson and Beatty, later Howe). Ships that he construction started after 1939 are not included such as the battleship HMS Vanguard.

© Oscar Parkes for Daily Telegraph. They are included two of the Lion class battleships that never completed. Also notice two of the five King George V class battleships with the old names (Jellicoe, later Anson and Beatty, later Howe). Ships that he construction started after 1939 are not included such as the battleship HMS Vanguard.

Le renouvellement de la flotte de surface française évolue autour de choix structurants et de priorités constants depuis les années 1960. L’axe dominant reste et demeure la capacité de la Flotte à se projeter depuis sa concentration méditerranéenne, comme elle l’avait fait dans le Pacifique (force Alpha (1965 – 1968), par exemple. Les frégates de premier rang étant en cours de renouvellement, où pourrait se situer le curseur pour les autres frégates ?

Continue Reading

Share/Partage

La Frégate de Taille Intermédiaire

Un peu avant l’année 2013 il est étudié, puis confirmé en 2015 lors de l’actualisation de la LPM, que les trois dernières FREMM (9, 10 et 11) seront remplacées par des Frégates de Taille Intermédiaire (FTI). Officiellement, la FTI succède aux frégates La Fayette. Elle est proposée à l’exportation sous le vocable de Belh@rra.

© @PiwiFL

© @PiwiFL

La configuration de la tête de série était révélée par le ministre de la Défense en personne avec le Chef d’État-Major de la Marine à ses côtes. Le programme est même avancé au premier trimestre 2017 (contre un lancement envisagé en 2018 antérieurement). Deux questions : s’agit-il d’une frégate de premier rang ? Survivra-t-elle aux élections en 2017 quelque soit le président ?

Continue Reading

Share/Partage

Entretien avec Benjamin Guillon – La pertinence du concept d’ « AirSea Battle » en tant que réponse aux stratégies d’anti-accès et de déni d’accès

Passionné par l’histoire militaire depuis de nombreuses années, avec notamment, l’époque napoléonienne, la guerre de Sécession et les deux Guerres mondiales, une affection prononcée pour les marines militaires, en particulier la Marine Nationale (où la visite de la base navale de Toulon a été un déclic et m’a poussée à effectuer des recherches sur le fait maritime) et l’US Navy. Détenteur d’une Licence d’histoire (Université Lumière (Lyon II) et d’un Master de Science Politique spécialité Sécurité Internationale et Défense (Université Jean Moulin (Lyon III) dont les deux mémoires de recherche ont porté sur le fait maritime : 

12884555_10208849663148523_1978978328_n

  • « Le rôle des marines militaires à l’heure du processus de maritimisation des économies » en 2014 ; 
  • « La pertinence du concept d’ «AirSea Battle» en tant que réponse aux stratégies d’anti-accès et de déni d’accès » en 2015.

Possible reprise des études dans le but d’obtenir un Master 2 de Sécurité Intérieure. Souhaitant poursuivre professionnellement en effectuant des stages.

Continue Reading

Share/Partage

Actualisation de la LPM (2014-2019) : 485 524 tonnes pour Marine Horizon 2025 ?

Le lendemain du premier tir d’un MdCN par la frégate Aquitaine (en lieu et place de la Normandie), le projet de loi pour l’actualisation (prévue depuis fin 2014 de mémoire) de la loi de programmation militaire 2014-2019 paraît. Si la certitude budgétaire de la défense militaire de la France est à la hauteur du brouillard de la guerre de Clausewitz, reconnaissons au moins l’effort. En supposant que ce gouvernement respecte tous ses engagements financiers  pour la Défense nationale d’ici à 2017, ce serait bien une première depuis 1962 ou 1945.

2015MBST103_001_002

© L.Bernardin/Marine Nationale. Le premier tir d’un missile de croisière depuis une unité de surface en Europe (19/05/2015).

Nous trouvons toutes les informations dans le document mis en ligne par le ministère et que vous pouvez lire.

Continue Reading

Share/Partage

Le Porte-avions et son escorte : héritage, nécessité non-exclusive et bénéfice partagé

C’est l’argument « anti-porte-avions » vieux comme son apparition : le pont plat serait un système d’armes au rendement inefficace. Il faudrait constamment l’escorter par des navires dédiés aux menaces sous-marines et aériennes, voire d’autres puisqu’il faut bien traiter les mines, par exemple. Pire, la composition du groupe aérien embarqué du mastodonte implique son adaptation aux menaces les plus en pointes dans sa zone d’intervention. A écouter l’accusation, le groupe aéronaval n’existerait que pour se protéger.

 

Est-ce anormale qu’il soit impératif d’escorter le porte-avions ? Non, et l’opinion majoritaire devrait en convenir car l’exemple historique montre qu’une escorte est nécessaire pour toute unité à haute valeur ajoutée, si ce n’est pour tout système d’arme structurant (char de bataille, AWACS, etc.). Sur mer, c’est le terrible XIXe siècle qui donne naissance à toute la complexité de l’escorte navale.

Continue Reading

Share/Partage