La stratégie du temps qui vient

Lier culture et stratégie, comme le fait ce dossier estival, peut paraître étonnant au premier abord. Un regard un peu plus approfondi sur la question montre au contraire que ces deux éléments sont, au moins partiellement, liés. C’est ce que pensait vraisemblablement de Gaulle lorsqu’il déclarait que « la véritable école du commandement est donc la culture générale », tant il est vrai qu’il ne peut y avoir de stratégie sans exercice du commandement.

Déclaration qui contredit un de ses lointains successeurs persiflant sur l’indispensable, et pour lui superflue, connaissance de la Princesse de Clèves pour entrer dans la fonction publique…

L’affrontement par-delà le temps de ces deux personnes ayant pourtant exercé les mêmes fonctions, et poussées similairement à la retraite par la décision du peuple souverain, montre que le débat n’est ni clos ni absurde.

Source

Pour autant, l’Histoire regorge de personnes cultivées se voulant stratèges qui ont cependant mené leurs armées à la défaite, voire la déroute.

La culture n’est donc pas gage d’expertise en matière stratégique.

En serait-elle une condition nécessaire, mais non suffisante ?

Encore faudrait-il pour en être sûr pouvoir mesurer tant la culture que la valeur stratégique d’une personne afin d’y trouver un éventuel lien. Mais culture et stratégie sont-elles mesurables ? Ce n’est pas certain…

Le présupposé de départ de cet article est que la stratégie est le reflet de la culture d’une époque, son objet est de se demander quelle serait la stratégie, si ce n’est pertinente, du moins adaptée à notre époque, si l’exercice est possible.

Ce présupposé s’illustre par l’Histoire qui nous apprend que la stratégie s’est développée avec le temps, le stratège ayant un rôle de plus en plus large, passant de la « simple » conduite des armées à l’organisation de tous les moyens de son pays au service de la victoire, avant de se focaliser sur une approche théorique. La stratégie aurait suivi l’évolution de la tactique qui s’est autorisé de plus en plus de hardiesses au cours du temps : à Rocroi, Condé a surpris les Espagnols en les prenant à revers, manœuvre hardie à l’époque, commune de nos jours.

Continue Reading

Share/Partage

L’incontrôlable problème militaire français ?

Le Président de la République initie à dessein ou contre sa bonne volonté une séquence politique qui bousculera – quoi qu’il souhaite – l’organisation du contrôle politique sur les forces armées françaises.

© AFP. Le Président Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015.

© AFP. Le Président Hollande devant le Parlement réuni en Congrès le 16 novembre 2015.

En cela, il convient de relever que le contrôle parlementaire de l’action militaire du gouvernement semble voué à ne pas exister.

Continue Reading

Share/Partage

Guerre ou paix… par Dominique de Villepin

Timeo danaos et dona ferentes (l’Enéide, Virgile) | Dans son « Mémoire de paix pour temps de guerre » Villepin illustre à merveille cette phrase célèbre. Comme tout politique pensant que ses tours oratoires ne sont pas éventés, il convoque dès ses premiers propos ses ancêtres militaires faisant remonter sa généalogie jusqu’à l’époque de Jeanne d’Arc (p 18) sans oublier de citer un grand-oncle tué près d’Alep, en Syrie, « à la tête de son char ». Mais une telle expression montre l’absence de connaissances de la chose militaire, car quand on meurt en blindé, c’est dans son char ou à la tête de son peloton ou escadron de chars, mais jamais à la tête de son char.

Si flatter les gens en montrant que l’orateur partage avec son public des éléments communs, en l’occurrence une famille militaire, avant de leur annoncer des choses désagréables est une figure de rhétorique politique classique, encore faudrait-il savoir flatter correctement. Et pour cela, un minimum de connaissance du sujet est indispensable.

Continue Reading

Share/Partage

Médecin du RAID

La lecture de Médecin du RAID1 est instructive. Non pas tant sur les aspects médicaux de l’affaire, même s’ils forment la trame principale du livre, mais pour tous les à-côtés de cette narration qui donnent un éclairage interne sur l’intervention du RAID au Bataclan.

Source

Nous aborderons successivement la chronologie de l’affaire, l’organisation de l’intervention (ainsi que ses précédents), ce qui semble être un antimilitarisme latent et regrettable, pour finir par le refus implicite de toute critique relative à l’action menée.

Continue Reading

Share/Partage

SAIP, le retour de l’anomalie

J’ai exposé, dans un précédent billet, quelques éléments montrant que SAIP ne pouvait fonctionner correctement en juin 2016. J’avais pointé la précipitation, l’absence de redondance, la malchance et la qualité de service.

Source

Une récente discussion avec une personne qui était proche du projet, conjuguée à la publication de deux articles (ici et ), m’incitent à revenir sur ce qui ne pouvait être qu’une catastrophe annoncée. Ce qui pose également la question de l’aptitude du ministère de l’Intérieur à manager avec le numérique

Continue Reading

Share/Partage

Nouvelle armée

Il y a quelques temps déjà, le blog informatiques orphelines a publié cet article que nous reproduisons avec son aimable autorisation.

Plaidoyer, demander, militer pour une armée nouvelle est un marronnier de la littérature militaire ou de la littérature qui se pense telle. Jaurès a écrit « l’armée nouvelle », après l’armistice de 1940 le gouvernement a recruté des membres pour son armée nouvelle, le commandant La Vardière a écrit « Pour une armée nouvelle » en 1957, bref, la nouveauté est classique.

Source

Connaissant sûrement ses classiques, l’actuel ministre de la défense ne parle pas d’armée nouvelle, mais de création d’une 4° armée, en sus des 3 (?) existantes : terre, air et mer. Les camarades gendarmes peuvent donc aller se rhabiller, à moins que les conseillers du MinDef pensent encore que la gendarmerie est une sous-direction de la cavalerie… Serait-il temps pour eux de changer de logiciel ?

Car c’est bien de logiciel qu’il s’agit !

Et de la création d’une cyber armée !

Continue Reading

Share/Partage

Entretien avec Gilbert le Bris – Tromelin et l’intégrité territoriale de l’Archipel France

Gilbert Le Bris, ancien officier de la Marine (commissaire de Marine) est aujourd’hui député (PS) de la huitième circonscription du Finistère. À ce titre, il est membre de la commission de la Défense nationale et des forces armées. Au travers de ses activités parlementaires il est un spécialiste des questions liées à l’OTAN (membre de la délégation française (vice-président) à l’Assemblée parlementaire de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) ainsi que de la Marine nationale (voir ses missions d’informations, rapports et avis).

© Olivier Chapuis / MaxSea / Mapmedia / SHOM. À 230 milles à l’Est de Madagascar et à 300 milles au Nord-Ouest de l’île Maurice, l’île Tromelin (au cœur du cercle rouge) abrite aujourd’hui une station de Météo-France, précieuse pour le réseau synoptique de l’océan Indien.

Il a généreusement accepté de nous accorder un entretien au sujet du traité de co-gestion qui devait être présenté à l’Assemblée nationale avant qu’il ne soit retiré de l’ordre du jour. 


L’ensemble des possessions maritimes françaises, même inhabitées, représentent-elles un intérêt stratégique pour la France ?

Continue Reading

Share/Partage

Un monde s’effondre, tout devient possible : 2016, une année charnière

« Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige ». Ainsi s’est exprimé Gérard Araud, ambassadeur de France aux États-Unis, sur son compte Twitter : un gazouilli consécutif à la victoire de Donald Trump lors des élections américaines qui suscita de très nombreuses réactions des deux côtés de l’Atlantique. Pourtant ce message à chaud, supprimé quelques heures après, ne manquait guère de justesse dans le propos.

 
Comment ne pas abonder en son sens au regard de ce que fut cette année 2016 et des nombreuses surprises électorales qu’elle revêtit? Sans s’étendre sur les évènements annexes, ayant eu des répercussions directes ou indirectes sur la décision des électeurs, il est perceptible qu’un mouvement de fond est en cours depuis plusieurs années avec des accalmies et des reprises soudaines. L’année 2016 est exceptionnelle à ce titre dans le sens où elle défia tous les pronostics, et pour tout dire, ébranla toute une mécanique savamment huilée par des décennies d’usage. La démocratie, et son corollaire le système de votation, prouva qu’elle pouvait devenir une arme en les mains d’une frange conséquente de la population ulcérée d’être sempiternellement moquée, méprisée et sermonnée par la classe politique comme médiatique.

Continue Reading

Share/Partage