Affirmation du rang de la France : le GAn dans les océans Indien et Pacifique ?

La Marine nationale fournissait, au titre de l’effort de guerre contre le groupe dit « Etat Islamique » et les forces de Bachar El-Assad, le GAn (Groupe Aéronaval), centré sur le porte-avions Charles de Gaulle, comme outil de diplomatie navale afin de tenter d’influencer la décision à terre pour reprendre les cheminements stratégiques de Julian S. Corbett et du général Beaufre.

© Etat-major des Armées/Marine nationale.

Toutefois, eu égard à la modeste activité aérienne française, comparativement à l’intervention russe, nous proposons de nous interroger sur la pertinence de l’emploi du GAn quand des croisières à destination de l’Inde, de l’Australie, de la Chine ou du Japon auraient pu paraître plus efficaces sur le plan politique.
Continue Reading

Share/Partage

Misericordiae gladium, ou les frappes du califat (1/2)

L’État islamique, également appelé Daech pour lui donner un côté péjoratif qui n’apparaît cependant pas en Français, a clairement annoncé son objectif « que l’Oumma puisse, une fois encore, diriger l’humanité sur le chemin de la grâce divine et du salut1 » ainsi que la façon dont il comptait frapper ses cibles pour parvenir à ses fins.

Parmi celles-ci, la disparition des États, des Nations et des organisations supra-nationales, car « la réalité est que le véritable état islamique annonce la disparition de tout ça [une nation représentée aux Nations-Unies, capable de vivre avec ses voisins et d’avoir avec eux des intérêts communs]2. » En ce qui concerne les organisations supra-nationales, le califat estime qu’elles reposent sur des bases viciées dans la mesure où « les lois universelles […] sont celles de la charia3. »

ExpansionCalifat

Source

L’objectif général du califat est donc que l’oumma, communauté des croyants musulmans, dirige le monde. À terme, cette oumma ne doit comporter que d’authentiques musulmans, ce qui exclue les « pleureuses de chiites », et une place spéciale sera réservée aux Arabes, puisque « Allah a envoyé l’épée aux Arabes pour combattre les polythéistes jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’islam4 » et « il faut brandir l’épée contre les juifs, les chrétiens les polythéistes non-arabes, jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’islam ou qu’ils soient réduits en esclavage, ou qu’ils soient dirigés par les Arabes5. »

Ce dernier point explique la situation peu enviable des haratines en Mauritanie6 ainsi que la grille tarifaire pratiquée au sein du califat pour les esclaves7.

Avant de détailler les cibles et les modes d’action du califat, il peut être utile de déduire de ces proclamations publiques deux questions :

Continue Reading

Share/Partage

Le management de la sauvagerie

Les différentes déclinaisons du « jihad » diffusent aujourd’hui une avalanche d’images — photos et vidéos — extrêmement choquantes, qu’il s’agisse des conséquences d’un bombardement sur une population, de corps disloqués d’ennemis tués au combat qu’on enterre par bennes dans des fosses communes, de gens qu’on décapite, brûle vifs, lapide, précipite du haut d’immeubles…

Combattants de l’EI paradant à Mossoul à l’été 2014, juchés sur des “Humvee” d’origine US récupérés, le plus souvent sans combattre, dans les dépôts abandonnés par l’armée irakienne, théoriquement supérieure, mais en fuite et décrédibilisée. La collecte des fruits d’une vraie doctrine stratégique, méthodiquement appliquée.

Combattants de l’EI paradant à Mossoul à l’été 2014, juchés sur des “Humvee” d’origine US.

La guerre est quelque chose qui relève de l’entendement — un outil destiné à atteindre des buts politiques par usage de la violence. Elle est également animée par des ressorts de nature passionnelle — le déchaînement de violence sans passion, est-ce bien envisageable… ?

Continue Reading

Share/Partage