Pour une culture spatiale mondiale, démocratique et stratégique

Toute culture est constituée de référentiels. Il existe des cultures traditionnelles souvent implantées dans des lieux géographiques, pratiques pour le développement des sociétés, et mythiques, car un signe ou un événement désigne ce lieu comme étant propice à l’installation des sociétés. Il existe également des sociétés artificielles qui se constituent pour répondre à des besoins le plus souvent économiques et scientifiques comme les plateformes pétrolières, les sous-marins, les environnements hyper-informatisés et les vols habités.

Quelle que soit la nature de ces sociétés, il est nécessaire d’appliquer des principes d’observation qui induisent  à la fois un devoir d’objectivité (on regarde, on enregistre, mais on ne juge pas et on ne transfert pas nos propres référentiels culturels sur l’Autre) et un devoir d’exhaustivité (il ne faut négliger aucun détail). Le plus souvent, le travail d’observation nécessite que l’on se déplace sur le terrain lorsque cela est possible et que l’on partage la vie et les mœurs des populations que l’on analyse. Continue Reading

Share/Partage

Le Discours de la servitude volontaire de La Boétie

Qui connaît Étienne de La Boétie ? On lui associe le nom d’une rue huppée de Paris… les plus cultivés penseront au Discours de la servitude volontaire, sans bien savoir de quoi il s’agit. Justement, voici une bonne occasion de creuser un peu et de lire ce bref opuscule (une cinquantaine de pages en format poche) d’un auteur du XVIè siècle.

Discours de la servitude volontaire

Un classique à la langue d’autrefois. Convenons en tout de suite, la lecture n’est pas aisée car il y a une vraie distance entre le françois de jadis et celui que nous pratiquons aujourd’hui. Cependant, le texte est lisible et compréhensible sans efforts, surtout que les éditions modernes (j’ai utilisé celle de Garnier-Flammarion) donnent suffisamment de notes de bas de pages pour expliciter ce qui serait obscur. Continue Reading

Share/Partage

Dossier estival 2017 – Culture(s) et stratégie(s)

La notion de culture recouvre plusieurs significations, notamment les suivantes, au sens ethnographique, elle recouvre les us et coutumes d’un collectif, au sens académique, elle désigne la caractéristique d’un individu ayant de grandes connaissances et, enfin, au sens agricole du terme, il s’agit d’un travail de la terre.

La culture chez l’homme est donc issue, à la fois, de l’inné et de l’acquis.

Concernant l’acquis, l’État investit, à travers une politique publique culturelle, notamment, dans l’égal accès au patrimoine et à sa protection afin de rendre la chose culturelle l’un des biens communs, mélange générationnel et social. Continue Reading

Share/Partage

Du vieux continent au continent des vieux esprits

L’Europe, à défaut d’avoir été un petit cap unifié du continent asiatique, n’a pas manqué de marquer de son empreinte civilisationnelle l’ensemble du globe depuis son réveil au XIVème siècle (au sortir de la Grande Peste de 1347-1352). Pourtant, force est de constater qu’en ce début de XXIème siècle l’Europe est mal en point, faisant face à ce que le président de la Commission Européenne nomme un phénomène de polycrises. Émasculée, elle ne semble plus réagir face à la diversité des défis qui l’assaillent, à l’exception de ses marges que sont les îles Britanniques et l’Europe orientale.

L’un des points majeurs de cette déliquescence tient au vieillissement de la population, un phénomène majeur consécutif à l’épisode de croissance démographique ininterrompue pendant les décennies d’après-guerre. Cette population âgée pèse désormais de plus en plus lourd sur de nombreux plans : celui du patrimoine ; celui du monde du travail ; celui du champ électoral ; celui de la culture. En certaines contrées, ces blocages ont abouti au phénomène désormais perceptible de descenseur social et de précarisation des nouvelles générations conduisant à un chômage de masse pour ces jeunes condamnés aux aides sociales ou à l’expatriation.

Continue Reading

Share/Partage

L’Écho du mois avec Patrice Molle – Pour un État de proximité, protecteur et neutre

L’Écho du mois permet d’échanger, au travers d’une interview, avec des personnalités dont l’action s’inscrit dans les thèmes relatifs à la stratégie, à ses diverses variantes, à ses évolutions technologiques et à leur influence sur celle-ci.

Préfet Honoraire, Patrice Molle est depuis deux ans consultant et conseiller du président d’un groupe de conseil en recrutement et transition professionnelle. Son parcours est riche d’expériences diverses et surtout humaines qui appellent à la curiosité : Saint-cyrien, officier en particulier à la Légion étrangère, préfet, chef de cabinet de François Léotard et puis directeur du cabinet d’Hervé Morin, alors ministres de la Défense, chef d’état-major à la DGSE, conseiller auprès du ministre de la Culture, directeur du personnel de la ville de Paris mais aussi directeur de l’administration pénitentiaire.

Patrice Molle - EchoRadar 2015Cet Écho du mois, auquel il nous a fait l’honneur de participer, est l’occasion rêvée de découvrir ce personnage au travers de thèmes d’actualité que son expertise vient finement éclairer. Continue Reading

Share/Partage

Radar à bulles – 6 : « L’Insurrection – 1 – Avant l’orage » (Gawron et Sowa)

Voici une belle BD, parue dans la collection Aire libre, de chez Dupuis qui organise là un très bel ensemble avec tout un tas de publications innovantes. Nous nous trouvons ici à Varsovie, en 1944, quelques semaines ou quelques jours avant l’insurrection.

On aurait pu s’attendre à un traitement classique autour de héros à qui il arrive des aventures. Or, tel n’est pas l’angle retenu par les auteurs (Krzysztof Gawronkiewicz au dessin, Marzena Sowa au scénario) qui choisissent au contraire de s’attacher à quelques personnages adolescents ou tout jeunes adultes qui ont d’abord pour préoccupation les soucis de leur âge, mais aussi du moment : il s’agit des tourments amoureux, des relations avec l’environnement familial ou la famille, du couvre feu et de toutes ces contraintes de la guerre, enfin, plus loin mais se rapprochant peu à peu, la guerre elle-même et la question de l’attitude à tenir envers l’occupant.

Continue Reading

Share/Partage

Radar à bulles – 2 : « Les larmes du seigneur afghan » (Campi, Zabus et Pascale Bourgaux)

Voici une BD surprenante et atypique (comme souvent dans la collection Aire libre de Dupuis) qui mérite détour et intérêt. Elle parle d’Afghanistan, de journalisme, de talibans, de la région nord de Kunduz, à travers le regard d’une femme qui contraste fortement avec à la fois le milieu militaire et le milieu de la BD, tous deux assez masculins.

larmes_du_seigneur_afghan.jpg

La BD raconte l’histoire d’un reportage, effectué en 2010 par Pascale Bourgaux, une journaliste belge, dans un village du nord de l’Afghanistan, dans un fief d’un ancien lieutenant de Shah Massoud. Autrement dit, une zone a priori calme et en tout cas rétive aux talibans. Or, cette enquête montre comment, peu à peu, l’influence des talibans gagne du terrain même dans ce milieu qui lui était défavorable. L’histoire entremêle plusieurs angles.

Continue Reading

Share/Partage
Translate »