Attribution, science-fiction

Un récent tweet m’a fait réagir sur la question de l’attribution. Vous le voyez ici :

Vous pouvez lire ici l’article du Ouest-France. Si vous n’y connaissez rien à la cyber, vous pouvez toujours le faire regarder par vos enfants en bas âge, ils devraient trouver le sommeil rapidement, comme s’ils avaient regardé bonne nuit les petits.

Une lecture rapide du tweet peut amener à simplement se demander où est le problème. Il est en fait très simple : si le pivot de la stratégie consiste à « tenter d’attribuer l’attaque », alors comment est-on sûr de répondre au véritable agresseur ? Admet-on par anticipation des « dommages collatéraux » dans une frappe cyber, tellement collatéraux d’ailleurs qu’ils sont à côté de la plaque ? A moins que, comme les artilleurs, le CommCyber ait pour devise « je balance et Dieu guide » ? Tout cela ressemble fort à un délit de sale gueule cyber, ou, au vu de l’enthousiasme qui se dégage de la séquence vidéo, à un déficit de gros dodo (et nous revenons à bonne nuit les petits…).

Ce qui m’amène à poser la question qui servira de fil à ce billet : l’attribution ne serait-elle pas comparable à une sentence judiciaire, dans la mesure où, de même qu’après la sentence, la décision est mise à exécution, après l’attribution, les mesures de rétorsion sont mises en œuvre ?

Alors, dans ce cas, « tenter d’attribuer l’attaque » reviendrait à « tenter de rendre une sentence ». Ce qui est pour le moins original, non ?

Continue Reading

Share/Partage