Budget de la Défense nationale à 2%

Le totem correspondant à 2% du PIB en matière de dépenses militaires inonde le débat public alors qu’il n’est que très rarement – si ce n’est jamais – bénéficiaire de la moindre tentative de définition. Pourtant, replacer cet objectif dans le cadre du « partage du fardeau au fossé transatlantique » (Olivier KEMPF, L’OTAN au XXIe siècle – La transformation d’un héritage, Paris, Éditions du Rocher, 2014 (2010), 614 pages ; voir le chapitre 12) est la condition sine qua non pour apprécier autant sa pertinence aux échelons de l’Alliance atlantique qu’au seul échelon national.

© Le Figaro. Véronique Guillermard, « Dissuasion nucléaire : la France ne baisse pas la garde », 20 février 2015.

C’est pourquoi – et dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017 en France – il est impératif de souligner combien la définition ambiante des 2% ne correspond pas du tout à l’ambition otanienne et masque les graves difficultés financières à venir face à la modernisation de la dissuasion nucléaire et la « bosse budgétaire » jamais absorbée. 

Continue Reading

Share/Partage

Vers une structuration de la filière française de recherche stratégique ?

Ce 25 janvier se déroulait à l’initiative de la DGRIS la première conférence réunissant, sous la présidence du ministre de la Défense Jean-Yves Le Drian, l’ensemble de la communauté nationale de recherche stratégique de défense. Objectif: la structuration de la filière française de recherche stratégique.

 


La France va-t-elle enfin pouvoir disposer de sa propre filière de « War Studies » ? Cette question, de nombreux chercheurs qui travaillent sur les questions de défense au sein de l’administration, des think tanks, ou du monde universitaire se la posent depuis des années. Et des voix de plus en plus fortes se font entendre !

Non pas que la ressource n’existe pas, au contraire (!), c’est plutôt qu’elle souffre d’un manque de soutien et de structuration. Et donc de visibilité ! En France… et surtout à l’international (même si on a parfois de belles surprises comme aujourd’hui ! voir le Tweet ci-dessous). Il est vrai que les anglo-saxons ont sur ce point une avance considérable… une avance qui se traduit en terme de soft power.

Continue Reading

Share/Partage

Mana la sage

Le matin de la création du cosmos et du grand univers, Mana a revêtu sa grande robe de lumière. Elle s’est parée de pierres précieuses brillantes et multicolores. Juchée sur le balcon de la céleste voûte, elle contemple les étoiles, innombrables et minuscules flambeaux qui s’éteignent dès que le jour se lève, à l’aube. Ravie et contemplative, elle appelle les tambours Haïtiens pour accompagner sa transe.

source

Les musiciens jouent à en perdre haleine et le chef de la tribu clame qu’il faut aussi, en plus de regarder le haut, regarder le bas. Mana penche son visage et ses yeux pour regarder cette fois-ci les mers, les océans, les montages et les déserts, les forêts mais aussi tous les animaux qui peuplent la Terre.

Continue Reading

Share/Partage

Le plus grand roi de la terre et ses deux enfants

Il était une fois le plus grand royaume de la terre. Son roi était un homme élégant et plein de charme, un prince charmant en quelque sorte, son roi devait partir après huit ans de règne. Il avait été élevé dans les îles, à l’ouest du royaume, et son règne avait été marqué par son rêve des terres au-delà de l’océan, là où le soleil se couche.

DSCF3329

C’était aussi un roi pacifique. Il avait refusé de poursuivre les guerres que son prédécesseur avait engagées au levant et s’était efforcé d’y mettre fin, retirant ses armées, disant à ses généraux plein de bravoure qu’il y a plus grande gloire à faire la paix qu’à poursuivre les horions. Mais il était roi et devait défendre les intérêts du royaume. Aussi tenta-t-il de parlementer, envoyant force légats à travers les contrées…  Continue Reading

Share/Partage

Vseslav de Polotsk et Dovmont de Pskov, princes russes de légende

La Russie médiévale, méconnue du grand public francophone, ne manque pas de hauts faits et de personnages passés au statut de légende dans les chroniques et contes. Parmi tant d’exemples, deux peuvent être cités pour leur importance dans l’Histoire Rus’ : Vseslav de Polotsk et Dovmont de Pskov.

dovmont-pskov

Dovmont de Pskov

Tous deux surent lutter contre l’adversité avec des fortunes diverses, et marquèrent leur époque et l’avenir en asseyant l’indépendance des territoires leur étant assujettis.

I Vseslav, le Prince Sorcier 

Vseslav de Polotsk (1039-1101) fut l’une de ces figures ayant marqué les esprits et désormais célébré sur les terres du Bélarus. À Polotsk comme il se doit, là où il régna et mourut, là où la gloire l’inscrivit sur les tablettes de l’Histoire et où la tradition populaire en fit un mythe national.

Ce souverain passa à la postérité sous bien des dénominations, Vseslav de Polotsk (ou de Kiev est-il parfois couché) étant la plus neutre. Mais il est aussi possible d’y trouver des références en tant que Vseslav le Sorcier ou le Prophète. Une manière de camper le personnage…

Continue Reading

Share/Partage

Un monde s’effondre, tout devient possible : 2016, une année charnière

« Après le Brexit et cette élection, tout est désormais possible. Un monde s’effondre devant nos yeux. Un vertige ». Ainsi s’est exprimé Gérard Araud, ambassadeur de France aux États-Unis, sur son compte Twitter : un gazouilli consécutif à la victoire de Donald Trump lors des élections américaines qui suscita de très nombreuses réactions des deux côtés de l’Atlantique. Pourtant ce message à chaud, supprimé quelques heures après, ne manquait guère de justesse dans le propos.

 
Comment ne pas abonder en son sens au regard de ce que fut cette année 2016 et des nombreuses surprises électorales qu’elle revêtit? Sans s’étendre sur les évènements annexes, ayant eu des répercussions directes ou indirectes sur la décision des électeurs, il est perceptible qu’un mouvement de fond est en cours depuis plusieurs années avec des accalmies et des reprises soudaines. L’année 2016 est exceptionnelle à ce titre dans le sens où elle défia tous les pronostics, et pour tout dire, ébranla toute une mécanique savamment huilée par des décennies d’usage. La démocratie, et son corollaire le système de votation, prouva qu’elle pouvait devenir une arme en les mains d’une frange conséquente de la population ulcérée d’être sempiternellement moquée, méprisée et sermonnée par la classe politique comme médiatique.

Continue Reading

Share/Partage

Autour du président Trump, cet effet Brexit aux normes américaines

Après « Autour du Brexit, cet effet Trump aux normes européennes », jettons un oeil sur la victoire électorale de Donald Trump et la défaite de Hillary Clinton dans la course à la Maison Blanche.

 

winner_donald_trump


Les médias ont éludé le pays réel et les instituts de sondage sont littéralement aveugles sur les réseaux sociaux (Facebook, Twitter, Instagram, Google+, etc)
. Entre ces deux terra incognita, journalistes et prévisionnistes ont pris leurs désirs pour des réalités – ou leurs vessies pour des lanternes, garantissant une victoire quasi certaine et écrasante de Hillary Clinton jusqu’au soir du 8 novembre (194 médias américains sur 200 avaient soutenu Hillary Clinton). L’éventuelle autocensure politiquement correcte des sondés ouvertement ou potentiellement pro-Trump aurait-elle induit les instituts de sondage en erreur ? Les sondages par appels téléphoniques sur des lignes fixes ont-ils encore un sens à l’ère des smartphones, des tablettes et des apps Android/iPhone ? 

Continue Reading

Share/Partage

Snowden d’Oliver Stone

Le réalisateur américain Oliver Stone s’est fait une spécialité de produire/réaliser des métrages lorgnant distinctement vers l’approche documentaire, ce qui n’a jamais manqué de susciter d’âpres réactions d’experts et d’historiens sur les thèmes abordés (JFK, W., Alexandre, Wall Street, Platoon etc.). L’émergence d’une génération née au sein de la révolution informatique ne pouvait manquer de l’intéresser, à l’instar de David Fincher et son The Social Network portraiturant Mark Zuckerberg.

snowden

Son choix se porta sur le souffleur d’alerte (whistleblower) américain Edward Snowden qui ébranla les autorités et institutions de son pays d’origine en 2013. En dépit de son thème, celui d’un espion de la National Security Agency qui est pris de stupeur puis de remords par les pratiques opérées par l’institution, Snowden ne s’adresse pas qu’à un public d’ingénieurs informaticiens ou d’experts en cybersécurité. Il vise le grand public : les propos techniques ne sont guère légion et l’avancée dans la trame est suffisamment explicite pour que le spectateur lambda ne s’en trouve pas plongé dans le brouillard. Même si, en dépit des 2 heures et 15 minutes de projection, il arrive que certains passages de la vie de l’analyste et programmeur soient passablement écourtés de manière limite.

Continue Reading

Share/Partage