L’Echo du mois avec Franck Latxague – La robotique selon H+ Magazine

Franck Latxague, ingénieur de formation, est Directeur de la publication Online pour H+ Magazine. Pendant six ans, il a accompagné les donneurs d’ordre français de l’industrie aéronautique et de défense dans leur stratégie média digitale. Il co-fonde en 2012 le premier média français dédié à la robotique, à l’intelligence artificielle et aux systèmes autonomes.

Photo Franck Latxague

 

Continue Reading

Share/Partage

L’Intelligence Artificielle au cinéma

Le thème de l’intelligence artificielle (IA) est de plus en plus présent dans les salles de cinéma à mesure que les progrès scientifiques de la discipline deviennent visibles du grand public. Depuis trois décennies, Hollywood s’est emparé du sujet de l’IA et le décline désormais sous tous les angles qu’offre la science fiction. S’il est facile aujourd’hui de recenser les succès et les échecs cinématographiques liés à l’IA, il est en revanche bien plus complexe de mesurer la puissance des biais cognitifs et des fantasmes qui orientent les scénari actuels. Livrons-nous à un inventaire non exhaustif des « lois de Godwin » qui influencent consciemment ou non les scénaristes travaillant sur l’IA…

HalN1

Une loi et un point de Godwin pour le traitement de l’IA au cinéma…

D’après Wikipédia,  » la « loi » de Godwin s’appuie sur l’hypothèse selon laquelle une discussion qui dure peut amener à remplacer des arguments par des analogies extrêmes. L’exemple le plus courant consiste à comparer le thème de la discussion avec une opinion nazie ou à traiter son interlocuteur de nazi. En l’absence de précision de Mike Godwin sur les extensions possibles, on hésite à parler de point Godwin pour une comparaison avec tout régime dictatorial autre que le nazisme. Si le sujet de la discussion était très éloigné d’un quelconque débat idéologique, une comparaison de ce genre est considérée comme un signe d’échec de la discussion. On estime alors qu’il est temps de clore le débat, dont il ne sortira plus rien de pertinent : on dit que l’on a atteint le « point Godwin » de la discussion « .

Continue Reading

Share/Partage

L’impossible contrôle des armes imprimées 3D

L’arrivée des imprimantes 3D permet aujourd’hui de construire à moindre coût et sans connaissance technique préalable toute sorte d’armes automatiques. Plus inquiétant, la commercialisation récente de mini-centrales d’usinage des pièces métalliques du mécanisme facilite le montage et fiabilise le produit fini.

Ghost gunner couv N0

Cette « Ubérisation » de la manufacture de fusils automatiques va compliquer fortement le contrôle de ce type d’armes…

Continue Reading

Share/Partage

Prolifération et diffusion des solutions de cyberespionnage

Il existe souvent de grandes symétries entre les événements qui ont lieu dans l’espace physique et ceux de l’espace numérique…

password_hacked

Durant la nuit du 5 au 6 juillet 2015, au moins 180 détonateurs, une dizaine de pains de plastic et une quarantaine de grenades ont été dérobés sur la base militaire de Miramas. L’équipe de malfaiteurs à l’origine de ce casse s’est contentée de découper le grillage d’accès pour s’introduire ensuite dans 9 igloos semi-enterrés dédiés au stockage des munitions. L’absence de vidéosurveillance sur les lieux et l’absence d’une garde permanente des bâtiments ont grandement facilité le travail de casseurs particulièrement bien renseignés… Le contexte actuel de menace terroriste fait craindre le pire sur les motivations et sur l’usage futur de ces explosifs.

Continue Reading

Share/Partage

« Inceptionisme », le Neuron-Art selon Google

Article rédigé par Thierry Berthier et Éloïse Berthier qui a travaillé cette année sur les réseaux de neurones.

Développés dans les années 1940 puis délaissés durant de nombreuses années, les réseaux de neurones artificiels (RNA) [1] reviennent en force sur la scène de l’intelligence artificielle depuis les années 1990. Ils sont aujourd’hui à l’origine de progrès spectaculaires réalisés dans les domaines de la classification automatique, de la reconnaissance d’image et de la reconnaissance vocale. Google les utilise massivement dans ses processus d’apprentissage automatisés (machine learning) et parvient aujourd’hui à construire des outils capables de reconnaître quasiment sans erreur le type de sport pratiqué à partir d’une simple vidéo.

google inceptionisme

Les RNA parviennent à reproduire certaines capacités de l’intelligence humaine à partir de neurones formels dont le fonctionnement est calqué sur celui des neurones biologiques. Il s’agit avant tout d’une tentative de modélisation des mécanismes élémentaires du cerveau humain dans ses capacités d’apprentissage, de mémorisation et de traitement de l’information.

Continue Reading

Share/Partage

John Nash, un mathématicien d’exception

1- Un géant tourmenté

Prix Nobel d’économie en 1994 et prix Abel de mathématiques depuis le 25 mars dernier, le célèbre mathématicien américain John Nash (86 ans) a trouvé la mort avec son épouse Alicia (82 ans) samedi 23 mai dans un accident sur une autoroute du New Jersey. Ils circulaient tout deux à bord d’un taxi lorsque, pour une raison indéterminée, le chauffeur a perdu le contrôle de son véhicule et est venu heurter la barrière de sécurité. Éjectés de la voiture, les deux passagers n’ont pas survécu à l’accident.

John Nash - photo N1

John Nash fait assurément partie des géants contemporains des mathématiques. La diversité et la richesse de ses travaux ont été fondateurs à plus d’un titre. Ses résultats déterminants en théorie des jeux lui ont valu le prix Nobel d’économie il y a vingt ans. En 2015, quelques jours seulement avant sa mort, c’est l’attribution du prix Abel qui est venu récompenser l’ensemble de son œuvre mathématique, notamment en géométrie différentielle et en théorie des équations aux dérivées partielles avec de fortes implications en physique mathématique.

Continue Reading

Share/Partage

Le facteur humain en cybersécurité

En matière de sécurité numérique, le facteur humain constitue souvent le maillon faible de l’infrastructure de défense. Cette fragilité humaine face aux systèmes est apparue à la naissance du premier virus informatique au début des années 80. Le concept de virus a été utilisé la première fois en 1981 par Leonard Adleman dans ses échanges avec Fred Cohen puis formalisé dans une définition mathématique par Fred Cohen en 1983.

Image Elk Cloner article

Dès 1982, l’ Apple II est touché par des virus circulant sur disquettes dont l’exécution bloque le système d’exploitation et dès cette époque, le facteur humain vient jouer le rôle principal dans la diffusion du virus. L’histoire d’Elk Cloner est à ce titre assez édifiante. Continue Reading

Share/Partage

La sécurité informatique absolue n’existe pas !

On entend souvent dire que la sécurité absolue en matière d’informatique n’existe pas. Ceux qui prononcent cette phrase ne savent pas forcément justifier cette vérité qui s’appuie avant tout sur un résultat purement mathématique.

Alan Turing et machines

Il peut être utile et agréable (car le côté esthétique de la preuve est bien présent) de reproduire sa démonstration mathématique. Il s’agit d’une preuve standard bien connue des étudiants des Masters en informatique – calcul formel – cryptographie. Elle est suffisamment courte et simple pour être lue et comprise par un lecteur non spécialiste doté d’un bac scientifique. Elle ne nécessite aucun pré-requis particulier et c’est là tout son charme ! Le cryptologue français David Naccache (ENS Paris) l’utilise régulièrement dans ses interventions sur la sécurité numérique et parvient à la présenter de manière « décontractée » sans pour autant perdre la rigueur mathématique en cours de route. C’est une performance assez rare pour être soulignée. Prouvons maintenant que la sécurité absolue en informatique n’existe pas.

Continue Reading

Share/Partage