Commander c’est renoncer

Une petite réflexion m’est venue sur le commandement. On ne cesse de dire que commander c’est choisir.

Le plus souvent, on considère que ce choix consiste à établir des priorités, donc à établir ce qu’on va faire en premier, puis en second, etc…

source

Cela amène à des contradictions comme le fameux « tout en » que j’ai vu apparaître dans de nombreux ordres de toute nature : « faire ceci tout en faisant cela », ce qui signifie qu’on ne choisit pas vraiment puisqu’on met deux choses de même rang. ON ne classe pas, on ne priorise pas, on ne décide pas.

Il reste que le vrai choix ne porte pas sur le point d’effort, contrairement à ce que tout le monde pense. Non, le choix consiste à décider ce à quoi on renonce. C’est le renoncement qui marque les priorités…

Dans notre méthode de raisonnement tactique, il faudrait en fait qu’on examine les options et qu’on propose au chef d’éliminer celles qui ne sont pas essentielles, même si elles contribueraient à l’effet général.

Mais l’économie des moyens et la concentration des efforts doivent nous forcer à ne pas tout faire. Donc à se découvrir dans des lieux évalués. Donc à prendre des risques…

Voilà le vrai risque de la décision : celui des choses qu’on abandonne….

O. Kempf

Share/Partage

Le Discours de la servitude volontaire de La Boétie

Qui connaît Étienne de La Boétie ? On lui associe le nom d’une rue huppée de Paris… les plus cultivés penseront au Discours de la servitude volontaire, sans bien savoir de quoi il s’agit. Justement, voici une bonne occasion de creuser un peu et de lire ce bref opuscule (une cinquantaine de pages en format poche) d’un auteur du XVIè siècle.

Discours de la servitude volontaire

Un classique à la langue d’autrefois. Convenons en tout de suite, la lecture n’est pas aisée car il y a une vraie distance entre le françois de jadis et celui que nous pratiquons aujourd’hui. Cependant, le texte est lisible et compréhensible sans efforts, surtout que les éditions modernes (j’ai utilisé celle de Garnier-Flammarion) donnent suffisamment de notes de bas de pages pour expliciter ce qui serait obscur. Continue Reading

Share/Partage

Le plus grand roi de la terre et ses deux enfants

Il était une fois le plus grand royaume de la terre. Son roi était un homme élégant et plein de charme, un prince charmant en quelque sorte, son roi devait partir après huit ans de règne. Il avait été élevé dans les îles, à l’ouest du royaume, et son règne avait été marqué par son rêve des terres au-delà de l’océan, là où le soleil se couche.

DSCF3329

C’était aussi un roi pacifique. Il avait refusé de poursuivre les guerres que son prédécesseur avait engagées au levant et s’était efforcé d’y mettre fin, retirant ses armées, disant à ses généraux plein de bravoure qu’il y a plus grande gloire à faire la paix qu’à poursuivre les horions. Mais il était roi et devait défendre les intérêts du royaume. Aussi tenta-t-il de parlementer, envoyant force légats à travers les contrées…  Continue Reading

Share/Partage

Europe Mad Max demain (B. Wicht)

Le titre de l’ouvrage est tellement « racoleur » qu’on est forcément méfiant en saisissant le volume : va-t-il être sérieux ? Mais comme c’est un ami qui vous l’a instamment conseillé et prêté, vous y jetez un coup d’œil. Au bout de dix pages, vous foncez sur la FNAC, achetez ledit bouquin, rendez l’original à l’ami : voici un livre qu’on doit garder chez soi, dans toute bibliothèque stratégique sérieuse, un livre qu’on peut annoter et crayonner comme on veut, un livre « à soi ». Car il met à plat en 144 pages tout un tas de bouts d’idées qu’on avait par devers soi, qu’on ne savait pas vraiment comment articuler même si on sentait qu’il s’agissait de quelque chose d’important.

Continue Reading

Share/Partage

L’Europe et la guerre contre l’EI

Voici le texte d’une conférence que j’ai prononcée l’autre jour, le 23 janvier, à l’Université Saint-Louis de Bruxelles. Le thème du colloque était celui de la Politique Européenne de Voisinage. On m’avait donné la guerre contre l’EI comme sujet, ce qui est, on en conviendra, assez éloigné de la politique européenne de voisinage. Voici comme je m’en suis tiré.

source

Évoquer la guerre contre l’EI à l’occasion d’un colloque consacré à la Politique Européenne de Voisinage (PEV) paraît une gageure. Tout d’abord parce que la PEV paraît mal articulée à la PSDC, ensuite parce que la PSDC ne semble pas affirmer grand-chose en ce qui concerne la lutte contre l’EI. Au fond, si les Européens sont au front contre l’EI, l’UE en tant que telle est plus distante. Pour le comprendre, nous dresserons d’abord un état des lieux de la guerre contre l’EI, pour analyser ensuite l’action des Européens avant d’examiner enfin les conséquences pour l’UE.

Continue Reading

Share/Partage

James Bond, un fantasme

Les héros populaires sont populaires. Pas forcément véridiques. Ce n’est pas parce que des institutions qui définissent le « convenable » comme le New-York Times ou Le Monde publient des pleines pages sur Gérard de Villiers que SAS est vraiment un manuel de géopolitique, malgré la formule. Au moins n’est-il pas faux, ce qui n’est déjà pas mal. Disons pourtant qu’il y a mieux pour découvrir la situation géopolitique d’un pays, même si les ouvrages conseillés seront plus austères et moins affriolants, n’en déplaise à Chris Jones et Milton Brabeck, armés comme chacun sait de la puissance d’un porte-avions avec le cerveau d’une mouche. Au moins SAS tient-il le rôle d’un agent de terrain, faisant du ROHUM, quelque rocambolesques et peu crédibles que soient ses aventures.

source

Ce n’est pas le cas de James Bond qui est tout sauf un espion. Ou alors, qu’est-ce qu’un espion ?

Continue Reading

Share/Partage

Et maintenant, quelle stratégie de l’Etat Islamique ?

A la suite des attaques du 13 novembre, on a lu finalement peu d’analyses de la stratégie de l’État Islamique (EI). Certains ont remarqué un « changement de stratégie ». Disons qu’il y a eu une rupture apparente. Toutefois, celle-ci est-elle significative de la stratégie de long terme de l’organisation ?

Daesh exécute une trentaine d'otages éthiopiens chrétiens en Libye.

Daesh exécute des otages éthiopiens chrétiens en Libye

En effet, jusqu’à présent, l’Etat Islamique s’était démarqué d’Al Qaida (AQ) en inventant une stratégie « au près », visant à contrôler un territoire d’où s’étendre. Il avait ainsi tiré profit de deux États en guerre civile où les conditions politiques sont plus celles d’États faillis que d’États solides : Irak et Syrie. En Irak, la division du pays en trois régions et la domination du parti chiite à Bagdad laissaient la question des Arabes sunnites ouverte. C’est ce terreau qu’a utilisé l’ex « Al Qaida en Irak » pour renaître et se transformer, très probablement avec l’aide des cadres husseinistes qui apportèrent organisation et structuration militaire. En Syrie, la guerre civile qui perdure laissa le champ à de nombreux groupes rebelles, tout sauf unifiés. Aussi l’EI s’étendit-il peu à peu des deux côtés de la frontière. Personne n’y faisait attention jusqu’à ce que l’EI (alors EIIL, en Irak et au Levant, avant de simplifier en EI) prenne le contrôle de villes importantes en Irak (Mossoul, Falloujah) et de vastes portions de territoire en Syrie, quitte à combattre les Al Qaidistes syriens (front Al Nusrah) et les autres rebelles, même islamistes.

Continue Reading

Share/Partage

Artificialités futures – Quelques réflexions stratégiques autour des robots

Les robots suscitent plusieurs séries de questions stratégiques. Précisons d’emblée ce que nous entendons par robot : tout dispositif tangible (un programme informatique n’est donc pas un robot) qui se déplace de façon autonome mais contrôlée (pas de pilotage direct, comme pour une voiture ou un avion, mais un pilotage distant), de façon adaptée à son milieu (un drone est un robot aérien), et spécialisé dans certaines tâches (un robot n’a donc pas la complétude d’actions que peut avoir potentiellement un combattant).

http://www.nouvellestechnologies.net/images/l/ls3/LS3-AlphaDog.jpg (Source)

Quelles sont ces questions ?

La première pose la question de leur utilité individuelle.

La seconde envisage celle de leur action de groupe et de leur co-action avec les hommes.

La troisième regarde leur intégration au cyber.

La quatrième pose la question de leur intelligence, c’est-à-dire leur capacité à prendre des décisions autonomes, jusque et y compris à tuer (thème des robots tueurs).

Enfin et de façon transversale, on peut évoquer la dimension technologique, donc capacitaire, notamment de la part de nations réticentes à engager des hommes sur le terrain (ou économes en hommes). Continue Reading

Share/Partage
Translate »