Misericordiae gladium, ou les frappes du califat (2/2)

(Suite de l’article précédent)

Modes d’action utilisés

La guerre

De même qu’un État cherche à étendre sa zone d’influence, le califat cherche à étendre la sienne. Cette volonté est compréhensible. Cependant, dans un raisonnement se voulant rationnel, les modes d’action retenus par le califat peuvent choquer, alors que s’il utilisait le soft power, il deviendrait raisonnable et, par là même, un interlocuteur valable. Rappelons que le soft power n’est parfois soft que pour celui qui l’utilise et que, conséquence logique du refus de négociation avec l’ennemi (ou prémisse), la guerre (djihad) est le seul moyen d’expansion reconnu par le califat et ses membres.

D’où il s’ensuit que tout leader doit être un chef de guerre : « nous considérons comme une urgence que tous les leaders du mouvement islamique soient des chefs de guerre. Ou au moins qu’ils aient la capacité de se battre dans les rangs des combattants1. »

CalifatPropagande

source.

Quand on évoque le djihad, la question du distinguo entre djihad intérieur et djihad extérieur revient souvent. Pour le califat, la nuance n’est pas de mise : « celui qui s’est engagé vraiment dans le djihad sait que ce n’est rien d’autre que violence, cruauté, terrorisme, terreur et massacre2. » Le djihad ainsi compris n’est d’ailleurs que l’accomplissement même de la charia : « personne n’est capable d’avancer un élément de la charia qui invaliderait l’idéal djihadiste. Ne serait-ce que parce que nous ne disons pas que c’est une solution parmi d’autres, mais tout au contraire, un postulat de la charia3 ».

Continue Reading

Share/Partage

Misericordiae gladium, ou les frappes du califat (1/2)

L’État islamique, également appelé Daech pour lui donner un côté péjoratif qui n’apparaît cependant pas en Français, a clairement annoncé son objectif « que l’Oumma puisse, une fois encore, diriger l’humanité sur le chemin de la grâce divine et du salut1 » ainsi que la façon dont il comptait frapper ses cibles pour parvenir à ses fins.

Parmi celles-ci, la disparition des États, des Nations et des organisations supra-nationales, car « la réalité est que le véritable état islamique annonce la disparition de tout ça [une nation représentée aux Nations-Unies, capable de vivre avec ses voisins et d’avoir avec eux des intérêts communs]2. » En ce qui concerne les organisations supra-nationales, le califat estime qu’elles reposent sur des bases viciées dans la mesure où « les lois universelles […] sont celles de la charia3. »

ExpansionCalifat

Source

L’objectif général du califat est donc que l’oumma, communauté des croyants musulmans, dirige le monde. À terme, cette oumma ne doit comporter que d’authentiques musulmans, ce qui exclue les « pleureuses de chiites », et une place spéciale sera réservée aux Arabes, puisque « Allah a envoyé l’épée aux Arabes pour combattre les polythéistes jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’islam4 » et « il faut brandir l’épée contre les juifs, les chrétiens les polythéistes non-arabes, jusqu’à ce qu’ils se convertissent à l’islam ou qu’ils soient réduits en esclavage, ou qu’ils soient dirigés par les Arabes5. »

Ce dernier point explique la situation peu enviable des haratines en Mauritanie6 ainsi que la grille tarifaire pratiquée au sein du califat pour les esclaves7.

Avant de détailler les cibles et les modes d’action du califat, il peut être utile de déduire de ces proclamations publiques deux questions :

Continue Reading

Share/Partage

Artificialités futures – Quelle sécurité pour la ville connectée ?

Il est frappant de constater qu’alors que les études d’urbanisation et de construction immobilière (résidences pour étudiants, personnes âgées, etc.) prennent de plus en plus en compte, depuis plusieurs années, les questions sécuritaires, celles-ci sont absentes des réflexions relatives à la ville connectée.

VilleConnectee-470x366(Source)

Si, dans la ville connectée, il s’agit d’améliorer la qualité de vie des citadins en rendant la ville plus adaptative et efficace, à l’aide de nouvelles technologies qui s’appuient sur un écosystème d’objets et de services1, aucun des six piliers sur lesquels celle-ci s’appuie selon Rudolf Giffinger2 (l’économie, la mobilité, l’environnement, les habitants, le mode de vie et la gouvernance) ne fait référence à la sécurité. Continue Reading

Share/Partage