Commander c’est renoncer

Une petite réflexion m’est venue sur le commandement. On ne cesse de dire que commander c’est choisir.

Le plus souvent, on considère que ce choix consiste à établir des priorités, donc à établir ce qu’on va faire en premier, puis en second, etc…

source

Cela amène à des contradictions comme le fameux « tout en » que j’ai vu apparaître dans de nombreux ordres de toute nature : « faire ceci tout en faisant cela », ce qui signifie qu’on ne choisit pas vraiment puisqu’on met deux choses de même rang. ON ne classe pas, on ne priorise pas, on ne décide pas.

Il reste que le vrai choix ne porte pas sur le point d’effort, contrairement à ce que tout le monde pense. Non, le choix consiste à décider ce à quoi on renonce. C’est le renoncement qui marque les priorités…

Dans notre méthode de raisonnement tactique, il faudrait en fait qu’on examine les options et qu’on propose au chef d’éliminer celles qui ne sont pas essentielles, même si elles contribueraient à l’effet général.

Mais l’économie des moyens et la concentration des efforts doivent nous forcer à ne pas tout faire. Donc à se découvrir dans des lieux évalués. Donc à prendre des risques…

Voilà le vrai risque de la décision : celui des choses qu’on abandonne….

O. Kempf

Share/Partage

Olivier Kempf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

huit + 7 =