Armes miraculeuses, armes de rupture ? BD Wunderwaffen : le spectre de l’Antarctique

Le blogzine Echoradar, auquel j’ai l’honneur d’appartenir, lance un dossier collectif sur les Wunderwaffen et autres armes miraculeuses. Un premier article a déjà montré que le miracle n’est pas venu du ciel. Je ne saurais être aussi savant et me suis dit que vous étiez peut-être à la recherche de cadeaux pour Noël : pourquoi ne pas penser à la série de BD intitulée justement Wunderwaffen, dont le tome 6, le Spectre de l’Antarctique, vient précisément de paraître ?

Wundewaffen_1.jpg

Car en fait, ce thème des Wunderwaffen a donné place à un genre, celui de l’uchronie autour de la Deuxième guerre mondiale. Une uchronie permet de broder sur une hypothèse : Et si… ?

Dans le cas présent, l’uchronie commence en décembre 1942 lorsque Hitler ordonne subitement à Paulus de briser l’encerclement soviétique et donc de préserver son armée à l’Est. Un an plus tard, l’offensive soviétique se grippe tandis que le débarquement des alliés, en juin 1944, se conclut par un échec. Alors, la guerre se fige. Les Wunderwaffen, programme secret d’Hitler, deviennent subitement la priorité. En mars 1946, Himmler crée le Sonderbüro 13 pour gérer les programmes invisibles, installé en Antarctique…

J’entends déjà les critiques : « c’est rocambolesque ». Oui, certes, mais au fond peu importe si c’est le prétexte à des digressions et autres aventures. Après tout, ce n’est pas plus absurde que la plupart des films de sciences fiction, d’horreur, de vampires et autres fantasmagories auxquelles nous sommes accoutumés.

Wundewaffen_2.jpg

L’épisode en question permet donc de voir quelques belles scènes en Antarctique, un (une?) Antarctique militarisé ce qui en soit constitue une belle trouvaille. On a également droit à une sortie d’un raid de sous-marins de la base sous-marine de Lorient pour escorter un convoi de cargos sous-marins rapides (destinés à apporter une arme secrète de l’autre côté de l’hémisphère), un beau combat entre Meteors et ailes volantes, le prototype d’un Amerika bomber destiné à larguer des « bombes sismiques de cinq tonnes », qui lâchées à 15000 mètres d’altitude ont franchi le mur du son avant l’impact. Sur la base de nouvelles Souabe, on voit enfin des avions à décollage vertical (des sortes d’autogires à réaction), des combats sous-marins, d’autres duels d’aviation. Il y a bien quelques écarts dans le scénario, notamment des capacités paranormales de certains agents qui ne convainquent pas vraiment. C’est ce qui gêne dans cette uchronie, qui doit rester vraisemblable.

Du coup, pour préparer ce billet j’ai un peu regardé ce qui avait été effectivement conçu par les Allemands : finalement, pas grand chose, quelques vagues prototypes et un certain nombre de dessins qui n’ont pas été menés à leur terme. En fait, on a l’impression que ce thème des Wunderwaffen est arrivé tardivement à la fois dans la stratégie et dans le discours. Trop tard car alors le destin avait changé de camp. Ceci rend logique le premier changement avec la vraie histoire évoqué par la BD : il se situe en 1942, l’année où les choses basculent réellement. Alors, l’Allemagne a encore des ressources et peut encore s’organiser tant à l’est qu’à l’ouest. Les Wunderwaffen ne sont pas les armes « miraculeuses » que la propagande va énoncer sans cesse, à partir de 1944 et plus encore 1945, pour conserver le moral des troupes et du peuple. Celui-ci sent bien qu’alors, seul un « miracle » peut sauver le régime.

Le dessin est réaliste et le prétexte à une belle imagination techno-historique. On se prend au jeu et la lecture est fort plaisante. Surtout, l’histoire n’est pas jouée et il y a une sorte d’équilibre entre les deux parties qui s’affrontent, ce qui change des BD historiques toujours handicapées par la vérité historique. Ici, on prend délibérément des libertés avec l’histoire pour s’amuser à autre chose, avec notamment des échappées technologiques qui font le vrai agrément du genre.

A. Le Chardon

Share/Partage

Arthur Le Chardon

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

trois × cinq =

Translate »