L’actuelle bataille des câbles préfigure-t-elle le cyberespace de 2030 ?

S’il est sans doute encore un peu tôt pour vérifier que la Russie et la Chine pourraient venir concurrencer et pourquoi pas, à termes, dominer les USA dans le cyberespace, force est cependant d’observer deux faits différents mais complémentaires : la Russie dispose, dans ce domaine, de ressources techniques et humaines plus que respectables. La Chine, elle, se dote en plus de capacités technologiques et d’innovations qu’il conviendrait d’évaluer avec le plus grand respect.

Quantum fiber optic internet - Si vis pacem para bellum 2014

Pour cette dernière, la mise en exploitation en 2016 de la plus grande boucle de réseau de communication quantique (1) entre Pékin et Shanghai, soit tout de même plus de 2 000 kilomètres, vient illustrer une prouesse technologique indéniable. Qui illustre parfaitement les efforts scientifiques et financiers mais aussi alternatifs déployés par Pékin en matière de recherche et de développement tout azimuts depuis le milieu de la précédente décennie. Dans une volonté à peine dissimulée, ces efforts pourraient également provoquer de possibles bouleversements concernant la géopolitique de l’Internet. Soit un scénario crédible du visage que pourraient prendre certaines infrastructures de transport et de traitement des données à moyen terme.

Considéré comme informatiquement « non piratable » du fait de l’utilisation de moyens de « cryptographie quantique » (2), l’ambition déclarée de ce futur réseau à usage principalement gouvernemental et militaire se veut internationale puisqu’il pourrait avoir vocation à être étendu à la planète entière à l’horizon 2030. Une façon astucieuse et néanmoins classique pour la Chine de pratiquer son soft-power à peu de frais. De plus, cette annonce intervient au moment où le président Obama, après le revers des élections à mi-mandat (3), débute une « opération séduction » (4), profitant du sommet de l’APEC qui vient de s’ouvrir précisément à…Pékin ! Certains y verront une coïncidence, d’autres non.

Cette stratégie des câbles se retrouve également sur un autre continent, celui de l’Amérique du Sud. Le Brésil a en un projet (5) de pose de fibre optique sous-marine jusqu’en Europe en passant directement par le Portugal. Les limites étant d’avoir annoncé ce projet en excluant des équipements de réseaux de marque Cisco, ceux pouvant les remplacer n’étant pas légion sur le marché. Même si notre regard teinté de souverainisme resterait au mieux dubitatif, l’utilisation d’équipements réseau du chinois Huawei ne semble pas une solution inenvisageable. Histoire sans doute pour la présidence brésilienne d’enfoncer un peu plus le clou.

Ces exemples, même s’ils sont pour le moment isolés, pourraient illustrer une tendance probablement logique vers davantage d’indépendance d’acteurs économiques opérant les infrastructures de transport des données et des organismes cherchant à les réguler (6). Que les uns ou les autres soient directement ou indirectement influencés par leurs gouvernements respectifs notamment les États-Unis et quoiqu’en dise le président Obama (7), les nombreuses suspicions d’espionnage généralisé des communications électroniques, confirmées par l’affaire Snowden, ne sont pas prêtes de s’éteindre.

Dès lors, il est tout à fait concevable d’envisager une architecture du cyberespace différente d’ici 2030. Les infrastructures disponibles de transport et de traitement des données seront toujours, d’une part, majoritairement le fait de compagnies privées, Google (8) étant l’une des locomotives des évolutions en devenir. D’autre part, ce seront aussi d’autres pays que l’oncle Sam qui se partageront la régulation et la puissance : Chine, Brésil, Russie, Inde, peut-être l’Europe (9)(10). La stratégie et la géopolitique du cyberespace (11) en seraient alors modifiées sans qu’il soit, pour le moment, possible d’en définir l’amplitude et les effets. Une chose est sûre cependant : louper le train de l’innovation combinatoire (12), du numérique et, plus largement, des NBIC (13) relèguera la volonté supposée de puissance d’une nation à des rêves de grandeur mortifiée.

Si Vis Pacem Para Bellum

(1) http://www.scmp.com/news/china/article/1631479/china-launch-hack-proof-quantum-communication-network-2016
(2) Il s’agit en réalité davantage d’une distribution quantique de clés de chiffrement. Se référer à http://www.futura-sciences.com/magazines/matiere/infos/dico/d/physique-cryptographie-quantique-10172/ et http://cas.ensmp.fr/~rouchon/MinesCrypto/SlideQcrypto.pdf
(3) http://alterjournalisme.blogs.courrierinternational.com/archive/2014/11/04/elections-midterms-2014-aux-etats-unis-50381.html
(4) http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20141110-sommet-apec-pekin-obama-operation-seduction/
(5) http://rue89.nouvelobs.com/2014/11/05/pourquoi-bresil-senquiquine-t-a-poser-cable-geant-fond-leau-255888
(6) la bataille actuelle au sein de l’ICANN est d’ailleurs emblématique de ce mouvement de fond. Lire http://www.silicon.fr/pierre-bonis-afnic-reforme-trompe-oeil-icann-100979.html
(7) https://medium.com/@PresidentObama/my-plan-for-a-free-and-open-internet-c45e2f4ab1e4
(8) http://www.lemondenumerique.com/article-30966-google-concretise-son-projet-loon.html
(9) avec ou sans les « cousins » Britanniques ? Une délicate question !
(10) http://www.assemblee-nationale.fr/14/europe/rap-info/i1409.asp
(11) http://www.diploweb.com/Strategie-du-cyberespace.html
(12) http://echoradar.eu/2014/11/05/big-bang-disruption-cauchemar-linnovation-devastatrice/
(13) http://cyberland.centerblog.net/153-En-2030–la-pensee-hybride

Share/Partage

Si Vis Pacem

2 Comments

  1. Quand on sait que les États-Unis, pionnier de l’Internet, on des couts d’utilisation bien supérieure à l’Europe, votre scénario peut bien se réaliser si les entreprises occidentales y voient leur intérêts financiers.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − dix-neuf =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.