Cyberconflictualité

L’autre jour, un étudiant américain débarque dans mon bureau. L’avantage avec les Américains, c’est qu’ils sont directs et francs, dans leurs méconnaissances comme dans leurs questionnements. Bref, l’entretien roulait, la cyberstratégie, l’inattribution, le rubik’s cube, tout ça. A la fin de l’entretien, il me dit « Donc, je comprends bien quand vous me dites qu’il n’y a pas de cyberguerre mais une cyberconflictualité ; mais quelle définition donnez-vous à cyberconflictualité ?« .

source

J’en suis d’abord resté interdit. J’ai noté la question, réfléchi. Et puis je lui ai proposé cette définition. Dites moi ce que vous en pensez.

Un cyberconflit est l’échange d’actions ou de groupes d’actions qui utilisent des outils cyber ou des agressions cyber pour aider chaque partie à obtenir un avantage sur l’autre dans le cadre de la rivalité qui les oppose.

Bon, c’était donné comme ça, à la volée. Il faudrait préciser ce que j’entends par « actions ou groupes d’actions » (en fait, je pensais à simplement à un des trois types de cyberagression ou à une combinaison de deux ou trois d’entre elles : agressions simples ou combinées), mais aussi par « outil cyber ou agressions cyber » (là, je ne me souviens plus de ce que j’avais à l’esprit).

En revanche, la définition a l’avantage d’être valide pour le privé comme pour le public, pour la cyberdéfense comme pour la cybersécurité.

J’attends vos commentaires, objections, suggestions.

(Réf : on lira ce billet intéressant qui a donné l’illustration d’aujourd’hui : Dans cyberguerre il y a guerre

O. Kempf

Share/Partage

Olivier Kempf

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

20 − treize =

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Translate »