Les conversations dangereuses 3

Fin de cette conversation dangereuse, sur l’art, la gratuité et l’IA…

source

D :
B, il n’y a d’art qu’humain, ou divin pour ceux qui y croient. Mais de l’art produit par de l’IA, je me gausse de rire !
Une machine ressentir des émotions ? Encore faudrait-il pour cela que l’on sache expliquer les émotions et les mettre en équations. Bonne chance ! Mets en équations le coup de foudre mutuel et nous en reparlerons…

Continue Reading

Share/Partage

Les conversations dangereuses 2

Deuxième partie de cette conversation, la justice et un début de débat sur l’art…

source

D :
J’ai lu http://www.lesechos.fr/idees-debats/sciences-prospective/0211266450419-confions-la-justice-a-lintelligence-artificielle-2028984.php​ et j’en suis resté sur le c… dès le début. Balancer en introduction que tout le monde s’automatise sauf la justice, il n’y a pas plus pauvre ni bête que cet argument, car cela prouve que l’automatisation est quasiment une fin en soi. Se poser la question de ce qu’elle apporterait serait bien mieux. Passons…

Continue Reading

Share/Partage

Les conversations dangereuses 1

Amis lecteurs, voici un nouveau venu sur les pages d’echoradar : la transcription d’un fil de discussion entre ses membres. Nous espérons que vous prendrez autant de plaisir à la lire que nous en avons eu à échanger entre nous.

Le thème de cette conversation : l’IA et ses réalisations. 1° partie, la finance.

source

Lancement de la conversation par D :
Une dédicace spéciale pour B/ 😉
http://bourse.lefigaro.fr/indices-actions/actu-conseils/comment-les-traders-parviennent-a-battre-les-robots-5718248
Le naturel, rien ne vaut le naturel !
Continue Reading

Share/Partage

Budget de la Défense nationale à 2%

Le totem correspondant à 2% du PIB en matière de dépenses militaires inonde le débat public alors qu’il n’est que très rarement – si ce n’est jamais – bénéficiaire de la moindre tentative de définition. Pourtant, replacer cet objectif dans le cadre du « partage du fardeau au fossé transatlantique » (Olivier KEMPF, L’OTAN au XXIe siècle – La transformation d’un héritage, Paris, Éditions du Rocher, 2014 (2010), 614 pages ; voir le chapitre 12) est la condition sine qua non pour apprécier autant sa pertinence aux échelons de l’Alliance atlantique qu’au seul échelon national.

© Le Figaro. Véronique Guillermard, « Dissuasion nucléaire : la France ne baisse pas la garde », 20 février 2015.

C’est pourquoi – et dans la perspective de l’élection présidentielle de 2017 en France – il est impératif de souligner combien la définition ambiante des 2% ne correspond pas du tout à l’ambition otanienne et masque les graves difficultés financières à venir face à la modernisation de la dissuasion nucléaire et la « bosse budgétaire » jamais absorbée. 

Continue Reading

Share/Partage

Les Mongols et le renseignement : guerre du Kharezm

En 1218, l’empire Khwarezm [1] est dirigé par le sultan Ala ad-Din Muhammad. Cet État puissant s’étend sur l’Afghanistan, le Turkménistan et l’Iran actuels. Il se compose d’environ 20 millions d’habitants [2], principalement turcs, iraniens, afghans et arabes, répartis sur 3 millions de km2. Les deux villes de Boukhara et de Samarkand étaient parmi les plus grandes et les plus prospères villes du monde médiéval. Cet empire est toutefois de constitution récente (1194) et sous la domination du pouvoir d’un « maître improvisé », issu d’une famille régnante divisée. Il est doté d’une armée de mercenaires recrutés au hasard [3]. Il va disparaître sous les coups de son puissant voisin, l’empire mongol.

Continue Reading

Share/Partage

Cybersécurité : quelques pistes de lecture

En matière de cybersécurité, nouveau terme pour désigner la SSI (Sécurité des Systèmes d’Informations) bien plus ancienne, sans parvenir à la dépasser ?, l’ensemble des problématiques peuvent perdre le lecteur désireux de se familiariser avec ses principes stratégiques (règles immuables) et ses procédés stratégiques (problématiques circonstanciées à une époque et un état de l’art) pour paraphraser l’Amiral Castex (Théories stratégiques).

 

Continue Reading

Share/Partage

L’ECHO DU MOIS AVEC CYRIL COLIN – CEO d’ELUM

Cyril Colin est le co-fondateur et le directeur général de la société ELUM Energy, porteur du projet eNergy qui est un logiciel d’intelligence artificielle de pilotage et de contrôle prédictif d’un système de stockage d’énergie couplé à un système de production photovoltaïque. Cette solution s’adresse aux acteurs industriels des pays en voie de développement souhaitant bénéficier d’une fourniture d’électricité fiable, locale et adaptée à leur besoin dans le cadre d’une autoconsommation partielle.

1. Le système d’optimisation à base de photovoltaïque permettra-t-il de se diriger vers une autonomie locale ou n’est-il qu’un appoint à l’approvisionnement par d’autres ressources énergétiques?

Tout à fait, le fait de coupler production locale photovoltaïque et stockage d’énergie sous forme de batteries (tous deux rendus possibles par une forte baisse de leur coût de production : division par 4-5 au cours des 5 dernières années) permet de changer la vision du réseau de demain. Cela permet d’envisager à terme un réseau composé de bâtiments quasiment autonomes capables de s’échanger de l’énergie en temps réel en fonction des réserves et besoins de chacun.

Continue Reading

Share/Partage

About Brexit

Un récent voyage à Londres (fin 2016) a permis de recueillir auprès d’expatriés français chefs d’entreprise, quelques idées sur le Brexit. Les voici exposées. Pour une bonne compréhension de l’article, il ne faut pas oublier la date à laquelle ces propos ont été tenus.

Les raisons du Brexit (2016 – 2020)

Depuis le référendum, le peuple anglais a encore plus envie de quitter l’UE, car la démocratie est très ancrée dans le pays : la décision du peuple doit être respectée. Les Britanniques sont prêts à souffrir pour une cause même s’ils ne la partagent pas, ils l’ont d’ailleurs prouvé lors du Blitz où les Britanniques n’étaient initialement pas tous  anti-Allemands.

Source

L’Angleterre a toujours été réservée face à l’Europe, elle a d’ailleurs toujours combattu les alliances européennes au cours de son histoire. Nombre de ses hommes politiques ont toujours estimé que l’avenir du pays résidait dans le Commonwealth. De plus, la Grande-Bretagne a toujours vu l’Europe comme une création commerciale et non politique. Si elle a poussé à l’élargissement de l’UE, c’était pour faire des affaires et diminuer la dimension politique de l’UE.
Enfin, le parti conservateur a toujours eu un courant pro-européen et un courant anti-européen auquel appartient Theresa MAY. L’affrontement entre ces deux tendances a culminé lors du référendum, qui était d’ailleurs une des mesures du manifeste politique du parti conservateur.

Continue Reading

Share/Partage